X

Liban

La voie de la paix

01/11/2014

Le Moyen-Orient se trouve actuellement à un tournant majeur de son histoire. Face à ce tournant, les chrétiens sont perplexes, craintifs, voire même apeurés et dépassés par les événements.

Leurs institutions ecclésiastiques et politiques semblent tétanisés devant l'ampleur des changements en cours et affichent : « Cerveau en panne ! »
C'est au moment où notre intelligence est plus que jamais nécessaire pour analyser et prendre des décisions qui pourraient assurer notre avenir et celui de nos enfants que nous avons décidé d'abolir nos capacités intellectuelles et de nous montrer inefficaces dans une région où s'entremêlent les conflits de religion, les guerres d'influences entre puissances régionales, et les intérêts internationaux. Pour être encore plus clair, les événements de la région ouvrent la porte à une nouvelle réalité politique qui, après avoir traversé une période transitionnelle incontournable, aboutira à de nouvelles données politiques, sociales, économiques et autres.
Devant un changement qui se fait dans la douleur en Syrie, en Irak, dans le Golfe jusqu'au Maghreb arabe, faut-il attendre, vingt ans peut-être, avant de décider du choix à faire ? Faut-il tourner le dos aux événements en cours et considérer qu'il s'agit d'une guerre interminable entre les deux ailes de l'islam qui ne nous concerne pas? Ou bien faut-il tirer les leçons de nos expériences passées pour essayer de prendre les bonnes décisions ?

Après la fin de la Première Guerre mondiale et la mise en place du mandat franco-britannique, le monde a assisté à une série de changements qui étaient à l'époque d'une importance capitale : la disparition de l'Empire ottoman, le passage de l'Allemagne de la monarchie à la République, la victoire franco-britannique et la révolution bolchevique.
Durant cette période, il y eut le massacre des Arméniens par l'armée des « Jeunes Turcs » patronnée par Moustapha Kamal, un des rares généraux qui réussit à surmonter l'effondrement de l'Empire pour se replier dans la région d'Alep.
À la même époque, les chrétiens de Mossoul furent massacrés, et les chaldéens, les syriaques et d'autres contraints à l'exode.

Et c'est précisément face à ces bouleversements régionaux et internationaux que notre Église d'Élias Hoayek avait opté pour un Grand Liban, en 1920, basé sur la convivialité islamo-chrétienne ; cette même Église avait demandé au mandat la création d'un Liban porteur d'un message de paix, elle avait rejeté l'idée du Liban pays refuge des chrétiens de la région. Nous avions par la suite jeté les bases d'une Constitution, en 1926, nous nous étions opposés au mandat français, en 1943, et avions participé à la création de la Ligue arabe, puis à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme.
Nous sommes fiers, et parfois même arrogants (contrairement aux Tunisiens qui réussissent en gardant une modestie exemplaire) :
– Nous sommes fiers parce que nous avons rejeté le statut de minorité apeurée en faveur d'une communauté dynamique, aspirant sans cesse à consolider son partenariat avec les autres.
– Nous sommes fiers parce que nous avons bénéficié de l'apport culturel assuré par les congrégations religieuses françaises après les massacres de 1860, sans pour autant croire que nos ancêtres étaient effectivement gaulois.
– Nous sommes fiers parce que, malgré le récit du général Jean d'Hautpoul sur le massacre de Deir el-Qamar, nous avons réussi à triompher de nos blessures et à établir de nouvelles relations avec les druzes de la Montagne, ainsi qu'avec l'islam, basées sur la convivialité.
– Nous sommes fiers parce que notre opposition au mandat français a collaboré à la création d'une identité politique arabe, après 400 ans d'Empire ottoman et 20 ans de mandat.
– Nous sommes fiers parce que ce choix a permis à nos jeunes ingénieurs, avocats, médecins et cadres d'apporter leur pierre à l'édification du monde arabe dans un climat d'entente culturelle et sociologique.
– Nous sommes fiers parce que nous n'avons pas eu recours à l'édification d'un mur entre nous et le monde arabe pour délimiter des frontières culturelles et politiques.
Une communauté qui a hérité d'un patrimoine aussi prestigieux dans le passé devrait pouvoir trouver sa voie aujourd'hui. Cette voie est à portée de main, il faut la saisir : notre rôle est de promouvoir la culture de la paix face à la violence.
La paix entre les deux ailes de l'islam.
La paix entre juifs et musulmans, entre Israéliens et Arabes.
La paix entre les sociétés arabes et leurs régimes politiques.
La paix entre les deux rives de la Méditerranée.
La paix entre le monde arabe et l'Occident.
Notre société était globalisée avant la globalisation.
Notre Église est rattachée à Rome depuis près de 1 000 ans.
Les thèmes débattus par notre classe politique (la décentralisation, la loi électorale...) ne suffisent plus à nous donner espoir. Il faut agir, entreprendre, voir grand pour pouvoir surmonter nos peines quotidiennes. C'est le moins que l'on puisse faire pour le Liban.

* Coordinateur général des forces du 14 Mars

 

 

Lire aussi
Le christianisme est "la religion la plus persécutée au monde"

"Nous ne pouvons nous résigner à penser à un Moyen-Orient sans les chrétiens"

Dossier
Quand les chrétiens de Syrie organisent leur protection

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Mr Souhaid,

chapeau pour ces verites que chaque libanais doit garder précieusement comme une bible, le grand liban c'ete de cela qu'il ete question depuis le 19 eme siecle et ces précisément pour cela que le regime BAAS des ASSAD ont fait ce qu'ils ont fait au liban et au libanais n'en deplaise a certain mais l'histoire est l'histoire rien ni personne ne peut la violer ou la falsifier, n'en deplaise aussi a certain journaliste d'ici et d'ailleurs ce sont bien les syriens qui voulait nous rendre nous chretien sous sa protection illusoire pour que l'on devienne des chrétiens comme en irak, en syrie, et en egypte ... mais je dirais ce que notre president assassiner a dit un jour: "nehna 2ararna ndal bil hal balad ka lebnanyyn massihiyn HAHRAR" 3echtoum w 3acha lebnan !!!

FAKHOURI

Je veux bien rêver, ce serait utopique !
L'IRAN fait tout son possible pour que les arabes s'entredéchirent entre eux, tout comme Israel
Musulman, chrétien cela ne veut plus rien dire dans la région
Qui va défendre les chrétiens ?
Ils n'ont pas de pétrole !!!!
Le lendemain qui chante la paix n'est pas pour demain,
20 ans de misère, de tuerie attendent les arabes, et depuis 1975, le Liban n'a jamais été épargné
Avec NB aux commandes en Israel, phagocyté par les extrémistes religieux, on peut s'attendre à un conflit permanent ...
Il ne faut surtout pas compter sur Obama ou l'ONU
Tant que le peuple arabe,(musulmans et chrétiens) ne prend pas conscience qu'il est manipulé par ces "puissances" qui s'en servent dans leur intérêt, il n'y aura jamais la paix dans la région

Beauchard Jacques

La prière flotte dans un grand bénitier plein d'intentions parfaites mais qui vouent ceux qui s'y trempent à une totale impuissance!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

En des temps antédiluviens, les Sains de ces Kottors-conTrées constataient qu’en ce "fetîîîle croissant" il n’y avait en fait que de Simples patelins. Ceux qui en sont conscients et ceux qui n’en sont pas. On pourrait répéter cette constatation, d’actualité, à l’oreille des autres vociférants Malsains. Sans trop se bercer d’illusions, il convient de soutenir toute initiative qui va dans le sens d’une coopération entre patelins : qui métisse les politiques. Tout en injectant autant que faire se peut des ferments de démocratie par le biais de la liberté d’expression qui finira bien par éclore un jour. Une fois de plus, ce "croissant" est à un fatidique Croisement. Le choix, cependant que ces Printanières s’emboîtent, s’apparente ainsi à celui entre un Seul grand bond en avant ou deux grands bonds en arrière. Car préconiser le morcèlement géographico-sectaire est carrément suicidaire ; c’est accepter que tous ces patelins s’identifient à des Palestiniens qui, pourchassés, se firent égorger sans coup férir. C’est reconstituer les œufs à partir de cette même "(h)omelette fertile" ! C’est admettre que l’avenir n’appartient qu’aux pays coopérants ; et non pas à ces patelins si funestement divergents ! Voilà pourquoi, n’en déplaise à tous les Malsains, yâ hassértéééh, il est urgent de danser La vraie dabbkéééh en criant : "Yâ ïîîîch le croissant fertile mais éhhh Démocratique cette fois-ci !". Si, si.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOILÀ ! IL A LA BRAVOURE DE FAIRE LA MEA CULPA... DES LIBANAIS CHRÉTIENS ? JE DIRAIS DE TOUS LES LIBANAIS : CERVEAUX EN PANNE... INCAPACITÉ(S) INTELLECTUELLE(S)... INEFFICACITÉ(S)... TOUT AU PLURIEL... EST-CE SUFFISANT ? BIEN SÛR QUE NON ! C'EST CE QUE J'APPELLE DANS MON ANALYSE ET MES RÉACTIONS : ABRUTISSEMENT... CERVEAUX CONSTIPÉS... VAURIENS... ETC... SI "TOUS" NOS ABRUTIS POUVAIENT SOUDAIN SE RÉVEILLER ET COMPRENDRE QUE SEUL LE DIALOGUE PEUT SAUVER CE PAUVRE PAYS... ET QUE C'EST UN CRIME, DANS LA SITUATION ACTUELLE Où NOUS NOUS TROUVONS, QUE DE REFUSER LE DIALOGUE AVEC SES CONCITOYENS... QUELLES QUE SOIENT LES FAUTES, ERREURS OU CRIMES QUE LES UNS IMPUTENT AUX AUTRES... SANS QUE CHACUN PRENNE LA PEINE D'ANALYSER LES POURQUOI ET LES COMMENT ! LE PATRIARCHE A DIT "TOUS DES VENDUS"... JUDAS, REPENTI, A EU LE COURAGE DE SE PENDRE ! AYEZ CELUI DE DIALOGUER... SINON, SUIVEZ SON EXEMPLE !!!

Halim Abou Chacra

Il faudrait un plan chrétien pour "promouvoir la paix entre les deux ailes de l'islam". D'abord, et comme modèle, au Liban même. Ce serait un bon commencement.

Gebran Eid

ÇA C'ÉTAIT L'HISTOIRE. MAIS AUJOURD'HUI LES CHES AOUN ET SLEIMAN SONT DES MERCENAIRES POUR LE COMPTE DE L'IRAN.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Devoirs de l’homme

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun déterminé à renvoyer la balle gouvernementale dans le camp du Parlement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué