Dernières Infos

La Turquie accuse le principal parti kurde de Syrie d'avoir "torturé" les réfugiés de Kobané

AFP
14/10/2014

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a accusé mardi le principal parti politique kurde de Syrie d'avoir "torturé" les réfugiés kurdes qui ont fui l'offensive des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) sur la ville syrienne de Kobané.

"Nos frères (kurdes) sont venus ici (en Turquie) pour échapper à la pression du PYD (Parti de l'union démocratique). Ils ont imposé une très forte pression sur ceux qui ne partagent pas leurs opinions à Kobané", a déclaré M. Davutoglu lors de sa harangue hebdomadaire devant les députés de son parti.
"Demandez simplement à ceux de la région comment le PYD a torturé des gens à Kobané. Je demande à nos frères de la région de le dire haut et fort", a poursuivi le chef du gouvernement islamo-conservateur.
"Où étiez-vous lorsque le PYD oppressait certains Kurdes ?", a-t-il également lancé à la communauté internationale.

Les autorités turques n'entretiennent pas de liens officiels avec le PYD, considéré comme la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mène depuis 1984 une rébellion contre Ankara.
Dans un entretien la semaine dernière à l'AFP, le chef du PYD Salih Muslim a demandé à la Turquie d'ouvrir sa frontière aux combattants kurdes qui veulent rejoindre ceux qui défendent Kobané (Aïn al-Arab en langue arabe) contre les jihadistes.

Comme il refuse d'intervenir militairement contre EI, le gouvernement turc a écarté cette idée, redoutant que de telles mesures ne renforcent par ricochet le président syrien Bachar al-Assad, sa bête noire, et la position des Kurdes liés au PKK.

"Tout ceci n'a rien à voir avec Kobané, il s'agit de faire pression sur la Turquie à travers Kobané", a estimé M. Davutoglu en dénonçant les pressions internationales pour une intervention turque. "Mais la Turquie n'a aucun appétit pour les aventures", a-t-il dit.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants