Rechercher
Rechercher

Liban

Raï : Je ne soutiens aucun candidat à la présidence, je n’exclus et je ne nommerai personne...

Les représentants des cinq pays membres du Conseil de sécurité et le nonce apostolique, hier, à Bkerké. Photo Émile Eid

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a affirmé hier, devant les représentants des cinq pays membres du Conseil de sécurité réunis à Bkerké et devant le représentant personnel du secrétaire général de l'Onu, Derek Plumbly, qu'il ne « soutient aucun candidat à la présidence de la République » et qu'il ne nommera personne et n'exclura personne de la course. « Cela se base sur mon respect de la démocratie, de la Chambre et des députés », a-t-il dit.
« Tout ce qui est dit sur des noms que Bkerké aurait proposé est faux », a-t-il dit, appelant les députés « à se rendre à la Chambre et à élire un président, celui qu'ils considèrent comme le plus fort ».
Mgr Raï a souligné « la nécessité d'aider les hommes politiques libanais à élire un président ».
« Certains disent que les chrétiens ou les maronites doivent s'entendre sur un candidat. Cela est inacceptable. Le président de la République n'appartient pas qu'aux maronites ou aux chrétiens, mais à tous les Libanais. Aucune communauté n'a le droit de s'entendre, seule, sur un candidat. Cela concerne tous les Libanais. Comme il n'y a pas, au Liban, de candidature à la présidence de la République, personne n'a le droit d'accepter ou d'exclure un candidat pour le bien du consensus. Il faut qu'il y ait un vote à la Chambre, deux, trois fois, et si aucun n'est élu, les blocs doivent s'entendre alors sur un seul candidat ou deux », a-t-il ajouté.

Plumbly
« Les patriarches ont partagé avec nous leurs préoccupations sur les récents développements, notamment en ce qui concerne les communautés chrétiennes en Irak et dans la région. Mes collègues et moi-même avons été émus par ce que nous avons entendu, et nous avons tous mis en évidence de nos différentes façons l'importance de la présence chrétienne au Moyen-Orient », a indiqué de son côté Derek Plumbly à l'issue de la réunion.
« Le secrétaire général de l'Onu a condamné à plusieurs reprises la persécution des chrétiens et d'autres minorités par l'EI en Irak. Les membres du Conseil de sécurité se sont exprimés très clairement sur le sujet le 5 et le 7 août, et ont adopté la semaine dernière à l'unanimité la résolution 2170 qui vise l'EI et d'autres groupes responsables de ces atrocités », a-t-il poursuivi.
« Les membres du Conseil de sécurité ont également appelé la communauté internationale à faire tout son possible pour alléger les souffrances des populations touchées, et l'Onu est en train d'entreprendre une opération de secours massive en Irak, en plus de l'aide qu'elle apporte ailleurs dans la région », a-t-il noté.
« Les patriarches avaient d'autres suggestions. Ce n'est pas seulement une question humanitaire, et je sais que mes collègues et moi allons rapporter très attentivement ce qu'ils ont dit », a ajouté M. Plumbly.
Le diplomate onusien a souligné « combien importantes pour nous tous sont la coexistence et l'unité dont le Liban jouit actuellement, et combien cela est important pour le reste de la région, surtout en ce moment ».
« Nous avons brièvement discuté de la question de l'élection présidentielle. Nous avions convenu avec le patriarche Raï que le vide prolongé à la présidence serait un grave sujet de préoccupation. C'était il y a deux mois. L'urgence de cette question devrait être vraiment évidente pour tout le monde », a-t-il conclu.
Il convient enfin de signaler que le patriarche quitte aujourd'hui jeudi Beyrouth à destination du Vatican pour tenir le Saint-Siège au courant de sa tournée avec les patriarches orientaux à Erbil, au Kurdistan.


Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a affirmé hier, devant les représentants des cinq pays membres du Conseil de sécurité réunis à Bkerké et devant le représentant personnel du secrétaire général de l'Onu, Derek Plumbly, qu'il ne « soutient aucun candidat à la présidence de la République » et qu'il ne nommera personne et n'exclura personne de la course. « Cela se...

commentaires (2)

DE QUELLE COURSE PARLE LE PATRIARCHE RAÏ ? CAR AUX COURSES SE PRÉSENTENT PLUSIEURS CHEVAUX... LE PLUS HABILE LA REMPORTE ! OR CHEZ NOUS IL N'Y A QUE DES POUSSES.... ET DES MOUSSES... ET CHACUN VEUT ÊTRE LE CAPITAINE... AVEC DE TELS ABRUTIS LE NAVIRE ÉCHOUERA À COUP SÛR ! LE VIDE, PEUT-ÊTRE, EST MIEUX REMPLI SANS EUX !!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

10 h 26, le 28 août 2014

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • DE QUELLE COURSE PARLE LE PATRIARCHE RAÏ ? CAR AUX COURSES SE PRÉSENTENT PLUSIEURS CHEVAUX... LE PLUS HABILE LA REMPORTE ! OR CHEZ NOUS IL N'Y A QUE DES POUSSES.... ET DES MOUSSES... ET CHACUN VEUT ÊTRE LE CAPITAINE... AVEC DE TELS ABRUTIS LE NAVIRE ÉCHOUERA À COUP SÛR ! LE VIDE, PEUT-ÊTRE, EST MIEUX REMPLI SANS EUX !!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 26, le 28 août 2014

  • Il y a un "Sauveur" qui sait bien mieux que le patriarche -et même mieux que l'ange Gabriel- quel est l'intérêt du Liban, des chrétiens du Liban et des chrétiens d'Orient. Hier même, en une intervention télévisée, le député Nabil Naicolas -Que Dieu bénisse sa bouche- le disait en termes un peu voilés mais au sens bien clair.

    Halim Abou Chacra

    09 h 40, le 28 août 2014