Rechercher
Rechercher

Liban - Communautés

L’esprit d’Assise à Bkerké

Une rencontre interreligieuse s'est tenue au siège patriarcal maronite, autour des reliques de Jean-Paul II.

Un instant de répit, (pas très) loin de la présidentielle, pour les chefs spirituels des différentes communautés, qui se sont retrouvés hier à Bkerké, en présence du président Sleiman, pour une cérémonie autour des reliques de Jean-Paul II. Photo ÉMILE EID

À l'initiative des pères lazaristes et de la fondation Adyan, et sur le thème « Jean-Paul II et son message pour le Liban », une émouvante rencontre interreligieuse s'est tenue hier à Bkerké, autour d'une relique du nouveau saint , à laquelle le président Michel Sleiman a tenu à s'associer de bout en bout. Les discours y ont alterné avec des chants religieux exécutés par la chorale interreligieuse des enfants de Hammana.
Dans l'esprit de la rencontre interreligieuse d'Assise (1986), la rencontre a permis aux chefs religieux musulmans et chrétiens de réaffirmer, loin de la langue de bois politique, « la solidarité spirituelle » qui les lie entre eux, au sein d'une patrie nommée Liban. Une patrie que Jean-Paul II, dont le sang contenu dans une ampoule était le témoin silencieux de cette rencontre, a une fois pour toutes qualifiée de « message de tolérance et de pluralisme pour l'Orient et l'Occident ».


La rencontre a clôturé une « visite » de ces reliques au Liban, entamée vendredi dernier. La relique consiste en une ampoule contenant un sang recueilli la veille de sa mort, lors d'un examen sanguin.
Tour à tour, le mufti Mohammad Rachid Kabbani, le mufti jaafarite Ahmad Kabalan, le cheikh Akl druze, Naïm Hassan, le pasteur Habib Badre , le provincial des pères lazaristes, Jacques Haddad, Mgr Kayyal, représentant du patriarche orthodoxe Youhanna X Yazigi, le représentant du patriarche des syriaques orthodoxes et le nonce apostolique, Gabriele Caccia, ont pris la parole pour redire en profondeur ce qu'ils doivent et ce que le Liban doit à l'action inlassable déployée par Jean-Paul II pour sauver le pays de la disparition et en préserver vivante la vocation historique.

 

(Repère : Les chrétiens de Terre sainte : communautés diverses dans une région troublée)

 

Vivant dans la conscience
C'est ainsi que le mufti a rappelé le souvenir d'un homme « toujours vivant dans nos consciences de Libanais et qui gardait le Liban dans sa conscience, sa raison et son cœur, aux jours les plus noirs de la discorde et de la guerre, et qui nous a rendu visite (1997) après s'être assuré que nos différends étaient retombés ».
« Le Liban est sans valeur sans la culture d'un partenariat véritable entre ses communautés respectueuses des droits, et parmi ces droits, celui de la liberté religieuse », a encore dit le mufti, en se référant explicitement à l'exhortation apostolique « Une espérance pour le Liban », qui semble plus vivante dans l'esprit de certains chefs musulmans que dans celui de beaucoup de chrétiens engagés.
Et d'appeler à un Liban « modèle de l'unité dans la diversité dans le monde arabe », qui doit servir de modèle à un projet de « pacte moral » islamo-chrétien qui doit commencer par le Liban et s'étendre au monde arabe.
Avec une éloquence qu'on ne lui connaissait pas, le mufti jaafarite devait affirmer que le Liban, ce n'est pas la pierre solide « mais l'homme, qui est relique de Dieu ».

 

(Repère : Les grandes étapes du pape François en Terre sainte)

 

Pacte entre l'Église et la Mosquée
« L'Église et la Mosquée doivent produire l'homme de l'amour, du partage et de la communion, c'est un pacte que le Liban doit sceller », a encore lancé avec beaucoup de profondeur cheikh Kabalan, qui a conclu ainsi : « La vie commune entre musulmans et chrétiens doit s'incarner dans l'élection d'un nouveau président qui doit en préserver l'esprit, avant même d'en préserver les institutions. »
Ce même attachement aux valeurs morales à dimension sociale et au Liban comme école du vivre-ensemble entre hommes de traditions religieuses différentes, était évident dans le discours de cheikh Naïm Hassan, qui a exalté avec force les valeurs de la famille.

 

(Lire aussi : « Les chrétiens du Moyen-Orient vivent leur période de déclin la plus spectaculaire, et c'est irréversible »)

 

Raï : Un nouveau président
Prenant la parole en dernier, le patriarche Raï a demandé, par l'intercession de Jean-Paul II, qu'un nouveau président de la République soit élu « avant la fin de la semaine ».
Et d'ajouter : « Le Moyen-Orient a un besoin urgent de réconciliation, a dit le pape Jean-Paul II. Mais une réconciliation véritable ne se fait pas aux dépens des droits. Un échec du Liban serait un échec dramatique de la liberté (...). Nous faisons à nouveau serment de protéger le Liban dans toutes ses composantes et d'y fortifier la convivialité et la coopération, sur la base du respect des libertés et des droits de l'homme, dans la conscience que le Liban est une valeur précieuse qui doit être mise au service du monde arabe et de la communauté internationale. »

 

Lire aussi
La Jordanie veut promouvoir son tourisme religieux grâce à la visite papale

Sabbah : Le voyage du patriarche Raï en Terre sainte renforcera l'enracinement arabe des chrétiens d'Israël

Sur la place Saint-Pierre, les jeunes Libanais ont célébré le « pape des jeunes »

 

 


À l'initiative des pères lazaristes et de la fondation Adyan, et sur le thème « Jean-Paul II et son message pour le Liban », une émouvante rencontre interreligieuse s'est tenue hier à Bkerké, autour d'une relique du nouveau saint , à laquelle le président Michel Sleiman a tenu à s'associer de bout en bout. Les discours y ont alterné avec des chants religieux exécutés par la...

commentaires (4)

"Sacrés" mollâhs, prélats et ulémas ! Quel Bazar !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

10 h 38, le 20 mai 2014

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • "Sacrés" mollâhs, prélats et ulémas ! Quel Bazar !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 38, le 20 mai 2014

  • À LES VOIR "TOUS" EN PHOTO ON DIRAIT : QUELLE UNITÉ NATIONALE ! QUELS HOMMES DE BONNE FOI ! MAIS L'INTELLIGENT DIRAIT : QUEL ABRUTISSEMENT !!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 41, le 20 mai 2014

  • CERTAINS PRÉSENTS : DE LA MASCARADE !!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    05 h 58, le 20 mai 2014

  • Et dire que c'est toujours au nom de ce qu'ils représentent, que les gens s'entretuent !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    03 h 35, le 20 mai 2014

Retour en haut