X

Liban

Nadine Moussa, première femme candidate : « Tout changement commence par un rêve »

Présidentielle

Première femme à avoir déposé officiellement sa candidature pour l'élection présidentielle, Nadine Moussa annoncera mardi son programme électoral.

Nada MERHI | OLJ
18/04/2014

Nadine Moussa fait partie de ces Libanais patriotes qui aspirent à vivre « normalement » dans leur pays et à lutter contre l'émigration des jeunes. Déçue par une classe politique qui « dans sa majorité favorise ses propres intérêts personnels au détriment des intérêts généraux », avide de changement et aspirant à un Liban nouveau, elle a déposé officiellement sa candidature à la prochaine élection présidentielle. Elle présentera son programme au cours d'une conférence de presse qu'elle tiendra le mardi 22 avril, à 11h, au siège de l'ordre de la presse.


Avocate de profession et mère de deux jeunes filles de 16 ans, Nadine Moussa est une militante de la société civile depuis plus de dix ans. « Souvent, on n'arrivait pas à obtenir des résultats tangibles ni à faire passer des lois essentielles, confie-t-elle à L'Orient-Le Jour. Des projets de loi aussi importants que la lutte contre la corruption, le droit à l'information, le gouvernement électronique, le code civil du statut personnel, l'assurance-vieillesse, la carte sanitaire pour tous, la sûreté alimentaire... finissaient dans les tiroirs du Parlement. »
Or, pour bien fonctionner, un État « doit se doter de lois pour l'application des principes généraux énoncés dans la Constitution », affirme Nadine Moussa. « Ce qui n'est pas le cas du Liban, constate-t-elle. Notre État ressemble à une photocopieuse sans mode d'emploi. Pour qu'il fonctionne, il faudrait, à mon avis, adopter douze projets essentiels, qui constituent le mode d'emploi pour un bon fonctionnement des principales institutions constitutionnelles. » Il s'agit de lois d'applications pour le fonctionnement de la présidence, pour le fonctionnement du Conseil des ministres, pour l'organisation des différents départements du Conseil des ministres, pour le fonctionnement des services de sécurité, pour un pouvoir judiciaire indépendant, pour le fonctionnement de l'armée, pour le fonctionnement du Conseil supérieur de défense, pour le fonctionnement des médias, pour la décentralisation, pour l'organisation administrative de l'État, ainsi que d'une loi électorale et d'un plan global pour le développement.

 

(Repère: Qui, quand, comment... Le manuel de l'élection présidentielle libanaise)

 

Mobiliser l'opinion publique
En élaborant son programme électoral, Nadine Moussa explique avoir pensé à donner des solutions à deux problèmes essentiels : les raisons pour lesquelles l'État ne fonctionne pas et celles pour lesquelles le Libanais n'est pas un citoyen. « Depuis l'indépendance, nous avons commis des erreurs stratégiques majeures, fait-elle remarquer. De plus, nous avons une classe politique qui dans sa majorité favorise ses intérêts personnels au détriment des intérêts généraux. Il faudrait donc qu'il y ait un bond en avant qualitatif pour résoudre ces problèmes. »


La candidate est sûre de pouvoir le faire, « parce que je vais à la source du problème ». Elle indique ainsi que « ce bond qualitatif » doit être basé sur « une révision du contrat social entre les différentes composantes du pays pour aboutir à une formule susceptible de satisfaire les intérêts généraux de tous et de chacun ». « Aucune faction ne doit se sentir démunie, opprimée ou en danger, insiste-t-elle encore. Si on ne traite pas le problème à la source, on va continuer à vivre des guerres civiles latentes et non déclarées. »

 

(Verbatim : le discours-programme de Geagea pour la présidence de la République)


Nadine Moussa note en outre que l'édification de l'État de droit, de la justice et de la justice sociale est l'une des principales composantes de son programme électoral et de sa vision, « car sans la justice et la justice sociale, on n'aura pas de paix ». Elle œuvrera également à lutter contre la corruption, à édifier un État moderne avec une bonne gouvernance, à exploiter les ressources naturelles du pays de « la manière la plus transparente possible, sachant que les bénéfices de ces ressources doivent être distribués de façon équitable et égalitaire entre l'État et les citoyens ».


N'est-ce pas un projet trop ambitieux ? « Tout changement a commencé par un rêve », affirme Nadine Moussa. En ce qui concerne ses chances de réussir, elle répond : « Je compte mobiliser l'opinion publique autour de ce projet qui constitue la solution réelle aux problèmes et correspond aux aspirations de la grande majorité des Libanais. Si je suis élue, j'en serais ravie. Si je ne le suis pas et que j'arrive quand même à faire parvenir une partie de ma vision, j'aurais contribué à faire parvenir ma cause. »

 

Lire aussi

À table !, le billet de Gaby Nasr

Échéance présidentielle : attention, fromagistes ..., l'analyse de Michel Touma

Le scénario probable de la séance du 23 avril..., l'éclairage de Scarlett Haddad

La logique du quorum des deux tiers ne justifie aucunement un vide présidentiel

 

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ana Lebnene, Lebnene ou bess

a quand le vote au suffrage universel? Je suis pret a voter pour LA PREMIERE FEMME qui ose defier tous nos "vieux" mous machos.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Mais bon, bonne chance malgré tout !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BIEN QUE JE COMPRENDS CE QUE VOUS ENTENDEZ, MADAME, JE DIRAI PLUTÔT : TOUT CHANGEMENT COMMENCE PAR "UNE VOLONTÉ". VOTRE CANDIDATURE N'EST POINT L'ISSUE D'UN RÊVE. ELLE EST L'EFFET DE VOTRE "VOLONTÉ" ! VOULOIR = POUVOIR ! ET LES LIBANAIS : VEULENT-ILS ? OU PLUTÔT : PEUVENT-ILS ???

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ouiiii, mais de là à "rêver" debout !

Sabbagha Antoine

Qui sait dans un pays ou l’homme a échoué en politique peut être la femme pourra réussir là ou il a échoué , surtout changer ce système tribal . Courage pour ce pas audacieux de Nadine Moussa.

M.V.

C'est un bon outsider ....! elle a en principe la chance.... de n'avoir pas les gamelles que trimballent ses concurrents...

Ali Farhat

C'est bien une présidente.. Un reve pour un Liban qui se veut émancipé et moderne.. c'est en tous cas une de ces facettes. Mais hélas, mille fois hélas, les présidents au Liban sont aussi (certains analystes disent surtout) l'objet d'un consensus entre les plus grands centres de pouvoir régionaux et mondiaux.. C'est dire son importance et celle de ses forces résistantes sur l'échiquier de la plitique de la planète. Alors bravo Mamdame moussa, mais.. c'est surtout bien pour la forme w min 2al l'habit ne fait pas le moine?

LA TABLE RONDE

Et nous on reve de vous Madame !! en tant que presidente de la republique libanaise , hey ! what did you expect ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET POURQUOI PAS ? VOTRE PREMIER BUT DEVRAIT ÊTRE L'ÉRADICATION À LA RACINE DE L'ABRUTISSEMENT INNÉ. EN AVANT ET BONNE CHANCE !

Nadine Naccache

Bravo! Ca c'est le vrai changement. Ne vous laissez pas decourager, allez jusqu'au bout de l'aventure....

Georges Zehil Daniele

Bravo Nadine et j'espere que vous allez gagner.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué