X

À La Une

Le régime syrien reprend le Krak des Chevaliers et coupe la "route libanaise" des rebelles

Liban

Raids aériens syriens meurtriers à la frontière syro-libanaise.

 

OLJ/Agences
20/03/2014

Le régime syrien a remporté jeudi une importante victoire en s'emparant du Krak des Chevaliers, une citadelle croisée se trouvant dans le village d'al-Hosn, à la lisière du Liban, et qui fut durant deux ans une place forte des rebelles.

"L'armée arabe syrienne a hissé le drapeau de la nation sur le Krak des Chevaliers dans la province de Homs après avoir écrasé les terroristes qui s'y cachaient", a affirmé la télévision syrienne. La chaîne al-Mayadeen, basée à Beyrouth et qui soutient le régime de Damas, a montré des combattants loyalistes à l'intérieur du Krak des Chevaliers, hissant le drapeau syrien sur un des donjons de la citadelle croisée. Les combattants pro-régime tiraient en l'air pour célébrer leur victoire.

 

Le fort fut construit à partir de 1031 par les Abbassides, une dynastie de califes arabes. En 1142, au temps des Croisades, le château est confié à l'ordre des Hospitaliers qui construit plusieurs ouvrages défensifs. C'est de cette époque que date le nom de Krak des Chevaliers.

Cette nouvelle victoire de l'armée du régime intervient alors qu'elle a déjà repris aux rebelles Yabroud et Ras al-Aïn dans les montagnes du Qalamoun, renforçant son emprise sur cette région stratégique proche de la frontière libanaise. Le pouvoir syrien a comme objectif de sécuriser entièrement la frontière et de fermer tous les points de passages avec le Liban. Mais il devra pour cela s'emparer de Rankous, au sud de Yabroud, et Flita et Ras al-Maara, au nord-ouest.

 

"Le Krak des Chevaliers a été libéré, ainsi que la région autour, des hommes armés et des terroristes qui venaient de Syrie, du Liban et d'autres pays. Stratégiquement cela veut dire, que la route d'approvisionnement qui commençait à Wadi Khaled au Liban en direction de Tal Kalakh puis à Homs est coupée et nous avons mis fin à l'infiltration des terroristes", a affirmé un colonel à cette chaîne.

"Un certain nombre d'hommes armés se sont rendus ce qui a aidé à la chute du Krak et maintenant il sera possible de s'occuper des autres partie de la province" (de Homs sous contrôle rebelle), a-t-il ajouté. "Certains hommes armés essaient de fuir vers le Liban et il y a des unités de l'armée et (des supplétifs) des Forces de Défense nationale qui les poursuivent avant qu'ils arrivent à la frontière", a souligné le colonel.

 

 

Raids aériens au Liban

Une source militaire a indiqué que onze rebelles qui fuyaient le Krack des Chevaliers ont été tués jeudi en tentant d'entrer au Liban. "Durant les opérations dans les régions d'al-Hosn, des hommes armés, qui tentaient de fuir vers le territoire libanais, sont tombés dans une embuscade tendue par l'armée et onze d'entre eux ont été tués", a indiqué cette source à l'AFP.

 

Les combats violents en Syrie ont poussé une nouvelle vague de Syriens à se réfugier à Wadi Khaled, région majoritairement sunnite et soutenant les rebelles combattant le régime de Bachar el-Assad, qui a déjà accueilli des milliers de Syriens depuis le début du conflit en mars 2011.

Une région pilonnée jeudi matin par les forces du régime. Le village de Bokayaa, dans la région de Wadi Khaled, a été touché par des tirs d'artillerie et plusieurs habitations ont été endommagées. Une position de l'armée y a été aussi la cible de tirs en provenance de Syrie, selon l'Agence nationale d'information (ANI). Les autorités syriennes ont, en outre, fermé le poste frontière de Bokayaa, bloquant le passage dans les deux sens, a rapporté l'Agence nationale d'information (ANI).

 

Selon l'OSDH, au moins 60 personnes ont été tuées ou blessées en fuyant la région d'al-Hosn vers le Liban. Parmi les victimes figurent des rebelles et des civils.

Pour sa part, une source de sécurité libanaise a fait état de 45 blessés, civils et rebelles, par les bombardements de l'artillerie syrienne alors qu'ils traversaient le Nahr al-Kebir, le cours d'eau qui sépare les deux pays au nord du Liban. Certains ont été touchés alors qu'ils se trouvaient en territoire syrien et d'autres alors qu'ils avaient atteint le Liban, selon la même source. Un représentant d'une organisation islamique a indiqué à l'ANI s'attendre à l'arrivée de plus d'une centaine de blessés syriens.

 

 

 

Colère et manifestations
Cette nouvelle agression a suscité des mouvements de colère dans la région. Des jeunes gens ont coupé l'autoroute internationale entre Tripoli, capitale du Liban-nord, et le Akkar pour protester contre les tirs. Dans le camps de réfugiés palestiniens de Beddaoui, des routes ont été coupées et un minibus incendié. La route principale de Halba a également été brièvement coupée et des tirs ont été signalés sur la place principale de cette ville du Akkar.

Dans la Békaa, Ersal a également été la cible de deux raids syriens jeudi matin. Ils viennent s'ajotuer à deux radis perpétrés la veille. "Des hélicoptères syriens ont mené deux raids visant les localités de Wadi Ajram et Khirbet Younin dans les faubourgs d'Ersal vers 21H00" (19H00 GMT) mercredi, a indiqué une source des services de sécurité libanais.

 

Depuis plusieurs mois, Ersal, où sont installés de dizaines de milliers de réfugiés syriens, est la cible de raids aériens menés par les forces du régime de Damas, qui dit pourchasser des rebelles. Ersal sert de point de passage pour les réfugiés, les armes et les rebelles, selon des sources au sein des services de sécurité libanais. Mercredi, l'armée libanaise a arrêté 15 hommes à un point de contrôle d'Ersal, dont des membres du groupe jihadiste Al-Nosra, entrés au Liban avec de faux papiers, selon l'ANI.

Le17 janvier, huit personnes, dont cinq enfants, avaient été tuées par des obus. En décembre, un raid aérien avait conduit l'armée libanaise à riposter, pour la première fois depuis le début du conflit syrien en mars 2011, avec des tirs de mitrailleuses anti-aériennes sur des hélicoptères.

Ces nouveaux raids syriens interviennent alors que l'armée libanaise a commencé, mercredi, à se déployer dans l'ensemble de Ersal, en dégageant par ailleurs les accès à cette localité. Mardi, les routes menant à Ersal avaient été bloquée par des habitants chiites de Laboué protestant conte la multiplication des attaques aux roquettes sur leur localité, située à quelques kilomètres plus à l'ouest. Le blocage des accès à Ersal avait exacerbé la colère de la rue sunnite dans plusieurs régions libanaises.

 

Lire aussi
Les sunnites ultras de Tripoli appellent au jihad contre l'armée libanaise

L'ONU rappelle à la Syrie la nécessité de respecter la souveraineté du Liban

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RE-MARK-ABLE

Toute la Syrie sera libérée de la vermine calamiteuse des salafowahabites binsaouds , avec ou contre l'avis de ces derniers , d'ailleurs des ordres fusent de cette démocratie du désert pour que les pions locaux signent des arrangements avec les résistances avant que le ciel ne leur tombe sur la tête endommagée de ces cervelles gruyerisées à mort ....

RE-MARK-ABLE

En stratégie militaire quand les défaites s'accélèrent et se font de plus en plus proche , le résultat de cette débandade est du au fait que les trahisons commencent à porter leur fruit. Les mercenaires sont désorientés parce que les services de renseignement des résistances tournent à plein régime , et dans leur fuite ils sont localisés et neutralisé en concordance des balances qui se trouvent parmi elles . Comme ce qui est arrivé en 2000 , lors de la fuite des usurpateurs de chez nous au sud Liban . Les mêmes stratégies donnent les mêmes résultats , nos regards se tournent vers le Golan en voie de libération , Nshallah !

Yves Prevost

Puisqu'elle est installée Ersal, pourquoi l'armée libanaise n'a-t-elle pas abattu ces hélicoptères? "nous avons mis fin à l'infiltration des terroristes" nous dit-on, voire! Gageons que la route reste ouverte pour les miliciens du Hezbollah

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Bandes de salopards bâäSSyriens et acolytes ! Ils finiront, dans touuus les cas, rassemblés chacun dans leurs réduits respectifs l'un nousayrî-älaouïte et l'autre fakkihiste. Yâ hassirtîîîh !

RE-MARK-ABLE

Allez , plus que quelques centimètres avant de remporter une victoire définitive sur les salafos wahabites binsouds en déconfiture totale . Un grand merci à celui qui a inventé le sandwich , entre la calamine nettoyée au Qalamoun et l'armée libanaise qui retrouve son honneur à ersal en voie de libération , il nous reste juste que le ketchup à ajouter sur le hot dog terroriste binsaoudique avant de le déguster à la libanaise, sauce résistance .

IMB a SPO

Il est ou notre Ministre des Affaires Etrangeres Gebram (im)Bassil? Ne faudrait-il pas se plaindre au Conseil de Securite pour ces aggressions? Ou bien s'agissant de la Syrie on laisse faire????

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et ce n'est malheureusement que le début d'un aperçu !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE LIBAN, MALGRÉ LUI, PRIS DANS LA TOURMENTE !

Sabbagha Antoine

Triste de constater que plus l'armée syrienne ratisse et remporte des victoires plus les tensions sunnites chiites augmentent au Liban.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué