X

À La Une

Crise entre Israël et la Jordanie après la mort d'un juge jordanien

diplomatie

Neyanyahu exprime ses regrets sans apaiser Amman.

OLJ/AFP
11/03/2014

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé mardi ses "regrets" après la mort d'un juge jordanien tué par des soldats israéliens, sans apaiser Amman qui en a fait porter "l'entière responsabilité" à l’État hébreu.

La mort lundi du juge d'origine palestinienne Raed Zeiter, 38 ans, au point de passage du pont Allenby entre la Cisjordanie occupée et la Jordanie, a soulevé de vives protestations en Jordanie liée à Israël par un traité de paix depuis 1994.

L'armée israélienne a affirmé que le juge avait attaqué les soldats et tenté de prendre l'arme d'un militaire. En revanche, sa famille et un centre palestinien des droits de l'Homme ont soutenu qu'il avait été tué de "sang-froid".

"Israël regrette la mort du juge Raed Zeiter et exprime sa sympathie au peuple et au gouvernement de Jordanie", a affirmé M. Netanyahu dans un communiqué. Il a annoncé qu'Israël avait accepté une requête jordanienne de constituer une "équipe conjointe" pour enquêter sur l'incident et celle-ci "commencera rapidement son travail".

Selon les médias israéliens, ce communiqué a été publié après des consultations-marathons entre l'émissaire de M. Netanyahu, Yitzhak Molkho, et des responsables jordaniens. Un haut responsable israélien a confirmé à l'AFP des "consultations discrètes à haut niveau".

 

Courroux de la Jordanie
Malgré les "regrets" publics israéliens, le Premier ministre jordanien Abdallah Nsour a attribué au gouvernement israélien "l'entière" responsabilité de ce "crime hideux", devant une réunion du Parlement. "Les excuses du gouvernement israélien ne justifient pas cet acte perfide. La Jordanie a fait pression sur Israël pour qu'il présente des excuses formelles", a-t-il dit.

Le ministre de l'Information, Mohammed Momani, a exigé des "sanctions fermes" contre le soldat responsable de la mort du juge, un "civil jordanien sans arme".

"Nous ne resterons pas silencieux face à ce crime ignoble", s'est élevé le chef du Parlement, Atef Tarawneh.

Un citoyen jordanien présent dans l'hémicycle a tenté de brûler un drapeau israélien mais les policiers l'ont stoppé et l'ont sorti du Parlement. L'opposition islamiste jordanienne a, quant à elle, appelé à rompre les relations diplomatiques. Lundi, environ 200 personnes ont manifesté devant l'ambassade d'Israël en dénonçant le traité de paix.

 

Versions contradictoires
D'après les premières conclusions de l'enquête militaire israélienne, le juge se serait "précipité vers les soldats israéliens en criant 'Allah akbar' (Dieu est le plus grand) et en brandissant une barre de fer". "Il a tenté de prendre l'arme d'un soldat israélien, forçant les autres soldats présents à riposter en tirant vers ses jambes", a poursuivi l'armée, ajoutant qu'il avait alors "commencé à étrangler un soldat, obligeant les soldats à ouvrir le feu une nouvelle fois". A l'appui de ses dires, l'armée affirme avoir conduit "une enquête approfondie sous la forme d'un interrogatoire exhaustif des témoins par le personnel de sécurité" du pont Allenby.

Toutefois, le Centre palestinien des droits de l'Homme a contesté, dans un communiqué citant un témoin, cette version en affirmant que le juge avait été tué "de sang-froid" alors qu'il ne menaçait nullement la vie des soldats. Selon ce témoin, il a été bousculé par des soldats au moment de remonter dans une navette pour finir de traverser le pont, ce qui a déclenché une bagarre. Tombé à terre, le juge a alors repoussé un des soldats qui a tiré sur lui, l'atteignant mortellement à la poitrine.

Issu d'une famille originaire de Naplouse en Cisjordanie, Raed Zeiter avait la nationalité jordanienne et exerçait les fonctions de juge dans un tribunal d'Amman. Il a été enterré à Naplouse, le corps enveloppé dans un drapeau palestinien, en présence de centaines de personnes.

"Ils ont tué mon fils unique de sang-froid. Il n'était pas armé et ne savait même pas comment se servir d'une arme", a dit son père, Alaa Zeiter, venu d'Amman.

L'Autorité palestinienne a réclamé la création d'une commission d'enquête internationale.

Déjà les relations étaient tendues entre Israël et la Jordanie, M. Nsour ayant prévenu fin février que son pays pourrait demander une révision du traité de paix, après un débat en Israël sur "l'application de la souveraineté" israélienne sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, dont le royaume est le gardien.

 

Pour mémoire
La Jordanie menace de réexaminer le traité de paix avec Israël

Les Palestiniens excluent toute prolongation des négociations avec Israël

La Knesset vote la distinction entre Arabes chrétiens et musulmans

À Amman, Abdallah II demande à Netanyahu d'écouter Kerry

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

C’est tous les jours dimanche

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants