Rechercher
Rechercher

Libre cours

Park(ing) Day, se réapproprier l’espace public et reconquérir la ville

Hamra s’est drapée de vert le vendredi 20 septembre pour célébrer le Park(ing) Day.

Trois aires de stationnement en plein cœur de Beyrouth, rue Hamra, convertis pour quelques heures en de miniparcs où il fait bon se détendre et s’amuser entre amis. Telle est l’action menée par Kristelle Boulos, étudiante en paysagisme, Balsam Aoun, Arwa al-Jalahma, toutes deux de la Société du paysage de l’AUB, ainsi que Dima Boulad et Lynn Abdouni, de Beirut Green Project, le vendredi 20 septembre, à l’occasion du Park(ing) Day célébré par des centaines de villes de par le monde. « Pour la seconde édition du Park(ing) Day au Liban, nous avons fait appel à l’ONG Beirut Green Project, un collectif citoyen qui vise à rendre Beyrouth plus verte, pour participer à cet évènement et nous aider à le promouvoir », explique Kristelle Boulos, instigatrice, en 2012, avec une poignée d’autres étudiants, de ce concept au pays du Cèdre. Un concept lancé en 2005 à San Francisco par un collectif d’artistes, de paysagistes et de designers dans l’objectif de sensibiliser les gens à l’importance de la réappropriation des espaces publics par la promotion de la créativité et de l’engagement critique.
Les jeunes organisateurs ont remplacé les voitures dans les espaces de stationnement par des plantes vertes et installé sur les lieux un stand de limonade, un autre de graines, un espace photo, de la musique ainsi qu’un trampoline. De nombreuses organisations écologiques ou communautaires ont mis la main à la pâte pour faire de cet évènement une réussite. « La Société de paysage de l’AUB a tenu le premier espace, Beirut Green Project, avec Haven for Artists, le deuxième, et finalement, AltCity, en collaboration avec Deghri Messengers, jeune entreprise de coursiers à vélo, et TedX Hamra, a animé le troisième », précise Kristelle. À l’aide d’un tricycle offert pour l’occasion par Beirut by Bike, les jeunes ont sillonné les rues adjacentes à Hamra pour inviter les gens à découvrir ce concept. « À travers notre action, nous avons voulu montrer que même avec peu de moyens, une ville peut se transformer en un endroit plus convivial. Si seulement on offrait un peu plus d’espace aux piétons et moins aux voitures. Park(ing) Day permet aux gens de se rappeler que la rue est un espace public et de voir que si on trouve que notre pays n’a pas assez d’espaces publics, c’est parce qu’on ne les “investit” pas. ».
Un dernier mot ? « J’appelle les Libanais à agir au lieu de se plaindre », affirme Kristelle Boulos.

Trois aires de stationnement en plein cœur de Beyrouth, rue Hamra, convertis pour quelques heures en de miniparcs où il fait bon se détendre et s’amuser entre amis. Telle est l’action menée par Kristelle Boulos, étudiante en paysagisme, Balsam Aoun, Arwa al-Jalahma, toutes deux de la Société du paysage de l’AUB, ainsi que Dima Boulad et Lynn Abdouni, de Beirut Green Project, le...

commentaires (0)

Commentaires (0)