X

À La Une

Les Frères musulmans chercheraient-ils à renverser les régimes des pays du Golfe ?

EAU "Ce sont des dictateurs", a dit le chef de la police de Dubaï à propos des dirigeants de la confrérie islamiste.
OLJ/Reuters
03/04/2013

Les Frères musulmans sont des "dictateurs" qui cherchent à renverser les régimes des pays du Golfe, accuse le chef de la police de Dubaï.

 

Dans un entretien accordé cette semaine à l'agence Reuters, Dhahi Khalfan réaffirme que les Frères musulmans égyptiens sont liés à un complot présumé visant à renverser le gouvernement des Emirats arabes unis. Selon lui, le but de cette organisation est d'imposer un Etat islamiste dans tous les pays du Golfe.

 

Les soupçons de Dhahi Khalfan se portent sur l'organisation islamiste née en Egypte en 1928 et parvenue au pouvoir après les élections qui ont suivi le soulèvement populaire de 2011 et la chute du président Hosni Moubarak.

 

"Ce sont des dictateurs," dit-il à propos des Frères musulmans, bannis des Emirats arabes unis (EAU). "Ils veulent changer les régimes en place depuis longtemps et obtenir le pouvoir à vie."

"Les Frères musulmans, en tant que parti au pouvoir, n'ont pas le droit de s'ingérer dans les affaires d'autres pays. Ils ne sont plus un parti politique et doivent respecter l'indépendance des autres pays," déclare-t-il.

 

Dhahi Khalfan justifie le procès de 94 conspirateurs émiratis présumés, jugé inéquitable par des groupes de défense des droits de l'homme.

Les accusés, dont des avocats, des enseignants, des juges et un membre de la famille régnante de l'un des sept Etats des EAU, sont parvenus à un stade avancé de leur conspiration.

 

"Les Emirats arabes unis ont agi au moment opportun pour contrer les projets des Frères musulmans dirigés par le Mourchid (guide)," déclare Dhahi Khalfan, faisant référence à Mohammed Badie, le guide suprême des Frères musulmans en Egypte.

 

Ahmed Aref, porte-parole des Frères musulmans, a balayé ces accusations. "Nous n'avons enfreint la loi dans aucun pays. Nous garantissons la loi," a-t-il déclaré "Il (Dhahi Khalfan) n'a pas de preuve d'une quelconque conspiration."

 

Certains militants islamistes émiratis, inspirés par la montée en puissance des groupes religieux en Egypte et en Tunisie, ont renforcé leurs activités, provoquant la colère des responsables des Emirats, où aucune opposition n'est tolérée.

 

 

Pour mémoire

Twitter, espace virtuel de liberté dans le Golfe

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Ils ont lâché des forces occultes et incontrôlables. Ils vont Aujourd'hui pour l'argent. Demain ils voudront et L'ARGENT
et le POUVOIR ! A TOUR DE RÔLE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué