X

Liban

Assir « conseille » au gouvernement d’envoyer plutôt l’armée à la frontière avec la Syrie

04/03/2013

On pensait que l’étincelle qui mettrait le feu aux poudres viendrait de Tripoli. Or, à la lumière de la montée en puissance du prédicateur de la mosquée Bilal ben Rabah, cheikh Ahmad el-Assir, et de l’escalade annoncée il y a quelques jours, c’est de Saïda que l’on redoute désormais voir naître la zizanie préludant à une explosion généralisée aux lourdes conséquences.


Le danger qui guette cette ville – et qui pourrait s’étendre à l’ensemble du pays comme une traînée de poudre – est d’autant plus à craindre que Saïda est non seulement située à la porte du Sud chiite et mène en direction des contingents de la Finul, mais comprend surtout l’un des camps les plus problématiques, celui de Aïn el-Héloué, lourdement armé et abritant des mouvances jihadistes qui échappent totalement au contrôle de l’État. La ville détient en outre son symbolisme, et par là même son caractère névralgique du fait de son tissu multicommunautaire et son pluralisme politique, un atout qui risque de se transformer, aujourd’hui, en agent de discorde.


Autant de facteurs de troubles potentiels qui expliquent la fermeté avec laquelle les forces de l’ordre et l’armée ont réagi au cours du week-end dernier, empêchant tout rassemblement dans la ville.
Ayant annoncé dès samedi un rassemblement au rond-point Maksar el-Abed, là où deux de ces partisans avaient été tués il y a quelques mois des suites d’un accrochage avec le Hezbollah, cheikh Assir et ses partisans n’ont toutefois pas réussi à sortir leurs voitures du périmètre de la mosquée à Abra. Venus pour le rejoindre de plusieurs endroits de la ville, ses supporters n’ont pu parvenir au point de ralliement, l’armée et les forces de l’ordre ayant bloqué tous les axes menant au lieu du rendez-vous. Déployée en force dans la ville, l’armée a fermé à l’aide de chars tous les axes menant à Abra en prévision de la manifestation, qui était prévue à 16h. La troupe a d’ailleurs encerclé le rond-point en question afin d’empêcher l’arrivée de manifestants.


« Le cheikh et ses partisans n’ont pas pu atteindre leurs objectifs », a indiqué une source militaire qui précise que le déploiement en force de l’armée et des FSI survient au lendemain d’une décision prise par la section Liban-Sud du Conseil central de sécurité.

 

(Lire aussi : La sécurité de Saïda à l’ordre du jour des rencontres palestino-libanaises)


Face à l’importance du cordon sécuritaire imposé en plusieurs endroits de la ville, le prédicateur a fini par faire dévier son parcours, se dirigeant dans un premier temps à la place de l’Étoile où cheikh Assir a continué de réaffirmer sa détermination à poursuivre son mouvement, jurant de ne point renoncer à ses revendications.
« Saïda est notre ville, qu’ils le veuillent ou non. Nous avons une liste de demandes qui doivent être exaucées. Sinon, ce sera l’escalade jusqu’à la mort », a menacé le prédicateur islamiste dans un message clairement adressé au Hezbollah.


Mettant en avant l’honneur de la communauté sunnite, il a affirmé qu’il ne permettra « à personne de bafouer notre dignité. Vous voulez véritablement édifier un État, commencez donc par vous rendre dans la banlieue sud pour mettre le grappin sur les criminels qui ont tué Rafic Hariri », a-t-il lancé à l’adresse des autorités, au milieu de encouragements de la foule qui scandait : « La mort est préférable à l’humiliation. »
Dans sa tirade, cheikh Assir a invité le gouvernement à envoyer l’armée aux frontières, « là où nos frères sont en train de mourir aux mains de l’armée syrienne (entendre les forces du régime), au lieu de vous immiscer dans des questions intérieures », a-t-il dit. Le cheikh s’est ensuite dirigé vers la mosquée al-Bizri, où il s’est recueilli avec ses partisans, avant de reprendre le chemin vers sa propre mosquée, Bilal ben Rabah.
Quelques mètres plus loin, une autre manifestation, organisée par le camp opposé sur une initiative du chef l’Organisation populaire nassérienne, Oussama Saad, devait avoir lieu à l’occasion de la commémoration de la mort de son père, Maarouf Saad.
Prié de commenter les mesures draconiennes prises ces deux derniers jours dans la ville de Saïda, une source militaire explique que le mot d’ordre est désormais de prévenir tout clash communautaire dans cette localité névralgique, d’autant que « cheikh Assir a une mission précise : celle d’exacerber la tension sunnito-chiite pour provoquer une zizanie ».
« Ce qui est à craindre avec ce genre de mouvement n’est pas tant le port des armes en lui-même, le dignitaire sunnite n’ayant que quelques armes personnelles, mais plutôt une montée continue de la tension communautaire et le réchauffement conséquent du front du Sud qui risque de s’enflammer d’un coup », affirme-t-on de même source.
Même son de cloche chez un autre officier informé, qui précise que « le phénomène Assir » fait craindre un effet de contagion dans le pays, la tension « pouvant rapidement se déplacer d’un endroit à l’autre et finir par gagner d’autres régions ». « Devant la recrudescence de son mouvement, les autres mouvances salafistes vont se trouver inéluctablement en concurrence avec lui et feront monter les enchères à leur tour », dit-il.
La troupe craint notamment le réveil de certaines cellules salafistes encore dormantes, dont certaines se trouvent bien implantée à Aïn el-Héloué, d’autres dans la Békaa, « voire à Beyrouth ».


Samedi, Ahmad el-Assir avait organisé une manifestation dans la cour de la mosquée Bilal ben Rabah à Saïda, au lendemain d’un mouvement de protestation vendredi dans la ville même. Vendredi soir, il avait affirmé que la manifestation de ses partisans « s’effectuera désormais au quotidien, selon une méthode d’escalade pacifique ».
C’est ce que confirme une source proche des services de sécurité qui assure que le prédicateur islamiste tient à préserver l’aspect pacifique de son mouvement auquel il n’envisage pas de mettre fin de sitôt. Dans une tentative visant à dédramatiser le mouvement parrainé par le prédicateur islamiste, on explique de même source que ce phénomène « n’est rien d’autre qu’une réaction à une situation de fait (entendre les armes du Hezbollah). Il est, de par sa nature, passager ». On ajoute, écartant la thèse d’une grave détérioration de la situation, que ni le Hezbollah ni Assir « ne veulent véritablement la confrontation ».


En attendant, la sécurité est tous les jours mise à rude épreuve dans cette ville, la patience de l’armée aussi.

 

Pour mémoire

À Saïda, les bases d’un conflit semblent se consolider


Tripoli-Ersal-Aïn el-Héloué, le triangle de la déstabilisation, l'éclairage de Scarlett Haddad

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Robert Malek

Oui mais le Assir (bass lihyéto tawilé ktir) n'est pas si pacifique que ça puisqu'il a souvent menacé de créer une force parallèle à la milice illégale et qu'il est même prêt à en découdre avec cette dernière. Ce sont deux tontons barbus flingueurs dont le Liban n'a absolument pas besoin. Sinon oui, bien sûr, tous les Libanais, sauf le Hezbollah (et pour cause), réclament l'arrestation des auteurs des attentats, chose impossible tant que l'Etat est pris en otage par notre gouvernement armé.

SAKR LEBNAN

Mais le Assir ne cherche pas à s'imposer aux autres. Ses manifestations sont pacifiques, ses paroles sont mesurées et ses réclamations logiques. Du moins jusqu'aujourd'hui.

Victor Mansour

Le Assir fait ce que tous libanais démocratique devrais faire, protesté comntre l'inégalité entre citoyen. Au Liban , nous sommes tous de la première classe sans exeption, il n'y a pas de deuxième classe

Victor Mansour

On parle qu'il ne faut pas attaquer l'Armée Libanaise, où sont les meutriers de Samer Hanna et de du Général François el Hajj et pourquoi personne a dit a ce moment là l'armée ligne rouge. La réponse est si c'était des personne autre que le hezbollah, l'état les aurait arrèté. Le seul péché de Assir est qu'il est salafiste, mais c'est drôle il n'y a rien dans sont discours des parole raciste envers d'autre communauté réligieuse au Liban.

Victor mansour

Entant que Maronite, je salut le courage de ce Cheikh Assir qui dit la vérité et dénonce l'innaction et les erreurs commises par l'état libanais. Où était l'états le 7 mai 2007 et pourquoin aucune personnes qui ont participé à cette acte ont été emprisonner. où sont les coupables qui ont tué tous les victimes des attants contre les tenors du 14 mars.

Sabbagha Antoine

Saluons toujours notre armée seule garante de la paix et unique planche de salut .




Antoine Sabbagha

SAKR LEBNAN

Quelle différence avec le GLORIEUX 7 Mai ? Même mentalité ! Celle de s'imposer aux autres... ACTION ET RÉACTION !

Ali Farhat

Aucune tentative de justifier ce salafiste sorti droit du moyen âge qui prône la violence jihadiste ne peut être tolérée. Ceux qui en veulent au Hezb et c'est leur droit, ne doivent pas confondre les choses au point de le mettre au même pied d'égalité ces.. gens-là, car le salafisme djihadiste, c'est la pire forme d'expression du terrorisme aveugle qui sévit actuellement sur notre planète. Elle n'épargne ni innocents , ni femmes et ni enfants... et pour cause, Ils font même peur aux maitres de la terreur et de l'injustice internationales légalisées; le sionisme et la foreign policy américaine. Certains Libanais, aveuglés par leurs frustrations doivent arrêter de vouloir soigner un fait politique par une sorte de hara kiri qui porterait le corps de notre Liban vers la mort en passant par l'agonie des guerres civiles et des divisions territoriales. Cautionner, tolérer, justifier ou meme comprendre, serait une Erreur Mortelle!!!!

SAKR LEBNAN

Quelqu'un peut-il expliquer pourquoi l'Armée Nationale ne se déploie pas sur les frontières Nord, Est et de l'Orient du Pays ? Et pourquoi l'autre armée de fait intervient à côté AU VU ET AU SU, bafouant l'Etat qui fait l'Aveugle et le Sourd ?

Halim Abou Chacra

La logique d'Ahmad el-Assir vis-à-vis de (ce qui reste de) l'Etat est la suivante : Tant que le Hezbollah se considère "intouchable" et que vous vous résignez devant ce fait, vous n'avez ni le droit ni le pouvoir d'arrêter notre mouvement. Si les Forces de l'ordre avaient AU MOINS arrêté l'élément du Hezbollah Mahmoud Hayek, clairement impliqué dans la tentative d'assassinat du député Boutros Harb à Badaro et que le Hezbollah protège et refuse de livrer à la justice depuis presque dix mois maintenant, l'Etat aurait fait preuve d'un minimum d'autorité, Ahmad el-Assir se serait tu et ses protestations en cours n'auraient pas eu lieu.

Robert Malek

Je me demande qui a besoin des conseils de ce nouveau fossoyeur du Liban. Dites, les deux barbus adeptes de l'autodestruction, vous ne voulez pas allez jouer ailleurs à "je te tiens, tu me tiens par la barbichette..." ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants