X

À La Une

Raï prie pour la fin de la guerre lors d'une visite historique à Damas

Religion Le patriarche maronite libanais assistera dimanche à l'intronisation de Yazigi.
OLJ/AFP
10/02/2013
Le patriarche maronite Bechara Boutros Raï est arrivé samedi en Syrie pour assister dimanche à l'intronisation de Youhana Yazigi, patriarche grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient, a indiqué la télévision syrienne.

La cérémonie est prévue dimanche à 08H30 (06H30 GMT) à l'église de la Croix sacrée à Qassar, dans le centre de la capitale syrienne.

 

Il s'agit de la première visite d'un patriarche maronite depuis l'indépendance en 1943, après celle de Mgr Antoun Boutros Arida, durant le mandat français. Les chrétiens syriens représentent environ 5% de la population.

 

(Pour mémoire : Les chrétiens, premier groupe religieux au monde)

 

A son arrivée à la frontière syrienne, le patriarche maronite a souhaité la fin de la crise en Syrie, exprimant sa solidarité avec le peuple syrien qui affronte "la mort et le déplacement forcé". Dans un entretien avec la chaîne syrienne al-Ikhbariya, Mgr Raï a affirmé qu’il était heureux de participer à la cérémonie d’intronisation du patriarche Yazigi. "C’est une joie pour toutes les Eglises", a-t-il dit.

 

Mgr Raï à la cathédrale Saint Antoine, à Damas. Photo AFP

 

Mgr Raï est arrivé du Liban par la route avant de participer à une messe à la cathédrale Saint Antoine, dans le quartier chrétien de Bab Touma, situé dans la vieille ville de Damas.

 

Au cours de cette messe célébrée à l'occasion de la Saint-Maron, Mgr Raï a affirmé qu'il attendait cette visite "depuis très longtemps". Dans son homélie, il a appelé "toutes les parties" à "mettre fin à la violence" en Syrie. "Nous sommes venus prier pour la paix en Syrie, au Liban et dans toute la région", a ajouté le patriarche maronite.

 

"Je suis content d'être ici à Damas (...) C'est une occasion pour prier tous ensemble pour la paix, la tranquilité, le retour des réfugiés et pour que soient trouvées des solutions pacifiques et diplomatiques aux problèmes en cours", a dit le patriarche.

 

Sur le plan politique, Mgr Raï a indiqué que les "reformes sont une nécessité dans tous les pays", mais qu'elles ne "devraient pas être imposées de l'extérieur". "Les réformes doivent venir de l'intérieur par le dialogue et l'accord", a dit dans son homélie le patriarche maronite.

Un secrétaire d'Etat chrétien, Joseph Soueid, représentait le président Bachar el-Assad à la messe.

 

Fin janvier, le cardinal Raï avait vivement dénoncé les Etats qui fournissent argent, armes et moyens divers au régime du président Bachar el-Assad et à l'opposition en Syrie, affirmant qu'ils auraient à répondre de "crimes devant le tribunal de l'Histoire".

 

Dans une déclaration publiée samedi par son bureau, le président libanais Michel Sleiman a apporté son soutien à Mgr Raï. "J'appuie cette visite et c'est au patriarche qu'il revient d'évaluer l'intérêt des chrétiens et il ne convient pas au chef de l'Etat de lui dire ce qu'il a à faire".

"Il n'est pas nécessaire que toute chose soit reliée à la politique. Le patriarche Raï comme le patriarche Yazigi connaissent l'intérêt des chrétiens et (savent) comment agir pour maintenir leur enracinement sur cette terre", a-t-il ajouté.

 

(Lire aussi : Benoît XVI veut "accompagner la vie des chrétiens du Moyen-Orient" via le patriarche Raï)

 

Si la communauté chrétienne syrienne est restée globalement à l'écart de la révolte qui s'est transformée en un conflit armé ayant fait, selon l'ONU, plus de 60.000 morts en près de deux ans, les chrétiens libanais sont profondément divisés entre pro et anti Assad.

 

Youhana Yazigi avait été élu le 17 décembre au monastère de Balamand, au nord de Beyrouth. Né il y a 57 ans à Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, il est originaire de Mar Marita, la plus grande vallée chrétienne de Syrie. Il était le métropolite grec-orthodoxe de l'Europe de l'ouest et centrale.

 

Pour mémoire

La part de responsabilité des chrétiens d’Orient dans leurs propres malheurs

 

Les chrétiens sont les croyants les plus persécutés

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Nous prions avec vous Monseigneur. C'est ce dont la Syrie a besoin en ce moment. Vous avez toujours le bon mot, le bon geste et la bonne manière. Allah Ya7fazeb lalibnén! Y a du Jean-Paul II en vous; son courage et sa prévoyance.

Talaat Dominique

Depuis 1943, aucun patriarche maronite n'est venu en Syrie.
Les Maronites de Syrie, sont des Maronites de second ordre ?
Le titre est PATRIARCHE DES MARONITES, mais c'est plutôt le Patriarche des Libanais !!!!
Je pense de plus en plus que les Maronites de Syrie doivent se séparer de cette église, car il y a eut au lieu d'avoir un Patriarche de tout les Maronites, il y a eut un Patriarche des Libanais et du 14 mars

Halim Abou Chacra

Souhaitons que le patriarche maronite maintienne sa présence à Damas dans un cadre strictement spirituel, soit l'intronisation du patriarche grec-orthodoxe Youhanna Yazigi.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants