X

À La Une

"Oui au mariage civil, non à la guerre civile", crient les manifestants à Beyrouth

Liban Une centaine de Libanais se mobilisent en faveur de la cause.
04/02/2013

Le débat sur le mariage civil facultatif bat son plein depuis trois semaines au Liban. Aujourd'hui, place à la mobilisation populaire.

A l'initiative d'un groupe créé il y a quelques jours sur Facebook, un sit-in pour soutenir cette cause était organisé lundi après-midi au centre-ville de Beyrouth. Place des Martyrs, une centaine de personnes ont appelé à la promulgation d'une loi sur le statut civil au Liban. Les manifestants ont également appelé les hommes de religion à ne plus intervenir dans les affaires de l’État, puisqu'ils n'ont, selon eux, aucune légitimité à représenter le peuple.


"Oui au mariage civil, non à la guerre civile"; "Je suis sunnite, je suis chiite : nous sommes libres de nous marier civilement" ; "Les religions appellent à l'amour, le confessionnalisme à la division"... Tels étaient les slogans brandis par les participants à ce rassemblement. 



Photo Béchara Maroun.


Le débat sur le mariage civil a été relancé après que Khouloud Sukkarieh et Nidal Darwiche, un jeune couple chiite et sunnite, se sont symboliquement mariés civilement au Liban et ont officiellement demandé au ministère de l’Intérieur de reconnaître leur union, une première au Liban. Le ministère a toutefois rejeté cette demande.

 

L'affaire a pris de l'ampleur quand le président de la République, Michel Sleiman, a indiqué dans un tweet être favorable à l’instauration du mariage civil au Liban. Autre son de cloche du côté du Premier ministre, Nagib Mikati, qui a déclaré que "la question n'a pas à être soulevée actuellement". Il a même ajouté qu’elle ne le serait pas "tant que je serai Premier ministre".

 

La question a néanmoins pris des proportions plus graves quand le mufti de la République, Mohammed Rachid Kabbani, a affirmé que "tout responsable musulman qui approuverait la légalisation du mariage civil au Liban serait considéré comme apostat et traître à la religion musulmane".

 

(Lire aussi : Les propos du mufti provoquent un tollé sur la Toile)


"Le mariage civil est un droit ! Le mariage religieux ne protège pas les droits des femmes et des enfants", affirmait Hala Hassan, une étudiante de 22 ans qui a pris part au rassemblement au centre-ville de Beyrouth. "Les autorités religieuses n'ont aucun droit d'intervenir dans les affaires de loi et de politique", a-t-elle ajouté.



Lire aussi

Sondage : 51% des Libanais seraient favorables au mariage civil facultatif

 

Pour mémoire

Khouloud Succariyeh Darwiche : Notre mariage est légal "à 100%"

 

L’avant-premier « mariage civil » au Liban d’un point de vue légal

 

Dossier

À quand une loi libanaise sur le statut personnel ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Quand les jeunes sont plus mature que les religieux...!

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants