X

Culture

Médée ou la sorcière en mal d’amour, mise en scène par Pierre Audi

Opéra Le Théâtre des Champs-Élysées offre cette saison aux mélomanes parisiens une magnifique et rare trilogie autour de l’opéra « Médée ». La première production de ce cycle, celle de Marc-Antoine Charpentier dans la mise en scène de Pierre Audi, est d’autant plus inédite que le décor en est l’œuvre du plasticien allemand contemporain Jonathan Meese.
19/10/2012
Le cas de Médée, la magicienne infanticide de la mythologie grecque, a toujours passionné les écrivains et les compositeurs. Mais celle de Marc-Antoine Charpentier sur un livret de Thomas Corneille, joyau de l’opéra baroque français (1693), dans cette nouvelle production dirigée par Emmanuelle Haim et dans la mise en scène violente et sensuelle de Pierre Audi, est tout simplement éblouissante.
Ce drame lyrique raconte l’histoire de la folle jalousie de la magicienne Médée délaissée par son époux, le héros Jason, au profit de la princesse Créuse, fille du roi Créon. La douleur de Médée l’entraînera jusqu’au pire des crimes, tuer les deux enfants qu’elle a avec Jason afin d’infliger à l’infidèle la souffrance suprême d’une perte insurmontable.
«Opéra baroque’and roll» titre le quotidien Le Figaro. Et, en effet, le parti pris de Pierre Audi est de traiter cette Médée de la façon la plus contemporaine qui soit, en nous invitant d’emblée à entrer dans l’univers bariolé et psychédélique du plasticien allemand. Cette transposition ne dénature en rien la beauté du propos baroque mais, bien au contraire, le met en valeur et en renforce la teneur dramatique par le biais des effets scéniques. La direction d’acteurs rehaussée par des éclairages de toute beauté et associée aux panneaux hirsutes et bigarrés de Meese donne, à ce qui aurait pu être une multitude de petites scènes déconstruites, une cohérence et une rigueur à la hauteur de l’admirable tragédie classique qui se joue sous nos yeux.
Pour cette inexorable descente aux enfers, la distribution est de très haut niveau. Emmanuelle Haim, rare femme chef d’orchestre, emmène avec fermeté et douceur les instrumentistes et les choristes du Concert d’Astrée à travers le raffinement harmonique extrême du langage musical de Charpentier, tout en restant au plus près du texte.
La mezzo-soprano canadienne Michèle Losier est une Médée à la voix riche et contrastée et à la présence scénique envoûtante; le ténor suédois Anders Dahlin habite Jason dans la plus grande tradition des baroqueux français; la soprano belge Sophie Karthäuser trouve dans Créuse un rôle à la mesure de son talent, arrachant les larmes dans la scène finale de sa mort. Quant aux barytons français Stephane Degout en Oronte et Laurent Naouri en Créon, ils sont la crème de la scène lyrique actuelle.
L’immense talent de Pierre Audi fait encore une fois ses preuves en livrant une lecture contemporaine d’une tragédie universelle et en démontrant que la créativité libanaise, une fois qu’elle est intériorisée et maîtrisée, se déploie sans frontières.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre menaces de « date butoir » et « lenteur prudente », le gouvernement piétine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué