X

Diaspora

Un Libanais de l’USEK chez Ivo Pitanguy, le « père » de la chirurgie esthétique

Success story Voilà un exemple de réussite : le Dr Charbel el-Hachem, un Libanais diplômé en médecine de l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) en 2009, a vite rêvé de faire une spécialisation en chirurgie plastique à l’Institut Ivo Pitanguy à Rio de Janeiro au Brésil, une clinique et une école consacrées à cette discipline.
01/10/2012
Le Pr Ivo Pitanguy, né en 1926 à Belo Horizonte, État de Minas Gerais (Brésil), est connu internationalement comme étant le «père» de la chirurgie esthétique. Il n’a pas inventé cette chirurgie, née au début du XXe siècle, mais avec son savoir et sa vision, il a élevé cette discipline à son rang actuel, alors que dans les années 50, elle était considérée comme une médecine secondaire.
Le Pr Pitanguy, après avoir fait ses études au Brésil, aux États-Unis et en France, a démontré que la chirurgie esthétique est très importante pour alléger la douleur psychologique des personnes présentant des imperfections physiques naturelles, congénitales ou suite à des accidents. En 1961, après un grand incendie à Rio de Janeiro au cours duquel plus de 500 personnes ont souffert de graves brûlures, parmi lesquelles de nombreux enfants, Ivo Pitanguy a passé trois jours et trois nuits à réaliser des greffes et des chirurgies réparatrices. Il a démontré ainsi le sens de son art avant de devenir par la suite une célébrité mondiale, mettant au point plusieurs techniques utiles à cette discipline.
Il a opéré de grandes personnalités dans le monde, et dispensé son enseignement dans les plus grandes universités internationales au cours de ses voyages. Il s’est même rendu au Liban en 1970 pour mieux connaître le pays du Cèdre. Ivo Pitanguy, qui a écrit des milliers d’articles médicaux, effectue également un travail de bénévolat à l’hôpital Santa Casa da Misericórdia à Rio de Janeiro, un établissement de charité où il réalise des chirurgies réparatrices gratuitement, et d’autres chirurgies esthétiques à des prix abordables.

« Une harmonisation du corps avec l’esprit »
Le Pr Pitanguy affirme: «Le désir pour la chirurgie esthétique émane d’une finalité transcendantale. C’est une tentative d’harmonisation du corps avec l’esprit, de l’émotion avec le rationnel, en cherchant à établir un équilibre qui permet à l’individu de se sentir en harmonie avec sa propre image et avec l’univers qui l’entoure.» Dans cet objectif, ce chirurgien et enseignant a créé en 1960 une école qui jouit aujourd’hui d’une renommée mondiale et qui a déjà formé plus de 500 chirurgiens de différents pays, et supervisé l’enseignement de plus de 5000 chirurgiens, visiteurs et assistants.
En 2012, à l’Institut Ivo Pitanguy, 45 étudiants ont été sélectionnés, parmi lesquels figure un Libanais, le Dr Charbel el-Hachem. Né à Akoura en 1983, il a fait ses études de médecine à la faculté de l’USEK (2002-2009). En 2011, il a pris un cours de langue portugaise, puis il a voyagé au Brésil pour visiter l’Institut Ivo Pitanguy. En contact avec le Centre des études et cultures de l’Amérique latine (Cecal), dont l’objectif est de servir de pont entre le Liban et l’Amérique latine, le Dr el-Hachem a effectué les formalités de préparation pour le concours d’entrée à l’Institut Pitanguy. L’établissement accepte chaque année 14 candidats sur les 500 qui passent des examens approfondis en chirurgie et en langue portugaise, 7 Brésiliens et 7 étrangers.
Avec persévérance, le Dr Hachem a réussi son premier examen en chirurgie et en langue portugaise, en décembre 2011. Il a entamé sa première année à l’institut en février 2012. Ce fut un parcours difficile comme le révèle de chirurgien lui-même: «Intégrer la prestigieuse institution du Pr Ivo Pitanguy à Rio de Janeiro a constitué un véritable défi. Outre la préparation de mon dossier et la présentation d’un concours hypercompétitif, il m’a fallu découvrir et surtout maîtriser la langue portugaise dans un délai relativement court, tout en poursuivant mon parcours professionnel et académique au Liban.»
Après quelques mois à l’institut, le Dr el-Hachem raconte: «Ici, nous sommes initiés aux techniques de base mises au point par le Pr Ivo Pitanguy ainsi qu’aux dernières avancées dans la chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, tout en suivant des cours théoriques. À une époque qui connaît une véritable vulgarisation de cette chirurgie, nous apprenons surtout à réparer les erreurs d’interventions chirurgicales antérieures ratées. À la différence des techniques appliquées et de la formation adoptée dans d’autres écoles, nous ne sommes pas simplement appelés à assister, mais à être mis directement en contact avec des patients en effectuant nous-mêmes les opérations, sous la supervision du Pr Pitanguy et de son équipe hautement qualifiée, qui nous transmettent leurs connaissances ainsi que les astuces de la chirurgie plastique. Durant notre parcours de trois ans, chaque résident devra avoir effectué en moyenne plus de 550 opérations chirurgicales!»
En contact permanent avec le Pr Pitanguy, le Dr Hachem précise qu’il est «passionné, inventif, bâtisseur, tout le génie de ses découvertes et de sa créativité est associé à une grande force de conviction». Il ajoute: «Son contact avec les étudiants est enthousiaste, simple et humble. Son approche est une médecine tournée vers les autres, ouverte sur l’extérieur, ce qui le mène naturellement à être un véritable exemple pour nous.»
Si le Dr Hachem est parti se spécialiser au Brésil, il compte retourner au bercail, comme il le dit lui-même. «Enrichi par mon expérience auprès de celui qui a œuvré durant les dernières décennies à faire de la chirurgie plastique une spécialité incontournable dans la médecine, et qui a démontré qu’il est impératif d’alléger la douleur de ceux que la nature a trahis, je souhaiterais introduire bientôt au Liban toute l’excellence du savoir-faire que j’ai acquis durant mes années passées à l’institution du Pr Pitanguy», dit-il.

Pour en savoir plus
Instituto Ivo Pitanguy – http://pitanguy.com.br
Centre des études et cultures de l’Amérique latine (Cecal-USEK) – www.usek.edu.lb

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué