Rechercher
Rechercher

Dans la presse

"Nous risquons de devoir détruire des parties du Liban, pour que les Israéliens ne soient pas tués"

L'ancien chef du Mossad évoque les conséquences d'une offensive contre l'Iran.

Un char israélien, lors de la guerre entre Hezbollah et Israël, au cours de l'été 2006. Archives AFP

Alors que la question d’une attaque israélienne contre l’Iran revient de plus en plus fréquemment à la une de l’actualité régionale, le débat sur la gestion des aspects collatéraux d’une telle option se fait également plus pressant.

L’un des aspects collatéraux du dossier est la réaction du Hezbollah et des militants palestiniens à Gaza en cas d’attaque israélienne contre l’Iran.

 

Le scénario souvent mentionné en cas d’attaque israélienne tient en une réponse iranienne prenant la forme de tirs de missiles à longue portée, accompagnés de tirs de barrages en provenance du Liban ou de Gaza, rappelle le Jerusalem Post dans son édition du 14 août.

 

L’Iran "n'a pas un nombre illimité de missiles", a déclaré le vice Premier ministre Silvan Shalom, rapporte le quotidien israélien. "Et ce n’est pas comme si Israël ne pouvait arrêter un tir de barrage en 24 heures, en frappant les infrastructures au Liban et à Gaza et en y paralysant la vie quotidienne", a poursuivi le ministre.

"Les roquettes tirées depuis le Liban et Gaza peuvent atteindre tout le territoire israélien. Ceci est notre problème principal", a également reconnu l’ancien chef des SR israéliens, Danny Yatom, rapporte le Jerusalem Post.

 

L’une des leçons de la guerre de 2006, entre Israël et le Hezbollah - une guerre au cours de laquelle le parti libanais avait tiré des centaines de roquettes sur le nord d’Israël -, est que "nous devons les empêcher de tirer ces missiles, aussi bien au Nord (Liban) qu’au Sud (Gaza)", a poursuivi Danny Yatom.

 

Pour ce faire, a ajouté l’ancien chef des SR, Israël devra "agir avec toute sa puissance contre les infrastructures au Liban et à Gaza, et il est possible que le prix payé par le Liban et Gaza soit horrible. Nous risquons de devoir détruire des parties du Liban et des partis de Gaza, pour que nos citoyens ne souffrent pas et ne soient pas tués".

 

Pour mémoire

Israël teste un système d'alerte SMS en cas d'attaques de missiles

 

"Le Hezbollah pourrait tapisser Israël de roquettes"


Alors que la question d’une attaque israélienne contre l’Iran revient de plus en plus fréquemment à la une de l’actualité régionale, le débat sur la gestion des aspects collatéraux d’une telle option se fait également plus pressant.


L’un des aspects collatéraux du dossier est la réaction du Hezbollah et des militants palestiniens à Gaza en cas d’attaque...

commentaires (6)

Et moi je vous dis que le Hezbollah risque de détruire des parties d'Israël, FANFARON. Annoncez-le à vos citoyens, "oeufs de poule " !

SAKR LEBNAN

12 h 03, le 14 août 2012

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Et moi je vous dis que le Hezbollah risque de détruire des parties d'Israël, FANFARON. Annoncez-le à vos citoyens, "oeufs de poule " !

    SAKR LEBNAN

    12 h 03, le 14 août 2012

  • Et puis quoi encore ? De quel Droit ! Qu'Israël commence par restituer les terres prises en 1967 et dédommage les victimes de 1948! Mais si des Palestiniens sans honneur se mettent à lui vendre leurs immeubles sis à Jérusalem, c'est à désespérer!

    G.F.

    09 h 53, le 14 août 2012

  • au cas 'improbable' , ou ce scénario surviendrait ...dans notre pays , et vu l'imprécision à grandes distances des missiles de technologie iranienne lestés de produits chimique au autres.....si n'en déplaise à Dieu...ils loupent la cible israél ...., une fois de plus! c'est nous les civils libanais qui risquons d'être les victimes collatérales de la guerre des autres !... simple question naïve, ou sont les masques à gaz que sont supposé nous distribuer la défense civile pour nous protéger en pareille circonstances ?

    M.V.

    09 h 33, le 14 août 2012

  • Des menaces et des menaces toujours d'Israël se croyant toujours invincible voulant ainsi pour oublier son triste passé se venger de touts les pays arabes .Pure folie Antoine Sabbagha

    Sabbagha Antoine

    09 h 10, le 14 août 2012

  • "...nous risquons de devoir détruire des parties du Liban..." ce p'tit con de Danny Yatom n'y va pas avec le dos de la cuillère! Imaginez un instant qu'un dirigeant libanais ait dit la même chose à l'égard d'Israël, qu'est-ce que ça n'aurait pas provoqué comme remous planétaire. Alors quoi, tout humain non-israélien est un untermensch bon à être anéanti, monsieur le néo-nazi?

    Paul-René Safa

    07 h 00, le 14 août 2012

  • Fichez-nous la paix, responsables israéliens criminels et iraniens fous. Le Liban n'a rien à voir avec vous et avec votre conflit nucléaire.

    Halim Abou Chacra

    06 h 41, le 14 août 2012