Liban

Les deux frères du député Moussaoui, au cœur du trafic de Captagon, toujours « introuvables »

Après la saisie par les douanes de deux appareils, en provenance de Chine, utilisés pour la fabrication de pilules de Captagon (substance proche du crack), l’enquête révèle progressivement les contours du réseau de commerçants impliqués dans le trafic de ces substances. Une enquête menée par la MTV, qui cite une source sécuritaire, révèle que Hachem et Jihad al-Moussaoui, les deux frères du député du Hezbollah Hussein al-Moussaoui, impliqués dans ce trafic illicite, sont pour l’instant introuvables et se seraient réfugiés dans le village Nabi Chit dans la Békaa. Ces informations sont advenues alors que des sources du Hezbollah ont déclaré que le parti a arrêté les deux frères Moussaoui.
L’arrestation, au tout début de l’enquête, du citoyen Marwan Saad, surnommé « le docteur » tant il maîtrise la fabrication des stupéfiants, avait permis aux services de sécurité de mettre la main sur 5 tonnes de caféine et 2 330 litres d’éther, importés et recelés par un fonctionnaire des douanes de Beyrouth, qui a été lui aussi arrêté. Selon des sources sécuritaires, l’interrogatoire de Marwan Saad a permis d’identifier dix personnes impliquées dans l’affaire de trafic de Captagon : les frères du député du Hezbollah Hussein al-Moussaoui, Hachem et Jihad Ali al-Moussaoui, accusés de fabrication et de contrebande de stupéfiants, et dont le dossier révèle des précédents en la matière ; deux personnes de la famille Mokdad; le frère de Marwan Saad ; d’autres personnes des familles Obeid, Ismaïl, Khneizir, Salam et Fakhri.
De nouveaux suspects ont été ensuite révélés, de la famille Zein, originaire du village de Iyat dans la Békaa. L’un d’eux a reconnu avoir effectué des mélanges chimiques destinés à la fabrication des stupéfiants pour les frères Mokdad et leur partenaire Hachem al-Moussaoui. Quant au second frère du député Hussein al-Moussaoui, Jihad, il recevait la livraison du mélange par les frères Mokdad, qu’il remettait ensuite sous forme de pilules, portant l’insigne « Captagon », et qui étaient prêtes à être mises en circulation.
L’enquête a également permis d’arrêter Zoulfoukar Ali al-Moussaoui, dont la maison abritait des outils de fabrication de Captagon. Un hangar à Choueifat a également été découvert, où une usine chimique servait à la fabrication de produits dopants. Son propriétaire, de la famille Zeib, a révélé qu’une personne de la famille Mrad fabriquait des amphétamines à la faveur de l’un des frères du député al-Moussaoui, et de Imad Mokdad. Zeib a également révélé qu’une tierce personne, un dignitaire religieux du nom de Abbas Nasser, se chargeait du transport des matières premières jusqu’à l’usine et de la livraison des produits. Les forces de sécurité intérieure ont pu arrêter l’homme religieux, qui a avoué que la fabrication des drogues dans le hangar de Choueifat, entamée en 2007, se fait pour les Moussaoui, en contrepartie de sommes d’argent dont la valeur se rapproche de 1,5 million de dollars US. Les quantités produites sont estimées à deux tonnes.

Après la saisie par les douanes de deux appareils, en provenance de Chine, utilisés pour la fabrication de pilules de Captagon (substance proche du crack), l’enquête révèle progressivement les contours du réseau de commerçants impliqués dans le trafic de ces substances. Une enquête menée par la MTV, qui cite une source sécuritaire, révèle que Hachem et Jihad al-Moussaoui, les deux...

commentaires (9)

mais que nousommes bêtes...c'est Israël voyons...non? pourquoi vous rigolez tous?

GEDEON Christian

11 h 53, le 08 mars 2012

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • mais que nousommes bêtes...c'est Israël voyons...non? pourquoi vous rigolez tous?

    GEDEON Christian

    11 h 53, le 08 mars 2012

  • Introuvables ? Comment ça Introuvables ! ? Ils sont au 40ème sous-sol à Dâhiéh comme l'autre "énergumène".

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    07 h 47, le 08 mars 2012

  • Ne soyez pas choqués : " HIDOL ACHRAF AL NASS " ?

    SAKR LEBNAN

    07 h 21, le 08 mars 2012

  • Lorsqu'un article est paru le mois dernier nous informant que le hezbollah était lié à un vaste réseau de drogues surtout que les recettes en provenance d'IRAN avaient sensiblement chuté à cause de l'embargo. Les 2 ou 3 fana de ce parti de Dieu, ICI, avaient (évidemment) traités ces reporters de menteurs, faisant le jeu d'israel, faisant le jeu du diable et des tous ceux qui n'aimaient pas cette organisation mafieuse qu'est le hezbollah. Donc voilà la réalité. Ces trafiquants étaient déjà découverts et ils étaient "trop connus" dans le milieu. Le hezbollah a reconnu et même qu'il a devancé l'annonce de l'enquête effectuée par la police libanaise en pretextant d'une part "avoir découvert" ce réseau (ce qui est faux) et puis en planquant ces mêmes malfrats dans la békaa sous haute protection de la même organisation mafieuse. Il doit en exister des dizaines sinon plus, de ces laboratoires préparant des drogues pour les revendre à l'étranger ( nos enfants pourraient être leurs victimes ) et à l'intérieur du pays. Donc c'est pour cela qu'ils ont des armes et disent résister?? Pour protéger leur gang mafieux..ah excusez..La résistance ?? Vivement le Karsher....

    Viken GARABEDIAN

    07 h 07, le 08 mars 2012

  • Captagon...cattacon...capter les cons...çà va pas être facile!

    GEDEON Christian

    06 h 11, le 08 mars 2012

  • Bonjour Mr le député Moussaoui ! Comment allez vous ce matin ? Si vous éprouvez un léger mal de tête, vu toutes vos responsabilités, je vous conseille un remède miracle arrivé récemment sur le marche libanais : un comprimé de Captagon à jeun au lever. Si vous n'en trouvez pas dans les pharmacies, ne vous inquietez pas, les frères Moussaoui en ont obtenu l'exclusivité. Ils vous en fourniront volontiers si vous nous aidez à les retrouver.

    Saleh Issal

    03 h 21, le 08 mars 2012

  • Suivez la piste des deux frères disparus du député Moussaoui, et vous aurez la surprise de découvrir six disparus : deux frères trafiquants de drogue et quatre saints présumés assassins.

    Saleh Issal

    03 h 04, le 08 mars 2012

  • Certes, ils sont la façade qui cache d'autres beaucoup plus grands derrière.

    SAKR LEBNAN

    02 h 37, le 08 mars 2012

  • Alors cheikh Naim Kassem, vous nous parliez de programmes de Tv qui ne coorespondent pas aux valeurs des ayatollahs ? Est-ce que la production et le trafic de drogue correspondent aux valeurs sociales que vous semblez défendre ? si vous mettez sur les plateaux d'une balance , d'un côté une minijupe et de l'autre quatre tonnes de drogue, quatre présumés assassins, un Georges disparu, deux coups d'état, une guerre stupide..... de quel côté va pencher la balance ?

    Saleh Issal

    02 h 03, le 08 mars 2012