X

Actualités

Les ambassades US et françaises à Damas dans la ligne de mire des pro-Assad

Washington accuse Damas d'encourager les attaques contre les chancelleries dans la capitale syrienne  , convoque le chargé d'affaires syrien
OLJ
11/07/2011

Les ambassades des Etats-Unis et de France à Damas ont été attaquées lundi par des partisans du président syrien Bachar el-Assad, en colère après la visite, la semaine dernière, des ambassadeurs américains et français dans la ville rebelle de Hama.

Selon des diplomates en poste dans la capitale syrienne, des pro-Assad ont brièvement pénétré sur le site de l'ambassade des États-Unis. Suite aux demandes des autorités syriennes, les assaillants ont néanmoins quitté les lieux. Un responsable de l'ambassade a toutefois estimé que la réaction des autorités syriennes avait été "lente et insuffisante". Le Département d’Etat a, pour sa part, déclaré, selon al-Arabiya, que les attaques avaient été encouragées par le gouvernement syrien. En soirée, certains médias indiquaient que la résidence de l'ambassadeur américain à Damas, Robert Ford, avait également été attaquée.

En réaction à cet incident, Washington a convoqué lundi soir le chargé d'affaires syrien à Washington. La porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, a qualifié les manifestants syriens de "voyous" et indiqué qu'ils avaient été "chassés" par des Marines."Le chargé d'affaires syrien va être convoqué. La Syrie n'a pas été à la hauteur de ses obligations internationales", a ajouté Mme Nuland, expliquant que l'ambassadeur syrien se trouvait actuellement en congé.

 

Des partisans du régime ont également tenté de pénétrer par la force sur le site de l'ambassade de France, obligeant les gardes de l’ambassade à tirer en l'air à balles réelles pour repousser l’assaut. Les assaillants ne sont pas parvenus à entrer sur le site de la représentation diplomatique française, selon le Quai d'Orsay. "C'est fini", a dit Bernard Valero, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, en fin d'après-midi. Un peu plus tard, le ministère précisait que trois agents de l'ambassade ont été blessés. "Plusieurs vitres du bâtiment ont été brisées et des drapeaux syriens ont été accrochés sur le mur de l'ambassade. Une voiture appartenant au personnel a été vandalisée et une photo du président syrien collée dessus", a indiqué un photographe de l'AFP qui s'est rendu devant l'ambassade de France.

Les ambassadeurs de France et des Etats-Unis s’étaient rendus jeudi et vendredi à Hama pour exprimer leur solidarité envers les manifestants réclamant la chute du régime de Bachar el-Assad. Les autorités syriennes ont protesté contre ces visites.

Ces incidents interviennent alors que se tient une réunion de dialogue national qui rassemble, jusqu'à lundi soir à Damas, des membres du parti Baas, des indépendants et des représentants de la société civile. Le vice-président syrien Farouk al-Chareh a affirmé que cette réunion vise à préparer une réunion nationale globale pendant laquelle sera annoncée la transition vers un Etat multipartite, démocratique. Les opposants, qui ont boycotté la réunion, réclament avant tout dialogue l'arrêt de la répression du mouvement de contestation et la libération des détenus. Dimanche soir, des manifestations anti-régime ont d'ailleurs eu lieu dans plusieurs villes pour protester contre cette réunion, notamment à Deir Ezzor, où environ 5 000 personnes ont manifesté, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui a également évoqué des rassemblements dans trois quartiers de Damas.

Des manifestations anti-Assad ont également eu lieu aujourd'hui, notamment à Deir Ezzor et Homs où les manifestants ont appelé à la libération des détenus, selon l’opposition. A Deraa et Jassem, les lignes téléphoniques ont été coupées après que les habitants aient refusé de payer leurs factures, accusant le gouvernement d’utiliser leur argent pour armer les forces de sécurité, selon la même source.

De son côté, l'armée syrienne a poursuivi, lundi, son offensive sécuritaire dans la région de Jabal el-Zawiya, dans la province d'Idleb. "L'armée, appuyée par des chars, a mené des perquisitions dans les villages de Kafarhaya, Sarjan et al-Rami, et procédé à des arrestations à Kfar Noubol", selon les ONG. Des interpellations ont également eu lieu dans les environs de Hama, ainsi que dans la ville côtière de Banias où cinq personnes ont été arrêtées pour "avoir filmé des manifestations", selon l'OSDH.

 

À la une

Retour au dossier "Actualités"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avant la visite de Bassil en Syrie, Sergueï Lavrov attendu à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants