X

Économie

Le droit au travail des Palestiniens : quel impact sur le plan économique ?

Dossier - Analyse Au-delà du débat politique sur l'amendement du code du travail accordant aux réfugiés palestiniens le droit d'exercer certains métiers, une question essentielle se pose : que représente cet amendement pour le marché du travail et, par extension, pour l'économie en général ? Quels sont les avantages et les risques qu'il implique ?
14/09/2010
Plus de soixante ans après la Nakba et vingt ans après la fin de la guerre civile libanaise - dont la question palestinienne a été l'un des principaux catalyseurs -, les réfugiés palestiniens au Liban ont enfin obtenu gain de cause, en matière de droit à l'emploi, après le vote historique par l'Assemblée, le mois dernier, de l'amendement de l'article 59 du code du travail, leur accordant l'accès à 72 métiers.
Si cette démarche - appuyée par la communauté internationale - a été perçue par certaines parties locales, traditionnellement hostiles à la présence des Palestiniens, comme un pas supplémentaire vers une implantation de facto, d'autres y ont vu un triomphe des droits de l'homme et des considérations humanitaires ainsi qu'une avancée notoire dans le long processus de pacification des camps, en proie depuis des décennies au radicalisme.
Mais loin des craintes existentielles des uns et des applaudissements des autres - néanmoins légitimes dans un pays reposant sur un équilibre confessionnel précaire et où les questions liées aux droits de l'homme sont souvent bafouées -, l'impact de cet amendement législatif sur le plan économique - un sujet totalement occulté du débat public - serait sans doute utile à évaluer.
Car dans un pays où l'économie peine encore à se redresser et qui ploie sous le poids d'un déficit et d'une dette pandémiques (sans parler du taux de chômage qui n'est pas des moins élevés), l'accès de dizaines de milliers de personnes au marché du travail et à certaines prestations sociales a incontestablement un impact, en bien comme en mal.
Pour cerner toutefois les répercussions, positives et négatives, sur le plan économique de l'amendement en question et éviter de tomber dans le piège des analyses hasardeuses, il serait avisé d'estimer, en premier lieu, le nombre de Palestiniens concernés directement par les nouvelles dispositions et d'évaluer, qualitativement et quantitativement, l'impact de cet amendement sur plusieurs volets de l'économie nationale, dont le marché de l'emploi, la consommation, les recettes publiques et la sécurité sociale.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants