X

Liban

Cérémonie du Hezbollah à La Sagesse de Jdeideh en hommage à Imad Moghniyé

Le secteur du collège de La Sagesse à Jdeideh a été quadrillé hier par l'armée le temps qu'une cérémonie organisée par le Hezbollah en hommage à ses martyrs se déroule dans l'enceinte de l'établissement maronite.
OLJ
16/02/2010
Le Hezbollah a organisé hier une cérémonie en hommage à ses martyrs Imad Moghniyé, Abbas Moussaoui et Ragheb Harb au collège Saint-Joseph de La Sagesse à Jdeidet el-Metn.
La cérémonie ayant provoqué un malaise évident dans la région, en raison des manifestations ostentatoires qui l'ont accompagnée, l'armée et les commandos des FSI se sont déployés dans le secteur du collège alors que le Hezbollah plantait ses hommes armés, mais en civil, dans le quartier. Ces hommes ont été placés, notamment, aux entrées des immeubles et des parkings jouxtant l'enceinte du collège, sous l'œil désabusé et médusé de la population. C'est également la sécurité du Hezbollah qui vérifiait l'identité des journalistes et qui fouillait les sacs à main des femmes à l'entrée du théâtre de l'école où la cérémonie a eu lieu.
Toujours à l'intérieur du collège, des portraits géants de Imad Moghniyé, de Abbas Moussaoui et de Ragheb Harb avaient été placés, alors que des femmes habillées de tchador et des hommes portant des uniformes sans cravate accueillaient ceux qui venaient assister à l'événement.
Le quartier quadrillé par l'armée semblait déserté de ses habitants. Certains ont même préféré partir le temps que la cérémonie du Hezbollah s'achève. Cet événement a été vécu par les habitants du secteur comme une provocation, d'autant que, depuis quelques années, les relations sont tendues entre les habitants de Jdeideh et ceux du quartier de Roueissate, peuplé d'habitants de la communauté chiite, venus notamment de la Békaa et appartenant majoritairement au Hezbollah.
Selon des informations rapportées par al-Markaziya, l'évêché de Beyrouth a tenté de contenir les répercussions de la cérémonie ou même de l'annuler, surtout que le Hezbollah avait déployé les membres de son service de sécurité dans la zone où régnait hier une atmosphère tendue. Un accord a été trouvé en base duquel le Hezbollah s'est contenté de tenir la cérémonie à l'intérieur du théâtre, sans qu'il y ait des symboles ou des drapeaux du parti placés hors de l'espace consacré à la cérémonie, notamment devant le bâtiment, ou encore que des haut-parleurs retransmettent la cérémonie dans la région.

Bluffer pour louer la salle
Dans les faits, le théâtre du collège de La Sagesse a été réservé, il y a un mois, quand le président du conseil municipal de Jdeideh, Antoine Gébara, a prévenu l'établissement qu'une association caritative voulait y organiser une cérémonie. Il y a quelques jours, l'évêché de Beyrouth a été surpris de savoir que la cérémonie est politique et qu'elle est organisée par le Hezbollah. Cette affaire a poussé l'évêque de Beyrouth, Mgr Boulos Matar, à entrer en contact avec les députés et les notables de la région pour tenter d'annuler la cérémonie, mais le Hezbollah a souligné que les invitations avaient déjà été lancées.
Notons dans ce cadre que la direction du collège de La Sagesse n'accepte pas depuis quelques années la tenue dans son théâtre de cérémonies à caractère politique, et elle avait refusé d'accueillir dernièrement une cérémonie organisée par les Forces libanaises.

Des cadres Kataëb agressés
Contacté à ce sujet par L'Orient-Le Jour, M. Samy Gemayel, député du Metn-Nord, a indiqué que la salle avait été louée par le biais d'un bluff, le président du conseil municipal de Jdeideh et la direction de l'école ne sachant pas qu'une cérémonie organisée par le Hezbollah allait y être tenue.
M. Gemayel a également souligné que six cadres Kataëb, dont le responsable de la section du secondaire au sein du parti, ont tenu une réunion hier avec la direction de l'école pour examiner cette affaire, et, à leur sortie de l'établissement, ils ont été encerclés et agressés par des membres de la sécurité du Hezbollah, qui ont voulu leur confisquer leurs téléphones portables. Une vive altercation s'est alors produite et l'armée est intervenue pour séparer les deux parties.
M. Gemayel a déclaré sur ce plan à L'Orient-Le Jour que ce qui s'est produit « est inadmissible ». « Nous allons suivre cette affaire, a-t-il souligné. Nous n'allons sûrement pas en rester là », a-t-il affirmé.
De son côté, M. Ibrahim Kanaan, également député du Metn, a affirmé qu'il a été mis au courant de la cérémonie samedi dernier, quand Mgr Matar l'a contacté pour l'informer de l'affaire. Il a également souligné que la direction de l'école a été surprise de découvrir que le théâtre avait été réservé pour une cérémonie différente de celle convenue initialement. Il convient d'indiquer à cet égard que le député Nabil Nicolas, membre du bloc parlementaire aouniste, était convié à la cérémonie organisée par le Hezbollah et il a même prononcé une allocution hier au cours de cette cérémonie.

Des représentants du CPL
Quant au président du conseil municipal de Jdeideh, il a indiqué qu'il y a quelques semaines, il a été contacté par des notables du quartier de Roueissate, qui voulaient organiser une conférence sur le dialogue islamo-chrétien à Jdeideh. « Comme le salon de l'église Saint-Antoine n'est pas assez vaste pour accueillir toutes les personnes qui assisteront à la conférence, j'ai proposé qu'ils organisent la cérémonie au théâtre de l'école La Sagesse, a-t-il précisé. J'ai donc contacté l'établissement et mon rôle s'est achevé là. Mais plus tard, j'ai su qu'une délégation de Roueissate a rendu visite à la direction de l'école pour l'informer qu'une cérémonie rendant hommage aux martyrs en général sera organisée dans la salle. Et plus tard encore, j'ai su que la cérémonie était exclusivement dédiée aux martyrs du Hezbollah », a indiqué M. Gébara.
Commentant l'affaire, le coordinateur du secrétariat général des Forces du 14 Mars, Farès Souhaid, s'est demandé « si les Kataëb ou les Forces libanaises pouvaient organiser une cérémonie en hommage au président martyr Béchir Gemayel, à Rawdat el-Chahidein, dans la banlieue sud ». Il s'est également interrogé sur l'identité de ceux qui facilitent sur le terrain au Hezbollah la tenue de telles cérémonies au cœur du Metn.
La cérémonie d'hier s'est tenue en présence, notamment, de représentants du chef du CPL Michel Aoun et du chef des Marada, Sleimane Frangié.
Notons que, dans son intervention, Nabil Nicolas a « comparé le don de soi des martyrs du Hezbollah au don de soi chrétien, surtout que les maronites entament leur carême, considéré comme le mois de la résistance pour les chrétiens », a-t-il dit.
Également à la tribune, Camille Habib, porte-parole du général Aoun, qui a rappelé la visite du chef du CPL à Brad, en Syrie, le jour de la Saint-Maron. Il a souhaité que le saint patron des maronites veille « à ce qu'on puisse arriver à Jérusalem et à des endroits plus loin et encore plus loin que Haïfa », en allusion à un discours du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, tenu durant la guerre de juillet 2006 et dans lequel il parlait de la portée de ses missiles.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

David Hale à Beyrouth pour affirmer le maintien de la présence US au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué