Rechercher
Rechercher

États-Unis

Au moins 12 morts lors d’une prise d’otages à Binghamton

Un homme a ouvert le feu dans une association d'aide aux immigrés, provoquant le massacre le plus grave dans le pays depuis celui de l'université Virginia Tech il y a deux ans.

« Douze ou treize personnes » ont été tuées dans la prise d'otages qui a endeuillé la ville de Binghamton, au nord-ouest de la ville de New York, a annoncé hier le gouverneur de l'État, David Paterson, évoquant une journée « tragique ». Il s'agit de la tuerie la plus sanglante aux États-Unis depuis celle de Virigina Tech (Virginie, Est), le 16 avril 2007, lorsqu'un étudiant d'origine coréenne avait tué 32 personnes avant de mettre fin à ses jours, et celle du 10 mars dernier, lorsqu'un forcené avait tué dix personnes, dont sa mère, dans trois villes de l'Alabama avant de retourner l'arme contre lui.
Vers 15h00 heures locales (19h00 GMT), soit près de cinq heures après le début du drame, tous les otages avaient été libérés et l'auteur du massacre était mort, ont rapporté les médias locaux. Selon ces derniers, un homme a pris une quarantaine de personnes en otages et ouvert le feu au siège de l'American Civic Association, une organisation d'aide à l'intégration des étrangers. L'homme serait d'origine asiatique, selon des témoins cités par les chaînes de télévision américaines, qui ont retransmis l'événement en direct. Il serait âgé d'une quarantaine d'années selon la chaîne CNN.
Le tireur a fait irruption en milieu de matinée au siège de l'association, hébergée dans un bâtiment de plain-pied. Les télévisions ont montré les images de personnes évacuées sur des civières ainsi que des ambulances autour du bâtiment de Binghamton, une ville de près de 50 000 habitants située à 217 km au nord-ouest de New York. L'association prise pour cible vient en aide aux immigrés auxquels elle dispense des cours d'anglais. Un « test de citoyenneté » était apparemment en cours au moment de la prise d'otages. Le Wilson Medical Center, un des hôpitaux de Binghamton a fait état sur son site internet de trois blessés dans des états qualifiés de « stable » à « critique ».
D'après Bob Joseph, directeur de la radio WNBF, interrogé en direct par CNN, le tireur semblait avoir prémédité son geste : il a garé son véhicule de façon à bloquer une sortie située à l'arrière du bâtiment, prenant au piège les personnes qui se trouvaient à l'intérieur.
La prise d'otages survient alors que la crise économique semble coïncider aux États-Unis avec une résurgence des actes de folie meurtrière tournant parfois au massacre. La semaine dernière, un homme lourdement armé a tué huit personnes dans une maison de retraite de Caroline du Nord (Sud-Est) et six personnes ont été tuées par balles dans une maison d'un quartier huppé de la Silicon Valley en Californie (Ouest).

« Douze ou treize personnes » ont été tuées dans la prise d'otages qui a endeuillé la ville de Binghamton, au nord-ouest de la ville de New York, a annoncé hier le gouverneur de l'État, David Paterson, évoquant une journée « tragique ». Il s'agit de la tuerie la plus sanglante aux...

commentaires (0)

Commentaires (0)