Rechercher
Rechercher

Actualités

États-Unis - La fusillade la plus meurtrière de l’histoire dans un établissement scolaire Massacre à l’université de Virginia Tech : au moins trente tués, dont le forcené

Au moins 30 personnes ont été tuées hier sur le campus de l’université de Virginia Tech à Blacksburg (État de Virginie), la fusillade la plus meurtrière de l’histoire dans un établissement scolaire aux États-Unis. Le tireur, qui semble avoir agi seul, est décédé, ont précisé les autorités. Dans un message affiché sur fond noir sur la page d’accueil de son site Internet, l’université de Virginia Tech a confirmé le décès d’au moins 22 personnes, parmi lesquelles des étudiants. Les médias américains, citant des sources fédérales, ont affirmé que le bilan s’élevait à quelque 30 morts. Le drame rappelle celui de Columbine (État du Colorado), qui avait traumatisé le pays, quand deux lycéens avaient tué 12 camarades et un professeur avant de se suicider le 20 avril 1999. En 1927, un homme avait fait exploser une école du Michigan, tuant 38 enfants et 7 enseignants. Les hôpitaux de la région ont fait état d’au moins 21 blessés, dont un dans un état critique. Certains ont été touchés par des tirs, d’autres se sont blessés en sautant par les fenêtres pour tenter de fuir. Le président George W. Bush s’est dit « horrifié » par l’événement, et dans une adresse à la nation, il a ajouté que les États-Unis sont « choqués et attristés ». « C’est la pire fusillade sur un campus de l’histoire de notre pays », a souligné la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, avant de demander une minute de silence, également observée au Sénat. « Je ne peux même pas commencer à exprimer à quel point je suis touché par cet acte vide de sens, incompréhensible et atroce », a déclaré le président de l’université, Charles Steiger, évoquant « une tragédie monumentale ». Les premiers tirs ont éclaté vers 07h 00 du matin dans une résidence universitaire. Deux heures plus tard, une autre fusillade a été signalée dans un second bâtiment. La police a précisé que l’une des victimes avait été tuée dans le premier bâtiment, et les autres dans plusieurs salles de classe du second. Des témoins interrogés sur les chaînes de télévision américaines ont raconté avoir entendu des dizaines de coups de feu, et évoqué la panique qui régnait, « un chaos monumental », « beaucoup d’étudiants couraient partout, comme des fous ». « On pouvait voir des étudiants qui portaient ce qui ressemblait à des corps (...), et il y avait des ambulances qui venaient les prendre en charge et repartaient à toute vitesse vers l’hôpital », a raconté Michael O’Brien, un étudiant interrogé sur Fox News. L’université de Virginia Tech, située à 400 kilomètres au sud-ouest de Washington, accueille au total 28 000 étudiants pour des cursus très diversifiés : sciences, ingénierie, biologie, architecture ou sciences humaines. Les télévisions américaines ont diffusé des images montrant des policiers courant, l’arme au poing, sur le campus au milieu de flocons de neige, ainsi que le film enregistré par un téléphone portable, sur lequel on entend claquer les coups de feu. Après avoir fermé les entrées du campus et demandé aux personnes qui se trouvaient à l’intérieur de s’enfermer et de ne pas s’approcher des fenêtres, l’université a organisé en fin de matinée l’évacuation progressive de tout le campus. Enseignants et employés ont été priés de rentrer chez eux, alors que les étudiants logeant sur le campus restaient dans leur chambre. Un hôtel-centre de conférence du campus a été aménagé pour accueillir et informer les familles des étudiants, et plusieurs cellules de soutien psychologique ont été mises en place. L’université doit rouvrir ce matin, pour une cérémonie de deuil prévue à midi. Les cours ont été annulés hier et aujourd’hui, mais plusieurs étudiants ont émis des doutes sur le fait que les cours reprennent vraiment, alors que les examens de fin d’année commencent dans moins de trois semaines. Les autorités ne savaient pas pour l’instant si le tireur était un étudiant, ni comment il était mort, a précisé le responsable de la police de l’université, Wendell Flinchum, au cours d’une conférence de presse. Le campus avait été secoué par deux alertes à la bombe début avril, et une prime de 5 000 dollars était promise depuis dimanche à quiconque permettrait l’arrestation du ou des responsable(s). La rentrée universitaire en août dernier avait été aussi marquée par un autre drame, quand un prisonnier évadé s’était réfugié sur le campus. L’homme avait été arrêté, mais un gardien et un policier avaient été tués.

Au moins 30 personnes ont été tuées hier sur le campus de l’université de Virginia Tech à Blacksburg (État de Virginie), la fusillade la plus meurtrière de l’histoire dans un établissement scolaire aux États-Unis. Le tireur, qui semble avoir agi seul, est décédé, ont précisé les autorités.
Dans un message affiché sur fond noir sur la page d’accueil de son site Internet,...