Actualités

Iran - Zahra Amir Ebrahimi dénonce « une campagne immorale » Les ébats filmés d’une actrice font grand bruit à Téhéran

CHRONOLOGIE
09/11/2006
La vente clandestine d’une vidéo amateur montrant une jeune femme, présentée comme une célèbre actrice de séries télévisées, en train de faire l’amour fait grand bruit en Iran depuis plusieurs semaines, provoquant une enquête de la justice. L’actrice, Zahra Amir Ebrahimi, qui joue d’habitude des rôles de jeunes filles sages dans des séries télévisées populaires, a démenti être la personne en question, dénonçant « une campagne immorale », a rapporté l’agence semi-officielle ILNA. La vidéo a été présentée partout comme « la vidéo de Zahra Amir Ebrahimi ». L’actrice s’est encore élevée contre des « accusations injustes et déshonorantes visant à piétiner l’honneur d’une femme », selon ILNA. Elle a également démenti des rumeurs persistantes sur son suicide. L’affaire a pris une telle ampleur que le procureur général de Téhéran, Saïd Mortazavi, a décidé de prendre personnellement en main l’enquête. Des dizaines de milliers de copies de la vidéo en VCD ont été vendues au marché noir. De nombreuses personnes ont également reçu le film par la voie de messages vidéo sur leur téléphone portable. Sans compter différentes versions, courtes et longues, de la vidéo qu’on peut trouver sur Internet. Le partenaire de la jeune femme dans la vidéo, qui est soupçonné d’avoir lui-même distribué le film, risque un an de prison et une forte amende. « Le procureur a ordonné l’arrestation du jeune homme qui a pris la fuite et se trouve à l’étranger », a déclaré Mahmoud Salarkia, l’adjoint du procureur général de Téhéran, cité par le quotidien Kargozaran. « Un rapport complet et une copie du film ont été envoyés au procureur (...) Les résultats seront annoncés après enquête », a déclaré sayyed Nasser Seraj, responsable des relations publiques de la justice. La jeune actrice, qui a été entendue par la justice en tant que témoin, n’est pas poursuivie pour le moment. Cependant, elle pourrait bien ne plus être autorisée à faire des films grand public à la télévision d’État. Selon la loi iranienne, toute personne qui encourage la prostitution, et porte atteinte la vie privée des gens et à l’ordre moral de la société risque la prison. La loi islamique, en vigueur en Iran depuis la révolution de 1979, interdit les relations sexuelles hors mariage, qui sont néanmoins de plus en plus fréquentes parmi les jeunes. Depuis quelques années, l’Iran connaît le phénomène de vente illégale de vidéos privées de cérémonies de mariage, de fêtes privées ou de piscines réservées aux femmes, qui font un tabac dans une société où, légalement, les relations entre les deux sexes en dehors des liens du mariages sont restreintes. Il y a deux ans, de jeunes lycéennes s’étaient suicidées dans le nord-ouest du pays après la vente au marché noir d’un film amateur d’une soirée où elles dansaient. La justice a mis en garde les familles et les célébrités contre ceux qui cherchent à obtenir leurs films privés pour les vendre au marché noir. « Les familles doivent faire attention à leurs films privés. Si vous donnez votre téléphone portable ou votre ordinateur en réparation, il faut d’abord supprimer vos films », a déclaré l’adjoint du procureur de Téhéran.

À la une

Retour au dossier "Actualités"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué