Rechercher
Rechercher

CHRONOLOGIE

Saint-Valentin - Les scientifiques étudient les interactions entre époux, les expressions de leur visage et leurs pulsations cardiaques Amour, conflit et divorce, la recette mathématique d’un mariage qui dure

Deux professeurs américains alliant psychologie et mathématiques ont conçu un modèle permettant de prévoir avec une très grande fiabilité le risque de divorce d’un couple, ont expliqué ces chercheurs juste avant la Saint-Valentin. Leur technique, testée sur plusieurs centaines de couples au cours des dix dernières années, « permet de prévoir dans 94% des cas si le couple divorcera dans les cinq ans » ou s’il est fait pour durer, selon le psychologue John Gottman, qui a présenté ses travaux à Seattle lors de la conférence annuelle de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS). Ce chercheur et son collègue, le mathématicien James Murray, tous deux de l’Université de Washington (nord-ouest), ont pris pour matière première quinze minutes d’enregistrement vidéo de centaines de couples en train de débattre d’un sujet de discorde. Les scientifiques ont attribué un point par interaction positive entre l’homme et la femme et retiré un point par interaction négative. Ils ont également analysé et intégré dans leur modèle les expressions de visage et les pulsations cardiaques des deux personnes. Le résultat a été quantifié sous forme de ratio entre interactions positives et négatives. « Le ratio magique est de cinq (positifs) contre un (négatif) » ont expliqué les chercheurs pour lesquels tous les couples dont le ratio est inférieur à 5 contre 1 sont menacés. « Et le modèle est étonnement fiable », a souligné M. Murray. Quand les personnes les plus à l’aise dans leur mariage « parlent de choses importantes, elles peuvent être en désaccord, mais elles échangent également des plaisanteries ou des petites moqueries qui sont des signes d’affection, car elles ont réussi à établir des liens émotionnels », a relaté M. Gottman. « Cependant, de nombreuses personnes ne savent pas établir ce lien ou bâtir un certain sens de l’humour. Les disputes au sein d’un couple constituent autant d’échecs à établir un lien émotionnel », a-t-il poursuivi. Le chercheur a noté l’importance des expressions de visage, comme « l’expression du mépris, véritable acide sulfurique de l’amour ». Le rythme cardiaque des personnes en pleine discussion est également important. « Au dessus de 100 pulsations par minute, l’organisme commence à produire de l’adrénaline, ce qui rend l’esprit moins réceptif » aux arguments de l’autre, a-t-il poursuivi. « Les mathématiques permettent de cartographier visuellement ce qui se passe dans la relation et donnent des outils d’intervention qui peuvent être utilisés en thérapie matrimoniale », a pour sa part estimé Kristin Swanson, professeur à l’Université de Washington, qui a aussi participé à l’étude. Cette méthode permet de deviner ce qui se passerait au sein d’un couple si un élément de leur relation changeait, ont encore expliqué les chercheurs. Par exemple, « le modèle permet de voir ce qu’il advient des rapports si le mari accepte d’être influencé par sa femme, et comment cela augmente le nombre d’interactions positives », a expliqué M. Gottman, qui croit pouvoir utiliser cette technique pour renforcer les relations au sein du couple.

Deux professeurs américains alliant psychologie et mathématiques ont conçu un modèle permettant de prévoir avec une très grande fiabilité le risque de divorce d’un couple, ont expliqué ces chercheurs juste avant la Saint-Valentin.
Leur technique, testée sur plusieurs centaines de couples au cours des dix dernières années, « permet de prévoir dans 94% des cas si le couple...