Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Face à Israël, le Hezbollah revient à la « tactique de dissuasion »

Depuis l’attaque de Megiddo dans le nord d’Israël, il y a dix jours, les pronostics sur un possible embrasement à la frontière sud du Liban se sont multipliés. Même si jusqu’à ce jour, aucune version claire de ce qui s’est réellement passé le 15 mars n’a encore été donnée, les responsables et les médias israéliens ont privilégié la thèse selon laquelle l’attaquant se serait infiltré à partir du Liban et il aurait fait une heure et demie de route portant une ceinture explosive avant de mener son opération au carrefour de Megiddo. Après avoir d’abord dit que l’assaillant serait un membre du Hezbollah, les médias israéliens ont ensuite déclaré qu’il serait palestinien, venu toutefois d’un des camps du sud du Liban, probablement Aïn el-Héloué.

S’agissait-il donc d’une opération purement palestinienne ou bien l’assaillant a-t-il été aidé par le Hezbollah? Comment a-t-il pu s’infiltrer vers Israël et faire ensuite tout ce chemin sans avoir été repéré par le système et les forces de sécurité israéliens pourtant impressionnants dans cette zone ? Les Israéliens eux-mêmes attendaient les réactions du Hezbollah sur cet incident, mais ils ont été déçus. Ni les différents cadres ni le secrétaire général de la formation n’ont donné des détails. Dans son dernier discours, Hassan Nasrallah a même joué la carte du « flou constructif », laissant les Israéliens à leurs doutes. Il n’a ni confirmé ni nié que l’assaillant soit un Palestinien. Il n’a pas précisé s’il s’est infiltré à partir de la frontière avec le Liban. Il n’a donné aucune indication sur la nature des explosifs utilisés qui, selon les médias israéliens, ne font pas partie de l’arsenal habituel des Palestiniens. Par contre, il a été très clair dans ses menaces. Nasrallah a ainsi répété que toute attaque israélienne contre les Libanais, les Palestiniens et autres résidents au Liban entraînerait une riposte violente, même si cela devait provoquer une guerre généralisée.

En même temps, la chaîne al-Manar (organe du Hezbollah) a choisi de diffuser un documentaire réalisé il y a plusieurs mois, portant sur les négociations sur le tracé des frontières maritimes. Dans ce documentaire inédit, l’ancien directeur de la Sûreté générale Abbas Ibrahim s’exprime sur ses entretiens avec l’émissaire américain Amos Hochstein. Il révèle ainsi avoir transmis à ce dernier un message personnel du secrétaire général du Hezbollah dans lequel Nasrallah précise que c’est l’État libanais qui définit la ligne réclamée par le Liban et que le Hezbollah n’intervient pas à ce sujet. Par contre, si les revendications de l’État libanais ne sont pas respectées, et si les Israéliens commencent à extraire le gaz et le pétrole du champ de Karish, alors que du côté libanais les entraves demeurent, le Hezbollah est prêt à lancer une attaque contre les installations pétrolières dans ce champ, même si cela doit déclencher une guerre. Selon Abbas Ibrahim, Hochstein aurait répondu: « Mais une telle guerre serait destructrice pour le Liban ! » Et le patron de la SG a rétorqué: « Pour le Liban, certes, mais aussi pour Israël et pour la moitié de la région... » Selon Ibrahim, connu pour être proche du Hezbollah, c’est ce message qui aurait accéléré les négociations et permis d’aboutir à une entente, en plus de la position unifiée du Liban. Selon les milieux proches du Hezbollah, la diffusion de ce documentaire en ce timing précis est un message clair adressé aux Israéliens pour les pousser à mesurer les grands risques que pourrait entraîner pour eux toute attaque contre le Liban.

De même, ces derniers jours, les milieux du Hezbollah ont évoqué le déploiement des commandos de la formation, notamment « l’unité al-Radouane », le long de la frontière. Sollicitée par les Israéliens pour vérifier ces informations, la Finul aurait précisé n’avoir rien constaté d’anormal. Ce qui, au lieu de rassurer les Israéliens, devrait les inquiéter encore plus. Car le fait que les troupes d’élite se soient déployées sans attirer l’attention des Casques bleus est perçu comme le signe de leur efficacité.

Le Hezbollah multiplie les avertissements, car il aurait reçu des rapports sur une intention israélienne de lancer une attaque, même limitée contre le Liban, d’abord pour détourner l’attention des Israéliens de leurs problèmes internes et ensuite dans une tentative de mélanger les cartes et d’entraver le rapprochement irano-saoudien. Avant l’annonce officielle de ce rapprochement, les Israéliens étudiaient, selon ces mêmes milieux, la possibilité de lancer une attaque contre des installations nucléaires iraniennes. Désormais, une telle opération est devenue plus compliquée, surtout que les avions israéliens auront plus de mal à survoler l’espace aérien arabe pour atteindre leurs cibles. Selon une source militaire libanaise, le Hezbollah joue la dissuasion et son objectif est de pousser les Israéliens à renoncer à tout projet d’attaque contre le Liban.


Depuis l’attaque de Megiddo dans le nord d’Israël, il y a dix jours, les pronostics sur un possible embrasement à la frontière sud du Liban se sont multipliés. Même si jusqu’à ce jour, aucune version claire de ce qui s’est réellement passé le 15 mars n’a encore été donnée, les responsables et les médias israéliens ont privilégié la thèse selon laquelle l’attaquant se...

commentaires (1)

Tiens tiens, aucun commentaire ! Les lecteurs semblent se foutre totalement du décryptage innovant de Mme Haddad. Permettez moi aussi de m’interroger, sauf si je me trompe, de l’absence de décryptage concernant le reportage de TV5 sur le Hezbollah. Est ce à penser que vos confrères français n’ont aucune crédibilité? Ou on revient à l’argument usuel et usé d’agents sionistes, sauf que c’est le service public français et donc par définition professionnel et impartial.

Liberté de penser et d’écrire

12 h 22, le 25 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Tiens tiens, aucun commentaire ! Les lecteurs semblent se foutre totalement du décryptage innovant de Mme Haddad. Permettez moi aussi de m’interroger, sauf si je me trompe, de l’absence de décryptage concernant le reportage de TV5 sur le Hezbollah. Est ce à penser que vos confrères français n’ont aucune crédibilité? Ou on revient à l’argument usuel et usé d’agents sionistes, sauf que c’est le service public français et donc par définition professionnel et impartial.

    Liberté de penser et d’écrire

    12 h 22, le 25 mars 2023

Retour en haut