Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Fuel iranien pour le Liban

Nasrallah appelle ses partisans à ne pas se rassembler lors du passage des convois demain

Nasrallah appelle ses partisans à ne pas se rassembler lors du passage des convois demain

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Photo d'archives AFP

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé mercredi les partisans de la formation chiite à ne pas se rassembler demain dans la Békaa sur la trajectoire des camions-citernes qui doivent acheminer le carburant iranien arrivé par la mer et déchargé en Syrie il y a quelques jours à destination du Liban en crise.

Dans un bref communiqué, le leader chiite a fait savoir qu'il a été informé des "célébrations populaires et de la couverture médiatique prévues à Baalbeck-Hermel afin d'accueillir le convoi de citernes transportant du carburant". "Je suis conscient de la grande réceptivité populaire concernant cette initiative. Je suis reconnaissant envers cela, mais je souhaite auprès de la population et des responsables du Hezbollah de ne pas organiser de rassemblements populaires lors du passage du convoi, et ce pour des raisons de sécurité et afin de faciliter le transport du carburant", a souligné le chef du parti chiite.

Le Liban souffre d'une grave pénurie d'électricité et de carburant, sur fond de manque de liquidités dans les caisses de l'Etat. Depuis des mois, l'organisme public Electricité du Liban (EDL) ne produit plus de courant que pour approvisionner le pays quelques petites heures par jour. Des générateurs privés, fonctionnant au mazout, doivent prendre le relais pendant les coupures, comme c'est déjà le cas depuis des années. Toutefois, face au rationnement drastique et au fait que le mazout, comme l'essence, devient une denrée rare sur le marché local, les propriétaires de ces groupes électrogènes sont obligés, à leur tour, de limiter leur production, plongeant les Libanais de longues heures dans le noir et provoquant la panique dans certains secteurs, comme les hôpitaux.

C'est dans ce cadre que Nasrallah avait indiqué, lundi soir, qu'un premier navire iranien était bien arrivé en Syrie et que son chargement serait attendu dès jeudi au Liban, où il serait distribué gratuitement à des institutions prioritaires. Un autre navire chargé de mazout est en route, selon lui, tandis qu'un troisième, transportant de l'essence, devrait bientôt prendre la mer.

Le 15 août, une foule rassemblée près d'une cuve à essence illégale dans le Akkar a tourné au drame, le carburant ayant explosé, provoquant la mort de plus d'une trentaine de personnes et blessant environ 100 autres.


Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé mercredi les partisans de la formation chiite à ne pas se rassembler demain dans la Békaa sur la trajectoire des camions-citernes qui doivent acheminer le carburant iranien arrivé par la mer et déchargé en Syrie il y a quelques jours à destination du Liban en crise.Dans un bref communiqué, le leader chiite a fait savoir qu'il a été...