Hommages

Michel Kilo, une vie de lutte et d’espoir

Aucun intellectuel syrien n’a incarné pendant plus de 40 ans l’opposition au régime des Assad père et fils plus que Michel Kilo.

Michel Kilo, une vie de lutte et d’espoir

AP News

Homme de gauche, inspiré par les écrits d’Élias Morcos et de Yassine el-Hafez, journaliste de formation et traducteur d’ouvrages de pensée politique (de l’allemand), Michel Kilo était déjà parmi les acteurs culturels ouvertement critiques du système que mettait en place Hafez el-Assad à la fin des années 1970.

Ses prises de positions publiques et ses écrits lui ont valu une première incarcération en 1981 durant la campagne de terreur qu’a menée le régime contre la société syrienne. Cette campagne, qui a débuté avec les arrestations de milliers de frères musulmans (dont la majorité furent exécutés), de Palestiniens de l’OLP, de dissidents baathistes et de marxistes (de l’aile du parti communiste dirigée par Riad el-Turk et de la ligue d’action communiste), a culminé avec les massacres de Hama en 1982, quand la ville rebelle a été assiégée, bombardée et envahie par les chars (faisant plus de vingt mille morts).

Libéré dix-huit mois après son arrestation, Kilo a repris ses activités, en clandestinité souvent, puis publiquement à partir des années 1990. Sa résilience et sa persévérance à l’intérieur-même de la Syrie ont marqué des milliers d’opposants de différentes générations, et l’ont rendu également l’une des cibles favorites de la propagande assadienne.

Le printemps de Damas

En plus de ses articles percutants publiés dans le supplément culturel du quotidien beyrouthin an-Nahar et ses pages d’opinion, Kilo a été l’un des signataires de l’appel des 99 intellectuels réclamant en septembre 2000 la fin de l’état d’urgence en Syrie (en place depuis mars 1963), la libération des prisonniers d’opinion, le retour des exilés et la renaissance d’une vie politique. Il a participé activement par la suite à la fondation des forums et des comités de la société civile durant ce qu’on a qualifié de « Printemps de Damas ». Et bien que ce printemps ait été court (les forums ont été fermés et plusieurs personnalités arrêtées dès février 2001, accusées « d’avoir affaibli l’âme de la patrie » !), Michel et d’autres acteurs et militants ont poursuivi le combat. De leurs nouvelles initiatives sont nées la « Déclaration de Damas pour le changement démocratique » en 2005, et la « Déclaration Beyrouth-Damas, Damas-Beyrouth » en 2006 (co-signée avec des intellectuels libanais) et appelant à la reconnaissance d’un Liban indépendant et souverain et aux réformes menant au respect de la diversité et des libertés en Syrie. Ces deux déclarations, et un article qu’il a publié sur le confessionalisme instauré et instrumentalisé par le régime dans la vie quotidienne à Lattaquié (sa ville natale), lui ont coûté une nouvelle arrestation. Il est condamné cette fois à trois ans de prison ferme (les autres principaux signataires des déclarations ont à leur tour écopé de peines allant jusqu’à cinq ans).

Libéré en 2009, Kilo s’est de nouveau investi dans la sphère publique, avant d’assister en décembre 2010 au déclenchement des révolutions en Tunisie et en Égypte, puis à partir de janvier 2011 en Libye, au Yémen, au Bahreïn et enfin en mars en Syrie. De Damas, il a réclamé des réformes politiques et l’arrêt de la répression des manifestants. Mais en novembre, se sentant physiquement menacé, il a quitté le pays vers la France, où il a retrouvé une « mobilité » et une marge de manœuvre lui permettant d’essayer, sans succès, de convaincre les Russes, sponsors d’Assad, d’une transition, et de lancer des initiatives dans la perspective de fédérer les forces de l'opposition nationale et de reprendre le chemin de la Syrie, et de son nord « libéré ».

Les développements tragiques sur le terrain et les mutations politiques l’ont néanmoins dépassé, et certains de ses prises de parole, positions et projets ont suscité des controverses, y compris parmi ses amis et compagnons de route, sans pour autant l’intimider.

Il n'est donc pas exagéré de considérer que son nom fut pendant plus de 40 ans le « nom public » le plus connu dans le royaume de la peur et du silence qu’il a tenté, avec tant d’autres, de briser. Son acharnement, son énergie, son audace, mais aussi son sourire, son humour et son accent doux l’ont accompagné jusqu’au dernier souffle dans son exil parisien.

Qu’il repose en paix…

Homme de gauche, inspiré par les écrits d’Élias Morcos et de Yassine el-Hafez, journaliste de formation et traducteur d’ouvrages de pensée politique (de l’allemand), Michel Kilo était déjà parmi les acteurs culturels ouvertement critiques du système que mettait en place Hafez el-Assad à la fin des années 1970.Ses prises de positions publiques et ses écrits lui ont valu une...
commentaires (2)

Que Michel Kilo repose en paix et que la divine trinité lui pardonne ses égarements. Certes c'était un penseur et un journaliste qualifié mais ses idées étaient sombres et il ne représentait qu'une faction gauchisante de la classe politique .C'était une voix dans l'abime qui n'aurait menée qu'a la destruction de son pays.

HUSNY JOSEPH

19 h 22, le 07 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Que Michel Kilo repose en paix et que la divine trinité lui pardonne ses égarements. Certes c'était un penseur et un journaliste qualifié mais ses idées étaient sombres et il ne représentait qu'une faction gauchisante de la classe politique .C'était une voix dans l'abime qui n'aurait menée qu'a la destruction de son pays.

    HUSNY JOSEPH

    19 h 22, le 07 mai 2021

  • Michel Kilo avait des tonnes d'espoir pour la Syrie et le.monde arabe. Malheureusement notre région est dans l'espace interstellaire, sans gravité et plein de radiation néfaste! Allah yirhamak Michel et tous les hommes courageux de ta trempe!

    Wlek Sanferlou

    17 h 09, le 07 mai 2021

Retour en haut