Rechercher
Rechercher

Finance

Bank Audi retirera en novembre ses actions GDR de la Bourse de Londres

Bank Audi retirera en novembre ses actions GDR de la Bourse de Londres

BLOM Bank est le dernier établissement libanais à être coté à la Bourse de Londres. Photo d’archives AFP

La semaine passée, Bank Audi a demandé le retrait de la cotation de ses actions GDR (Global Depositary Receipts) à la Bourse de Londres, la London Stock Exchange (LSE), à partir du 6 novembre prochain, en raison « du faible volume échangé ». Dans son communiqué, la banque explique que les coûts financiers et administratifs à la Bourse de la City sont « disproportionnés par rapport aux bénéfices engendrés ». Elle précise toutefois que ses GDR, au nombre de 588,54 millions selon les informations disponibles sur son site web, seront toujours listés à la Bourse de Beyrouth, la Beirut Stock Exchange (BSE).

Le faible volume des transactions des actions de la banque libanaise peut s’expliquer par le manque de confiance des agents économiques internationaux dans le secteur bancaire libanais après les mesures de restriction imposées depuis août 2019 sur les retraits et les transferts vers l’étranger depuis des comptes en devises, ainsi que l’annonce en mars dernier du défaut du pays sur ses eurobonds – titres de dette en devises.

L’agence de notation américaine Moody’s a d’ailleurs enfoncé le clou en retirant fin juillet les notations des trois banques libanaises qu’elle observe – Bank Audi, BLOM Bank et Byblos Bank –, déclarant que les informations sont « insuffisantes » ou « inadéquates » pour permettre de maintenir la notation, quelques jours après avoir octroyé la notation « C » au Liban, soit la plus basse, déclarant le pays en défaut. Or le rôle d’une agence de notation est d’indiquer le risque d’insolvabilité de l’émetteur aux potentiels investisseurs. Le retrait de la notation signifie dès lors que l’entreprise « n’a (plus) aucune valeur pour les investisseurs », selon la chercheuse Federica Salvadè qui a étudié en 2014 ces cas en Europe et aux États-Unis durant la période allant de 2001 à 2011.

Le prix des GDR de la banque libanaise a diminué sur les deux places boursières depuis un an, passant d’une cotation de 32,04 dollars le 17 octobre 2019 à 0,38 hier à la LSE, et respectivement de 3,7 dollars à 1 dollar à la BSE. Pareil pour BLOM Bank, dont la cotation est passée de 5,7 dollars à 0,6 dollar à la LSE, et de 6,02 dollars à 2,76 dollars à la BSE. Byblos Bank avait, elle, annoncé le 1er juillet son intention de se retirer de la LSE le 30 juillet, afin de ne pas payer de dividendes comme demandé par la circulaire n° 532 de la Banque du Liban datée de novembre 2019, effaçant ainsi les données de ses GDR. Sur la même période mentionnée pour ses consœurs, le prix de ses actions est passé de 1,1 dollar à 0,4 dollar à la BSE.

BLOM Bank restera donc la seule entreprise libanaise listée à la Bourse de Londres, Solidere ayant abandonné son programme GDR en 2017, pour les mêmes raisons que Bank Audi. Contactée, BLOM Bank n’a pas souhaité faire de commentaire à propos de sa cotation à la LSE.


La semaine passée, Bank Audi a demandé le retrait de la cotation de ses actions GDR (Global Depositary Receipts) à la Bourse de Londres, la London Stock Exchange (LSE), à partir du 6 novembre prochain, en raison « du faible volume échangé ». Dans son communiqué, la banque explique que les coûts financiers et administratifs à la Bourse de la City sont...

commentaires (0)

Commentaires (0)