Rechercher
Rechercher

Liban

Fête de l'Armée : "La reddition est interdite !", martèle Aoun

"Les mesures de réformes ont commencé à être mises en œuvre pour connaître la réalité de la situation des finances publiques afin de faire la lumière sur la corruption", se félicite le chef de l'Etat, lors d'un discours aux Libanais et aux élèves officiers.

Fête de l'Armée :

Le président libanais, Michel Aoun, prononçant un discours à l'occasion du 75e anniversaire de l'armée, au palais de Baabda. Photo Twitter/@General_Aoun

Le président libanais, Michel Aoun, a rendu samedi hommage à l'armée à l'occasion du 75e anniversaire de la troupe, dans un discours aux Libanais et aux élèves officiers, affirmant que face aux crises qui secouent le Liban, "la reddition est interdite".

Cette année, et en raison de la propagation du coronavirus, les célébrations de la fête de l'Armée ont été annulées et la cérémonie de remise des épées aux élèves officiers n'a pas eu lieu non plus. 

"Il était prévu que cette Académie nous réunisse à nouveau et que se dresse fièrement devant nous la fleur de notre jeunesse, attendant avec impatience de prêter le fameux serment qui stipule de préserver le drapeau de notre pays et de défendre la patrie. Malheureusement, les conditions de quarantaine imposées par l'épidémie du Covid-19 ont empêché cette célébration", a annoncé le chef de l'Etat dans son message aux Libanais.

S'adressant ensuite aux officiers diplômés, le chef de l'Etat a dit : "Vous avez choisi pour votre session le nom de jubilé de diamant afin de marquer le soixante-quinzième anniversaire de notre armée. Après que vos collègues aient choisi l'année dernière de célébrer le 75e anniversaire de l'indépendance du Liban. Oui, notre indépendance et notre armée ont vu le jour ensemble, avec un léger décalage dans le temps. Ensemble, elles ont vécu les bonheurs et les difficultés que le pays a connues. Et pendant toutes ces années, l’armée n’a eu de cesse de préserver cette indépendance qui nous est si chère".

"Seul espoir"

Le président Aoun a ensuite effectué un survol historique de la troupe depuis sa création, affirmant qu'elle reste "le seul espoir des Libanais". "Soixante-quinze années sont passées au cours desquelles notre armée a remporté des victoires glorieuses et étonnantes malgré ses capacités limitées, a souligné le chef de l'Etat. Elle a également traversé des périodes difficiles, visée par les guerres des autres sur notre terre, démantelée par des batailles internes, affaiblie par les milices exerçant contre elle diverses sortes de chantage… Malgré tout cela, sa loyauté envers la patrie a toujours été la plus forte et c’est elle le ciment qui a permis la réunification. Sa moralité fut le bouclier qui l’a protégée de toute dérive. Ces dures expériences nous ont appris que l'armée est le cœur de la nation et rien ne reste en vie quand le cœur cesse de battre. Par conséquent, l’armée est restée le seul espoir des Libanais et la forteresse sécurisante, quelle que soit la difficulté traversée.

Cinq "ennemis"

Dressant un tableau des défis actuels auxquels fait face le Liban qui traverse la pire crise économique de son histoire moderne, Michel Aoun a parlé de cinq "ennemis". "Le Liban mène aujourd’hui une guerre d'un tout autre genre, et elle est sans doute encore plus difficile car elle affecte le pain quotidien de chaque Libanais, menace ses économies, son avenir et celui de ses enfants, a-t-il déclaré. La situation économique et financière met la pression sur tout un chacun et n’épargne personne. Quant aux ennemis du Liban dans cette guerre, ils sont bien nombreux ! Le premier d’entre eux est la corruption qui fait rage dans les institutions et dans les esprits. Cette corruption résiste farouchement, mais les étapes vers son éradication progressent lentement mais sûrement ! Le deuxième ennemi est toute personne qui manipule les moyens de subsistance des citoyens pour accumuler les profits. Le troisième ennemi est celui qui a contribué et contribue à dévaloriser notre monnaie nationale pour accumuler encore plus d'argent. Le quatrième ennemi est celui qui lance des rumeurs pour semer le désespoir et faire régner l'esprit de capitulation. Sans oublier tous ceux qui parcourent le monde, dénigrant le pays et ses habitants et incitant les uns et les autres à refuser toute aide au Liban. J’ajoute à tout cela un ennemi caché sous la forme d'un virus qui a attaqué toute l'humanité et continue de le faire, laissant derrière lui des morts par centaines de milliers et frappant l'économie mondiale. Le Liban a eu sa part de victimes, notre crise économique s'est aggravée… et aujourd'hui le voilà qui empêche notre rencontre", a-t-il affirmé, en parlant de la pandémie du coronavrius.
Pour le président Aoun, "la victoire dans cette guerre repose sur les épaules de nous tous, État et citoyens". "Le salut est possible si chacun joue son rôle au service du pays", a-t-il souligné. Il a ensuite affirmé une nouvelle fois que "les mesures de réforme ont commencé à être mises en œuvre pour connaître la réalité de la situation des finances publiques afin de faire la lumière sur la corruption, identifier les dossiers suspects en vue d'un traitement approprié et poursuivre les responsables". Le chef de l'Etat a relevé que ces mesures constituent "un prélude à la restauration de la confiance envers le Liban".


"Reddition interdite"

Le président a aussi abordé la question des violations israéliennes contre le Liban, alors que la tension était dangereusement montée lundi après des bombardements israéliens contre le Sud du pays. "Israël viole de façon croissante la résolution 1701 et ses attaques contre le Liban se poursuivent. Pour notre part, nous affirmons notre volonté d’appliquer cette résolution et de résoudre les questions litigieuses sous les auspices de l'ONU. Nous sommes également tenus de nous défendre, de protéger notre terre, nos eaux et notre souveraineté sans aucun compromis", a martelé le chef de l'Etat.

Concluant par un mot adressé aux Libanais, le président Aoun a rappelé son parcours militaire, ayant été à la tête de l'armée il y a plus de trente ans. "Je suis le fils de cette école militaire. Elle m’a appris que la reddition est interdite ! Elle m’a appris à percer les rochers pour ouvrir un chemin, a déclaré le président Aoun. Elle m’a appris à marcher entre les mines pour sauver un blessé. Le blessé aujourd'hui est la patrie et je vous promets de continuer à marcher parmi les mines et de persévérer à percer les rochers pour ouvrir la voie du salut. Une chose est sûre, la reddition n'a aucune place sur le chemin de ma vie".

Le chef de l’État a en outre reçu une délégation d'officiers de l'armée menée par le commandant en chef de la troupe, le général Joseph Aoun. "Nous gardons espoir en vous car vous êtes sage et c'est de votre sagesse que nous nous inspirons pour gérer les crises auxquelles nous faisons face, de sorte à préserver la dignité du citoyen et la stabilité de la nation", a dit le général Aoun au chef de l’État, selon le compte Twitter de la présidence.

S'il faut s'en référer à la photo publiée par le palais de Baabda, ni la distanciation sociale ni le port du masque n'étaient respectés lors de cette rencontre entre le président Aoun et la délégation militaire.

Le président Michel Aoun, entouré d'une délégation de hauts officiers de l'armée libanaise, le 1er août 2020 au palais de Baabda. Photo Twitter/Présidence libanaise

Le patriarche maronite Béchara Raï a contacté le général Aoun et a salué le rôle de l'armée dans la défense du Liban et des Libanais. Il a souligné également qu'il était important d'offrir tout le soutien possible à l'armée libanaise pour ses sacrifices et son dévouement dans l'accomplissement des tâches militaires, sécuritaires, humanitaires et sociales.


"Soupape de sécurité"

Le Premier ministre, Hassane Diab, a lui aussi salué l'armée plus tôt en matinée, affirmant que celle-ci constitue la "soupape de sécurité de l'Etat". "Chaque fois que nous célébrons la fête de l'Armée, nous réalisons l'importance de cette institution, car son anniversaire consacre l'unité nationale dans tous ses aspects, et nous découvrons que les Libanais misent constamment sur leur armée et ce choix se renforce", a écrit le chef du gouvernement sur Twitter. "L'armée est corollaire de confiance immuable. Elle constitue la soupape de sécurité de l'Etat, de la société et du citoyen. Elle est également le rempart qui protège la paix civile et la stabilité sécuritaire. Chaque Libanais fidèle salue l'armée. Vive l'armée, vive le Liban", a conclu le Premier ministre.

Le coordinateur spécial de l'ONU au Liban, Jan Kubis, a également rendu hommage à l'armée libanaise. "Je félicite les forces armées et leur commandant, le général Joseph Aoun, pour le rôle vital que joue cette institution nationale qui protège le Liban et sa population face aux nombreux défis, et pour le fait qu'elle constitue un pilier de l'unité libanaise", a écrit Jan Kubis sur Twitter.

Vendredi, c'est la ministre de la Défense, Zeina Acar, qui a salué la troupe, affirmant "toujours miser sur l'armée pour la protection du Liban". Hier également, l'ambassade des Etats-Unis au Liban a exprimé sa fierté quant au soutien de Washington à l'armée. Deux jours plus tôt, c'est le commandant en chef de la troupe qui s'était adressé aux militaires, les exhortant à rester vigilants, notamment face "aux tentatives répétées d'Israël de saper l'unité nationale" libanaise. Cette mise en garde intervenait deux jours après les tirs d'artillerie israéliens sur un secteur frontalier. Lundi, l'armée israélienne avait indiqué qu'une "cellule" de trois à cinq personnes armées s'était infiltrée sur une distance de quelques mètres au-delà de la Ligne bleue séparant Israël du Liban, et que "les forces de sécurité ont ouvert le feu". L'Etat hébreu a tenu pour responsable le Hezbollah, lequel a qualifié de "totalement fausses" les accusations d'infiltration. Le gouvernement de Hassane Diab a décidé de porter plainte devant le Conseil de sécurité de l'ONU contre cette attaque.


Le président libanais, Michel Aoun, a rendu samedi hommage à l'armée à l'occasion du 75e anniversaire de la troupe, dans un discours aux Libanais et aux élèves officiers, affirmant que face aux crises qui secouent le Liban, "la reddition est interdite".

Cette année, et en raison de la propagation du coronavirus, les célébrations de la fête de l'Armée ont été annulées et la...

commentaires (23)

On ne Comprend plus...!?? La reddition n'est pas permise, dit-il...mais président lala, elle est déjà un fait accomplit...toute articulation et toute gesticulation du pouvoir est commandée par Sayed lalala, le porte parole iranien local......vous vous en souvenez, non???

Wlek Sanferlou

23 h 06, le 02 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (23)

  • On ne Comprend plus...!?? La reddition n'est pas permise, dit-il...mais président lala, elle est déjà un fait accomplit...toute articulation et toute gesticulation du pouvoir est commandée par Sayed lalala, le porte parole iranien local......vous vous en souvenez, non???

    Wlek Sanferlou

    23 h 06, le 02 août 2020

  • DE QUELLE ARMÉE QU'ON PARLE ? UNE ARMÉE POUR PROTÉGER QUI ? UNE ARMÉE SOUS LES ORDRES DE AOUN QUI EST SOUS LES ORDRES DE HASSAN NASRALLAH QUI À SON TOUR SOUS LES ORDRES DE L'IRAN. OÙ ELLE EST NOTRE INTERÊT NOUS LIBANAIS LÀ DEDANS ????? POUR FÊTER TOUT ÇA ?????

    Gebran Eid

    17 h 28, le 02 août 2020

  • "...se féllicite le chef de l'Etat..."...quel chef...de quel Etat...??? - "l'armée reste le seul espoir des Libanais..."...c'est pour cette raison que vous laissez une autre armée d'obédience iranienne usurper son rôle sur notre territoire libanais...??? Dites...êtes-vous encore conscient de ce qui se passe chaque jour chez nous, au Liban ??? Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 53, le 02 août 2020

  • Une armée qui nous coûte un oeil et qui n'a pas le droit d'imposer son autorité sur TOUT le territoire libanais est INUTILE. Une arme qui TABASSE le citoyen et PROTEGE les camions-citernes vers la Syrie est INUTILE. Une armée qui reçoit ses ordres de cette CRASSE politique au lieu de la mater est INUTILE.

    Tabet Karim

    10 h 33, le 02 août 2020

  • En 1989, le locataire de Baabda m’a contraint à émigrer pour protéger ma famille des bombes qui nous tombaient sur la tête à cause de son aventure guerrière insensée. Aujourd’hui, ce même locataire de Baabda nous contraint à nouveau à quitter le pays pour éviter la famine. Tout le monde sait qu’en 1990, il a laissé ses officiers et soldats se faire assassiner par les hordes syriennes qui envahissaient le pays pendant que lui même et ses proches avaient trouvé refuge à l’ambassade de France puis en France. Aujourd’hui, une écrasante majorité de libanais crient famine pendant que ses proches affichent un train de vie luxueux. Que vous le vouliez ou non, l’histoire retiendra que l‘épargne et le patrimoine des libanais se sont volatilisés en 2020 sous l’actuel régime qui n’est certainement pas le seul fautif mais qui n’est pas non plus innocent

    Liberté de Penser

    10 h 16, le 02 août 2020

  • Commencez par votre gendre et assez de discours fallacieux

    Robert Moumdjian

    20 h 43, le 01 août 2020

  • Chaque Émigré de par le monde a été spolié et je pense qu’en terme de pays couverts c’est presque le monde entier. A mon avis les accueils chaleureux qui vous attendent dans chacun de ces pays messieurs les voleurs de la Nation font que vous allez adorer le trou Libanais d’où vous partiriez car l’accueil réservé sera on ne peut plus « CHALEUREUX »! La multiplication des rancœurs et l’augmentation nauséeuse de notre dégoût envers vous nous oblige à régler les problèmes à l’extérieur du Liban . A l’intérieur ce sera difficile nous allons vous confondre avec les poubelles jonchants le macadam !

    PHENICIA

    19 h 53, le 01 août 2020

  • les mesures de réforme ont commencé à être mises en œuvre pour connaître la réalité de la situation de l'argent public afin de faire la lumière sur la corruption, identifier les dossiers suspects en vue d'un traitement approprié et poursuivre les responsables". Le chef de l'Etat a relevé que ces mesures constituent "un prélude à la restauration de la confiance envers le Liban". vous avez été élu pour combattre la corruption votre gendre aussi mais pas les corrompus qui sont connus de tout le monde mais qu est ce que vous attendez bon sang votre mandat bientot terminé et le pays ruiné merci M le président au revoir et à bientot , n oublier pas de ramener votre gendre avec vous pauvre Liban

    youssef barada

    18 h 23, le 01 août 2020

  • La reddition n’est non seulement permise mais exigée, celle des politiques escrocs qui ont volé ce peuple et l’ont privé de son futur. En premier lieu l’axe de la résistance et ses affidés, mais tout autant tous ceux qui ont participé à ce vol.

    Bashir Karim

    15 h 51, le 01 août 2020

  • Le chef de l'Etat n'a pas osé aborder le sujet de l'armée parallèle à la solde d'une puissance étrangère que représente le Hizbullah. Il aurait dû convoquer une conférence sérieuse groupant toutes les forces et mouvances politiques du pays, pour discuter de l'armement illégal de cette milice ainsi que de l'instauration sérieuse de la neutralité du Liban et son refus de s'immiscer dans les conflits de la région, notamment la Syrie et le Yémen.

    Tony BASSILA

    15 h 34, le 01 août 2020

  • Nous vivons dans un pays où la parole est, et de loin, beaucoup plus importante que les actes...au Liban, on a la parole avec souvent l’index levé et agité, ce qui est un signe menaçant, mais les actes sont aux abonnés absents. Merci Mr le président ?

    mokpo

    15 h 26, le 01 août 2020

  • Et l'ennemi de de l'intérieur-même du pays ? Surtout ne pas le mentionner lorsqu'on a le popotin comfortablement installé sur son siège éjectable ...

    Remy Martin

    14 h 07, le 01 août 2020

  • l'armée ,évidemment ! quel pays s'en abstiendrait puisque dans l'imaginaire ,elle représente la défense du citoyen; encore faut qu'elle le soit vraiment.J.P

    Petmezakis Jacqueline

    13 h 31, le 01 août 2020

  • dakhilak ma ahdamak!

    Jack Gardner

    12 h 54, le 01 août 2020

  • C’rst ce qu’il a dit à ses soldats en 1991: on se souvient tous: « interdit de se rendre »... alors qu’il fuyait avec sa famille pour la France... SES soldats ayant été tués ou kidnappés par ses amis actuels... comment faire confiance ? Les actes parlent d’eux-mêmes.

    RadioSatellite.co

    12 h 38, le 01 août 2020

  • LA REEDITION EST INTERDITE dit il.... au fait? Se souvient-il de son sejour tout un mois à l’ambassade de france en 1991?? Puis sa fuite en france dans sa villa dorée ? LA REEDITION EST INTERDITE... en effet ...

    RadioSatellite.co

    12 h 31, le 01 août 2020

  • Oui les réformes ont commencé à être mises en œuvre. Après la famine c’est la pénombre et la rupture des télécommunications, la pénurie d’eau et de médicaments en ajoutant les licenciements dans tous les secteurs y compris sanitaires qui sont la pierre angulaire dans les temps qui courent. Des réformes et des nominations dans le secteur de l’électricité et de l’armée pour bien assoir la dictature accompagnées de la même chose dans le secteur économique et financier sans parler des frontières qui servent de passoires pour tous les trafiquants sans être inquiétés. Décidément vous faites un très bon boulot Monsieur, et on se demande pourquoi le peuple éprouve une telle ingratitude à votre endroit. Vous, droit dans vos bottes et conscient de la mission qui vous a été confiée de sauver ce pays avec l’autorité qui vous distingue de lever le doigt face aux citoyens qui sont pourchassés et tabassés parce que humilier et réclament leurs droits en leur disant que ce sera comme ça et pas autrement sinon ils peuvent immigrer pour vous laisser la place et le pays avec pour que vous rester à votre fauteuil et accomplir votre devoir déjà signé avant votre investiture conditionnée par les ennemis de la république que vous détruisez tous les jours un peu plus avec vos propos dédaigneux envers les citoyens. Nous pouvons vous renvoyez la politesse mais ça n’arrange rien à la souffrance du peuple.

    Sissi zayyat

    12 h 25, le 01 août 2020

  • Le Robot a été activé et a parlé, les photos prises...et chacun est retourné à ses activités ! Vivement le 1er août 2021... Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 07, le 01 août 2020

  • Attendons-nous à ce qu’une série de politiciens profitent de l’occasion pour y aller de leur surenchère sur leur nationalisme, leur honnêteté et leur volonté de mettre en exécution les réformes et arrêter les corrompus pour sauver le pays. On se demande seulement qu’est ce qui a pu les contraindre à voler et maintenant qu’est ce qui les empêchent de mettre en œuvre les solutions qui prouveraient leurs bonnes intentions. Parce qu’avec des bonnes intentions on arrivera à rien,il faut des actes concrets et non des accusations fallacieuses de certains camps adverses qui soit disant dictent aux pays aidants les démarches à suivre pour empêcher que les aides arrivent au pays comme si ces derniers étaient nés de la dernière pluie et ne voient pas le manège des fossoyeurs de la nation à l’œuvre, le pillage et le sabotage de toute sorte exécutés avec minutie depuis des décennies pour prendre le pouvoir et arriver à leur but. Le pays a certes besoin de se défendre contre ses ennemis Monsieur le président, encore faut il lui laisser la possibilité d’être aidé et la permission de le faire car nos ennemis ne sont ceux que vous citez mais bien ceux que vous appuyez et confortez avec vos propos ambigus qui leur donne un permis de détruire le pays sans rendre compte qu’à leurs vrais commanditaires les mollahs. Alors trêve de déclamations policées nous connaissons tous votre incapacité de vous dépêtrer de cette situation dans laquelle vous vous êtes mis tout seul en embarquant le pays.

    Sissi zayyat

    11 h 58, le 01 août 2020

  • Quel chef, quel discours ! Le père de tous... hahahahaha... et surtout le beau-père de son gendre..

    LeRougeEtLeNoir

    11 h 36, le 01 août 2020

  • DES REFORMES ? OU SONT-ELLES ? LES PAROLES SEULES N,AVANCENT PAS. VINGT SIX MOIS SONT PASSES DEPUIS LA CEDRE ET LES DONATEURS ET INVESTISSEURS ATTENDENT LES REFORMES POUR DEBOURSER CHACUN SA PART. POINT DE REFORMES QU,EN PAROLES JUSQU,AUJOURD,HUI. POINT D,AIDES ! VOILA L,ACHEVEMENT. TOUTES AUTRES PAROLES SONT DE L,AIR.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 33, le 01 août 2020

  • Mieux vaut être sourd....

    Je partage mon avis

    11 h 20, le 01 août 2020

  • On ne veut plus de vos speeches.

    Marie Claude

    11 h 19, le 01 août 2020