Rechercher
Rechercher

Afghanistan

Attentat-suicide dans une mosquée du centre névralgique de Kaboul, deux morts

Une mosquée située à l'entrée de la Zone verte, quartier diplomatique protégé, a été la cible d'un attentat mardi durant la prière du soir, faisant au moins un mort. AFP / STR

Une mosquée située à l'entrée de la Zone verte, quartier diplomatique protégé, a été la cible d'un attentat mardi durant la prière du soir, tuant au moins un fidèle et un imam renommé, a annoncé le ministère de l'Intérieur afghan.

"Malheureusement, des explosifs placés par des terroristes dans la mosquée de Wazir Akbar Khan ont été activés", a déclaré Tareq Arian, le porte-parole du ministère, qui avait auparavant fait état d'un attentat-suicide. Célèbre dans la capitale pour ses discours polémiques, Ayaz Niazi, l'imam de la mosquée ciblée, a été tué dans l'attaque, selon M. Arian. Un précédent bilan faisait également état de trois blessés. Wazir Akbar Khan est le quartier central dans lequel se trouve la Zone verte, où la plupart des ambassades et autres institutions étrangères s'abritent derrière de hauts murs en béton. L'explosion, encore non revendiquée, a été fortement ressentie dans le quartier, qui abrite également le palais présidentiel et le quartier général de l'Otan, poussant ses occupants à s'abriter dans des salles sécurisées.

Le gouvernement afghan a qualifié d'"odieuse" cette attaque, qui "révèle la brutalité et l'inhumanité de ceux qui commettent délibérément des violences contre nos oulémas et des personnes innocentes", selon le porte-parole de la présidence Sediq Sediqqi. Un porte-parole des talibans a également condamné l'attaque sur Twitter. Si elle échappe aux combats qui ravagent les campagnes, Kaboul est fréquemment ciblée par des attentats. Samedi, deux employés d'une chaîne de télévision afghane y ont été tués dans l'explosion d'une bombe revendiquée par le groupe Etat Islamique.

La Zone verte a déjà été l'objet de nombreuses attaques. La plus meurtrière, l'explosion devant l'une de ses portes d'entrée d'un camion-citerne piégé, avait fait au moins 150 morts et 400 blessés en mai 2017. Plusieurs ambassades, dont celles de France et d'Allemagne, avaient alors été fortement endommagées.

L'attentat de mardi intervient alors que la violence dans le pays a diminué depuis le 24 mai, lorsque les talibans ont décrété un cessez-le-feu de trois jours pour les fêtes du Fitr. Les insurgés n'ont cependant pas prolongé la trêve, malgré de nombreuses demandes du gouvernement afghan, et ont repris leurs attaques contre ses forces de sécurité. Lundi soir, sept civils sont morts dans l'explosion d'une mine ensevelie en bord de route dans le nord du pays. Plusieurs responsables ont accusé les talibans d'en être à l'origine.


Une mosquée située à l'entrée de la Zone verte, quartier diplomatique protégé, a été la cible d'un attentat mardi durant la prière du soir, tuant au moins un fidèle et un imam renommé, a annoncé le ministère de l'Intérieur afghan.

"Malheureusement, des explosifs placés par des terroristes dans la mosquée de Wazir Akbar Khan ont...