Cinéma

« Zyara » met en lumière, pour la 5ème année, les héros de l’ombre

Et c’est parti, le 9 juin, pour une cinquième saison de la web-série créée par Muriel Aboulrouss et Denise Jabbour, qui a déjà séduit des milliers d’internautes. Cette saison a pourtant quelque chose de spécial. Elle a pu voir le jour malgré tous les défis et toutes les difficultés que traverse le pays.

Douze épisodes, douze histoires et douze héros composent encore une fois cette saison de la web-série « Zyara » qui sera lancée le 9 juin à 17 heures.

Si Zyara est entrée dans chaque domicile depuis 2014, a attiré tellement de spectateurs et a glané tellement de prix internationaux, ce n’est pas uniquement pour l’originalité de son sujet ou pour la finesse de son travail. Ce n’est pas non plus pour le langage authentique de chaque « visite » et la galerie de portraits si bien choisis. Cette web-série a quelque chose de magique parce qu’elle est réalisée par une équipe bien soudée, avec cette touche d’humanité devenue rare de nos jours. Les créatrices de Zyara, Muriel Aboulrouss et Denise Jabbour, sont restées fidèles, tout au long des cinq saisons, à un seul langage, celui de l’amour, qu’elles prodiguent avec empathie, sans condescendance ni pitié. Sans frontières ni limites. Elles ont toujours été admiratives des personnes qu’elles ont rencontrées, soulignant avec humilité leurs récits souvent tragiques devenus des leçons de vie. Jabbour et Aboulrouss, fondatrices également de la société de production CinéJam, n’ont pas été seules dans ce parcours si souvent tortueux. Leurs efforts se sont démultipliés avec le soutien de Liliane Hanbali de Wahm Productions au montage et au mixage son (depuis cinq ans), de l’étalonneur Khalil Abourrousse (Lilapost), entourés par les traductrices (anglais et arabe) Sevine Abi Aad et Amal Kaawash. Avec l’aide d’Élie Noir Barakat à la photographie, Rachelle Noja, Elsy Hajjar et Bachar Khattar à la caméra ainsi que Rosanna Lahoud aux relations publiques. Cette fratrie travaille ensemble au même diapason...


Les créatrices de « Zyara », Muriel Aboulrouss et Denise Jabbour, sont restées fidèles, tout au long des cinq saisons, à un seul langage, celui de l’amour. Photo DR


Croire à une force surnaturelle

Douze épisodes, douze histoires et douze héros composent encore une fois cette saison qui sera lancée le 9 juin à 17h. Ces héros-là ont su faire de leur vie une lutte positive contre l’adversité et en témoignent pour empêcher ceux qui passent par la même expérience de sombrer dans le désespoir. Ce n’est pas parce qu’on est dans l’ombre que la vie est noire et sombre.

« Le tournage a eu lieu comme par magie, étant donné l’enchaînement des circonstances, confie Muriel Aboulrouss. Denise avait un voyage en vue en février. Nous avons dû donc précipiter le tournage et commencer même le montage sonore. Ce qui nous a aidés par la suite car son voyage a été ajourné et le confinement a commencé. Nous avons continué le montage avec toutes les précautions possibles, notamment le port de masques et la distanciation. » Et la réalisatrice de poursuivre, en riant : « J’ai toujours travaillé en solitaire avec mon équipe. Dans mon monde intérieur. Rien n’a changé pour moi. Avec cette pandémie, c’est comme si la planète entière s’était mise à mon rythme. »

Lire aussi

La « Zyara » du peuple libanais, un grand cri d’amour

Si le coronavirus a fait tomber les masques de l’humanité entière, Zyara l’avait fait auparavant dans un environnement plus limité. La crise sanitaire et ses conséquences à l’échelle mondiale sont perçues par Muriel Aboulrouss comme une opportunité, avec évidemment les égards et le respect qui conviennent pour les victimes. « L’homme doit finalement comprendre ce qu’il aime vraiment, dit la réalisatrice. Est-il content de sa vie ? A-t-il été créé uniquement pour travailler et faire de l’argent? » Ce à quoi elle répond très vite : « Chacun de nous a un don en soi, un potentiel qu’on peut faire s’épanouir et transmettre à l’humanité. Nous sommes tous pétris dans l’amour, mais quelque part en cours de route, nous avons perdu la relation avec Dieu et avec toute la création. » Par ces Zyara(s) (visites en arabe) qui se répètent chaque année en juin et qui se poursuivent jusqu’en novembre, les nœuds se délient, les liens entre les hommes se renouent et les maillons se reforment pour une chaîne humaine plus forte et à l’esprit plus éclairé.

Retrouvez Zyara et Home of Cine-Jam sur Facebook : https ://www.facebook.com/homeofcinejam/

Youtube https ://www.youtube.com/channel/UCmKEBMpM_r-lU19b9kgGeuA

Et sur Instagram : @lifeisabeautifulzyara


Si Zyara est entrée dans chaque domicile depuis 2014, a attiré tellement de spectateurs et a glané tellement de prix internationaux, ce n’est pas uniquement pour l’originalité de son sujet ou pour la finesse de son travail. Ce n’est pas non plus pour le langage authentique de chaque « visite » et la galerie de portraits si bien choisis. Cette web-série a quelque...

commentaires (0)

Commentaires (0)