Rechercher
Rechercher

Fête du Fitr

Le mufti Deriane : Où sont passés tous ces milliards qui auraient dû être utilisés au service des citoyens ?

Le mufti jaafarite, le cheikh Ahmad Kabalan, appelle à un changement du système communautaire.

Le mufti de la République libanaise, Abdellatif Deriane, en compagnie du Premier ministre Hassane Diab, lors de la prière du Fitr, le 24 mai 2020. Photo Dalati & Nohra

A l'occasion de la fête du Fitr, qui marque la fin du ramadan, le mufti de la République libanaise, Abdellatif Deriane, a fait porter dimanche au pouvoir politique, à la Banque centrale et au système bancaire la responsabilité de la crise économique et financière. De son côté, le mufti jaafarite, le cheikh Ahmad Kabalan, a appelé à un changement du système communautaire.

"Ce ramadan aura été particulièrement lourd cette année en raison du coronavirus, de l'effondrement économique et financier et de la situation de chacun", a affirmé le mufti Deriane dans un prêche à la mosquée Mohammad el-Amine au centre-ville de Beyrouth, à l'occasion de la fête du Fitr.

Le Liban vit depuis septembre 2019 sa pire crise économique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), amplifiée par les mesures de confinement liées au coronavirus. La livre libanaise a perdu plus de la moitié de sa valeur face au dollar dans les bureaux de change, propulsant les projections d'inflation à plus de 50% sur l'année 2020, alors que 45% de la population vit sous le seuil de la pauvreté, selon les estimations officielles.

"Nous devons nous attaquer à l'effondrement financier, économique et bancaire qui a commencé avant la pandémie du coronavirus et qui se poursuivra après", a ajouté le mufti. "L'effondrement de la livre libanaise doit être enrayé. Les responsabilités sont claires. La première revient au pouvoir politique, puis à la Banque du Liban, enfin au système bancaire", a-t-il estimé.

"Où sont passés tous ces milliards qui auraient dû être utilisés au service des citoyens dans la fourniture d'électricité et d'eau, ou pour résoudre la crise des déchets ? Pourquoi la dette publique a atteint les 90 milliards de dollars, dont 50 gaspillées dans une électricité sans cesse coupée ?", s'est-il interrogé.

Le Premier ministre Hassane Diab a notamment participé à la prière du Fitr. "Le gouvernement œuvre à lutter contre la corruption et à restituer les fonds dilapidés. C'est quelque chose que nous devons lui reconnaître et le remercier pour cela, et pour les efforts qu'il déploie au service du pays et du peuple. Nous souhaitons au cabinet et à son président qu'il réussisse à relever le Liban et à le faire sortir de ses crises", a déclaré le cheikh Deriane.


Le Premier ministre Hassane Diab priant en la mosquée Mohammad el-Amine, le 24 mai 2020 à l'occasion du Fitr


Sur ce plan, il s'est posé en défenseur de la Constitution. "Il n'est permis à personne de démolir ou de troubler les institutions. Nous n'acceptons ni les violations de la Constitution, ni la marginalisation de la présidence du Conseil, ni toute atteinte à ses prérogatives", a-t-il déclaré, alors que certains parmi les détracteurs du pouvoir attribuent au tandem Baabda/CPL la volonté d'imposer un régime présidentiel au Liban.

"Tout retard n'est pas en faveur des gens et du pays. Les gens connaissent les pilleurs et les hors-la-loi un par un", a-t-il souligné. "La corruption ne se combat qu'à travers la justice. Nous craignons que si la justice devenait corrompue, l’État ne le devienne aussi", a souligné le mufti, s'interrogeant sur le retard pris dans les nominations judiciaires et la loi sur l'amnistie générale.

Après la prière du Fitr, le mufti s'est ensuite recueilli sur la tombe de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, assassiné le 14 février 2005, en compagnie du leader du Courant du Futur, Saad Hariri.


Photo Dalati et Nohra


Ce dernier a, lui, prié, en la mosquée de l'imam Ali, à Tarik Jdidé, particulièrement remplie dans un respect très relatif des mesures barrières.


Le leader du Futur, l'ex-PM Saad Hariri (en bas, à gauche) lors d'une prière en la mosquée de l'imam Ali, à Tarik Jdidé, le 24 mai 2020. Photo Dalati & Nohra


Le système confessionnel
De son côté, le cheikh akl druze, Naïm Hassan, a appelé les responsables à "cesser d'utiliser l'Etat et ses institutions pour des intérêts personnels et sectaires ou pour régler des comptes". Il a également appelé le gouvernement et le Parlement à coopérer pour mettre en oeuvre un chantier de réformes dans tous les secteurs et à "proposer une vision économique pour les secteurs productifs sur base d'une entente entre le patronat et les représentants des travailleurs". Le cheikh Hassan a également exhorté les autorités à enrayer l'inflation et à contrôler le taux de change de la livre libanaise.

Le mufti jaafarite Ahmad Kabalan a également pris la parole à cette occasion. Il s'en est pris au système confessionnel qui régit le pays depuis sa fondation. "Halte au rapiéçage du pays. Nous appelons à la fin de la formule confessionnelle. Nous n'accepterons aucune injustice ou corruption. Nous n'acceptons aucune formule corrompue au pouvoir ou les accords injustes (...) Mettons fin au monopole de l’État et de ses institutions, au mépris des gens, à la mise en lambeaux des communautés, à la haine et à ce système politique qui a mené le pays à la ruine", a-t-il lancé. "Nous voulons vivre ensemble dans un pays non confessionnel dans le cadre d'un projet politique qui protège. Nous voulons la justice politique et sociale. Le temps de la tutelle politique et des lois électorales sur mesure doit prendre fin", a-t-il ajouté. Par ailleurs, le mufti Kabalan a appelé le gouvernement à prendre officiellement langue avec Damas "au sujet des réfugiés" et concernant "une ouverture du Liban à l'ensemble des pays voisins, notamment aux marchés de la région". Il a enfin affirmé que le Fonds monétaire internationale (FMI), avec lequel le gouvernement négocie une aide financière sur la base d'un plan de redressement, n'était pas une "association de charité" apolitique.


A l'occasion de la fête du Fitr, qui marque la fin du ramadan, le mufti de la République libanaise, Abdellatif Deriane, a fait porter dimanche au pouvoir politique, à la Banque centrale et au système bancaire la responsabilité de la crise économique et financière. De son côté, le mufti jaafarite, le cheikh Ahmad Kabalan, a appelé à un changement du système...

commentaires (15)

DE L'INTÉGRITÉ ET DU COURAGE! C'EST CE DONT LE PAYS A BESOIN. Les paroles en l'air, les "il faut que..." y'en a marre. Tout le monde sait ce qu'il faut: il faut nommer par leur nom les hommes politiques, les hommes d'affaires, les banquiers... qui ont magouillé, volé et mis leur pécule en lieu sûr à l'étranger. Il faut les arrêter, les poursuivre, les juger et les condamner à restituer les fonds volés. Pour cela, il faut que les hauts placés arrêtent de protéger ces pilleurs et que la Justice ait le culot d'aller jusqu'au bout. TOUT LE RESTE N'EST QUE DE LA LITTÉRATURE. Si le Gouvernement actuel est capable de faire aboutir cette REVENDICATION PRIMORDIALE, il sera considéré comme un Héros, comme un Sauveur. Dans le cas contraire, il rejoindra les autres gouvernements dans les poubelles de l'Histoire.

Georges Airut

02 h 54, le 27 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • DE L'INTÉGRITÉ ET DU COURAGE! C'EST CE DONT LE PAYS A BESOIN. Les paroles en l'air, les "il faut que..." y'en a marre. Tout le monde sait ce qu'il faut: il faut nommer par leur nom les hommes politiques, les hommes d'affaires, les banquiers... qui ont magouillé, volé et mis leur pécule en lieu sûr à l'étranger. Il faut les arrêter, les poursuivre, les juger et les condamner à restituer les fonds volés. Pour cela, il faut que les hauts placés arrêtent de protéger ces pilleurs et que la Justice ait le culot d'aller jusqu'au bout. TOUT LE RESTE N'EST QUE DE LA LITTÉRATURE. Si le Gouvernement actuel est capable de faire aboutir cette REVENDICATION PRIMORDIALE, il sera considéré comme un Héros, comme un Sauveur. Dans le cas contraire, il rejoindra les autres gouvernements dans les poubelles de l'Histoire.

    Georges Airut

    02 h 54, le 27 mai 2020

  • Je voudrais poser la même question à tous les représentants de toutes les religions. Où sont les millions que vous recevez de l’état et à quoi sert il? Pourquoi autant de pauvres qui se suicident ou qui se terrent chez eux par dignité et que vous feignez ne pas les reconnaître, alors que êtes bien placés pour savoir qui a les moyens et réclame et qui meurt de faim par amour propre. Pourquoi laisser la porte à ouverte à tous ceux qui les ont appauvris et mal traités et le soin de faire semblant de leur venir en aide alors que certains ne se reconnaissent que par leur appartenance religieuse avant d’être libanais et que paradoxalement c’est cela même qui cause leur perte? Prêcher ne sert à rien et encourager les prières le ventre vide non plus. Il y a des actes qui valent toutes les prières et nourrir un affamé et lui venir en aide s’en est un parmi d’autres. LA CHARITE EST RECOMMANDÉE PAR TOUTES LES RELIGIONS. Si on avait un état honnête j’aurai conseillé ce dernier à faire comme tous les pays qui se respectent. Garder des réserves dans leur caisses pour des écoles gratuites et aider les gens qui sont dans le besoin dès les premiers signes de promiscuité comme ils le font partout ailleurs actuellement et ne versent pas un centime aux cultes. Ils en ont déjà assez avec l’argent qu’ils récoltent des aumônes et des célébrations. Mais malheureuse je m’abstiendrai parce que cet argent ira dans d’autres poches et comptes bien assez fourni et gonflés tout comme eux.

    Sissi zayyat

    16 h 16, le 25 mai 2020

  • en effet...Ils sont où?? Quid de récupérer le fric des voleurs?? Même au sein du camp du régime? Où en êtes vous??? Comment voudriez-vous que les gens puissent avoir un minimum de crédit . Vous, qui êtes sur votre siège.. Au lieu de mendier CEDRE , faites rembourser le fric des commissions et bakhchiches accumulés par tous les ministres qui étaient sans "le sous" avant d'être nommés ministre ou avant d'avoir participé à la vie politique. On sait tous de qui nous parlons.

    RadioSatellite.co

    11 h 01, le 25 mai 2020

  • Où étiez-vous donc passés, VOUS les autorités religieuses... pendant toutes ces années au cours desquelles ces milliards ont été escamotés au profit de...? Vous les connaissez très certainement tous, une bonne partie vivant dans votre ville Tripoli...et possédant des "stocks" de milliards...bien visibles et répertoriés par les spécialistes financiers. Alors, Messieurs, de grâce, ne vous joignez pas à ceux qui nous gavent de belles paroles de circonstance, mais agissez ! Le peuple libanais est en train de sombrer dans la misère, la faim et le désespoir sous vos yeux...et vos belles paroles ne lui font plus ni chaud ni froid ! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 57, le 25 mai 2020

  • LES MILLIARDS SONT PASSES DANS LES POCHES DES ABRUTIS CORROMPUS ET VOLEURS DES TROIS CAVERNES ALIBABIQUES. FAUT LES RECUPERER ET LA C,EST LE PROBLEME. ILS VEULENT DEVALISER LES ECONOMIES D,UNE VIE DES DEPOSANTS AU LIEU DE RECUPERER LES MONTANTS VOLES DES VOLEURS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 46, le 25 mai 2020

  • Le mufti Derian rejoint d'une certaine façon Jean Paul 2 qui avait défini le Liban comme étant une lettre, un message de paix entre les communautés...peut être que c'est vrai ou, peut être, que ce message est mal traduit : le message est qu'il y a un seul Dieu, et il a ceux qui l'on rencontré et ceux qui ne croient pas en lui...mais il y a tous qui se croient humains qui veulent vivre ensemble, quelques soient leurs convictions, démocratiquement et sous une loi juste et égalitaire pour tous. C'est ça le message... Mais on a tous réussi à le détourné pour nos propres intérêts. ........... La Thawra avait bien confirmer ce message quand seul le drapeau libanais flottait au dessus de centaines de milliers d'humains qui ne se revendiquaient point ni d'une religion ni de l'autre mais seulement du LIBAN.. ce même Liban de Fakhreddine, de la liberté et de la civilité......... Vive ce Liban auquel on aspire tous!

    Wlek Sanferlou

    22 h 57, le 24 mai 2020

  • Période Haririenne de 2009 à 2011 et de 2017 à 2019 le reste du temps c’est Hezbollah et CPL Qu’ ont ils fait quand Rafic Hariri était taxé d’avoir endetté le Liban alors qu’il a effacé 98% des stigmates de la guerre civile pendant que d’autres amenaient Arméniens Palestiniens et dernièrement Syriens et autres nationalités aves des naturalisations à la pelle sauf les Palestiniens. Les Sunnites Palestiniens pas droit à la nationalité tout à fait d’accord à débattre mais les morts sunnites et chrétiens par attentat c’est déjà oublié au détriment de l’argent et aujourd’hui On les expose et on les explose et on les taxe de n’importe quoi Hezbollah et CPL laissez le Liban se débrouiller et on s’en sortira comme disait tout le temps Rafic Hariri personne ne peut être au dessus du Liban et nous ne voulons pas être taxé de terroristes par le monde entier à cause du Hezbollah !

    PHENICIA

    22 h 46, le 24 mai 2020

  • Que le mufti arrête de protéger Hariri, que l’autre mufti arrête de défendre Berri et Nasrallah, que le patriarche ne considère plus la présidence comme forteresse imprenable des Maronites, que le métropolite ne soutienne plus le corrompu de sa communauté, que le Cheikh Akl ose s’opposer à Joumblatt, alors là on aura un peu d’espoir. Entre-temps, messieurs les dignitaires, permettez nous de vous demander de vous occuper des pauvres de vos communautés, ouvrez vos coffres, créez des entreprises pour employer les gens. À eux deux, l’Eglise Maronite et le Waqf sunnite possèdent une grande partie du Liban. Faites quelque chose et surtout pas des QG de partis politiques qui détruisent la nature.

    Michael

    20 h 45, le 24 mai 2020

  • Et si le mufti du Liban renonce à ce qu’il touche par an de l’état libanais !!!’ Je pense que çà ferai aussi des heureux. Malheureusement que des paroles. Est-ce que un Homme de religion a besoin de tout ce qu’il reçoit ?

    Dr.Nazir Doughan

    20 h 18, le 24 mai 2020

  • Le mufti Abdellatif Dériane demande : Où sont passés tous ces milliards de dollars qui auraient dû être utilisés au service des citoyens ? Le Patriarche Raï : La situation ne permet pas que le Liban soit entraïné dans des conflits extérieurs portant atteinte à sa souveraineté... On appelle à libérer la Palestine à partir du Liban au-lieu de le faire à partir de la Finlande. Le peuple : Les gens ne supportent plus que la République devienne un Etat CPL/Baabda/Bunker.

    Honneur et Patrie

    17 h 01, le 24 mai 2020

  • l enterrement civil au liban n existe pas : SVP arreter de tuer les gens et aller à leur enterement

    youssef barada

    15 h 36, le 24 mai 2020

  • Vraiment?? Vous posez la question?? Ca semble pourtant être un secret de polichinelle... En Suisse? Quelque part en Europe? Ou un paradis fiscal bien gardé? Espérons que vous cherchez vraiment la réponse. Et quelle arrivera. Et que cet argent reviendra surtout!!!! En dehors de toute considération confessionnelle. Chefs religieux arrêtez de protéger vos ouailles "hautement gradées". Pensez à la grande majorité qui souffre. Et qui ne mérite pas ça. Le Liban a eu son lot de souffrances.

    Sybille S. Hneine

    14 h 40, le 24 mai 2020

  • Enfin. On espère la renaissance de notre pays dans un cadre strictement civil.

    Khalil Mteini

    14 h 08, le 24 mai 2020

  • La République n'est pas le tandem Baabda/CPL associés au cosignataire de l'accord de Chiyah. La République est tout le Liban. Quant aux 45 milliards de dollars de l'Electricité, il faut appréhender les responsables que tout le monde connait, les juger, les emprisonner s'il le faut pour l'exemple.

    Honneur et Patrie

    13 h 37, le 24 mai 2020

  • Le mufti pose les vrais questions! Quid de l’argent volé..?? Pas une initiative concrète de poursuites judiciaires contre des politiciens sur des dossiers de la taille d’un continent..!

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 49, le 24 mai 2020