Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

Fuel défectueux : pour l'Algérie, il s'agit d'un "problème libanais", la filiale de Sonatrach se défend

Le président algérien demande au ministère de la Justice l'ouverture d'une enquête.

Le logo de la compagnie nationale pétrolière algérienne Sonatrach. Photo d'archives AFP Photo/ERIC PIERMONT

Les autorités officielles algériennes se sont dédouanées mercredi de toute responsabilité concernant une implication présumée d'une branche de la compagnie nationale pétrolière algérienne Sonatrach dans l'affaire du fuel défectueux qui agite le monde judiciaire et politique libanais depuis plus d'un mois. La filiale de Sonatrach suspectée dans cette affaire s'est quant à elle défendue et a menacé d'engager une action en justice afin de répondre aux accusations qui lui sont lancées.

Belaïd Mohand-Oussaïd, porte-parole officiel du président de la République algérienne Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, lors d'une conférence de presse, que "l'Algérie en tant qu'Etat n'est en aucune façon impliquée", admettant toutefois que "des individus" pouvaient être mis en cause. "L'affaire sur l'implication de la Sonatrach dans le financement d'un deal commercial avec le Liban est en premier lieu un problème libanais", a affirmé le porte-parole, dans des propos cités par le site d'information algérien, En-Nahar. Le chef de l'Etat algérien a dans ce contexte ordonné au ministre algérien de la Justice de diligenter une enquête, a-t-il précisé, espérant que "la justice suivra son cours et que la vérité sera faite".

Communiqué de la Sonatrach BVI
Pour leur part, les avocats libanais de la société Sonatrach Petroleum Corporation BVI – filiale de la Sonatrach – ont publié un communiqué mercredi pour protester contre une "vile campagne de diffamation coordonnée visant à nuire à la réputation de la société". Ils rappellent qu'elle est la propriété pleine et entière de la société pétrolière nationale algérienne Sonatrach, dont elle est chargée de transporter et de vendre le pétrole dans la région, notamment au ministère libanais de l'Energie qu'elle fournit en gaz et fuel depuis 2005 pour faire fonctionner les centrales électriques.

Lire aussi

Frangié au tandem Baabda-CPL : Si vous voulez la guerre, vous l’aurez


La société "condamne cette campagne injuste et coordonnée qui lui porte atteinte, ainsi qu'à sa société mère la Sonatrach, intentionnellement ou non" et nie toute responsabilité, dans une quelconque infraction dans son activité de livraison de fuel. La société prévient qu'elle n'hésitera pas à "prendre toutes les mesures judiciaires qui s'imposent contre toute calomnie ou diffamation".

En avril, Electricité du Liban (EDL), avait signalé à la justice que l’entreprise publique algérienne Sonatrach lui avait livré du carburant défectueux un mois plus tôt. L’enquête ouverte avait débouché sur l’émission de mandats d’arrêt visant plusieurs personnes, dont le représentant de la Sonatrach au Liban, Tarek Faoual. Selon une source proche du dossier, l'enquête concerne ZR Energy DMCC, or le groupe ZR affirme qu'il n'y a pas de lien "organique" entre les deux sociétés. ZR Energy DMCC avait remporté en décembre 2019 l’appel d’offres relatif à l’importation d’une partie du mazout commandé par EDL.

Le 5 mai, le premier juge d'instruction du Mont-Liban Nicolas Mansour a émis un mandat d'arrêt contre le représentant de la Sonatrach au Liban et plusieurs employés de la société libanaise d'inspection PST, dans le cadre de cette affaire qui s'est mué en véritable feuilleton politico-judiciaire au Liban. Il avait également émis un mandat d'arrêt contre le directeur général des installations pétrolières, Sarkis Hleiss. Début avril, la procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, avait lancé une enquête concernant un navire de transport de carburant qui serait chargé de fuel non conforme. Le carburant se trouvant à bord du navire Aspo a été jugé défectueux après des tests menés par des laboratoires libanais.

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), Ghada Aoun a engagé mercredi des poursuites contre 12 personnes, notamment le directeur général d'EDL, Kamal Hayek, pour "manquements professionnels", et le directeur général des installations pétrolières, Sarkis Hleiss, pour "manquement professionnel et pots-de-vin". La juge Aoun a également engagé des poursuites contre la compagnie ZR Energy, "après de nouvelles informations suite à l'exploitation des données téléphoniques des détenus dans le cadre de l'affaire".


Les autorités officielles algériennes se sont dédouanées mercredi de toute responsabilité concernant une implication présumée d'une branche de la compagnie nationale pétrolière algérienne Sonatrach dans l'affaire du fuel défectueux qui agite le monde judiciaire et politique libanais depuis plus d'un mois. La filiale de Sonatrach suspectée dans cette affaire s'est quant à elle...

commentaires (9)

De deux choses l’une Ou bien Sonatrach livre du pétrole correct que les importateurs vendent cher et rachètent du pétrole frelaté à bon prix et font depuis des années des profits monstrueux sur le dos de l’état tout en montrant les certificats réels des importations de Sonatrach donc l’Algerie n’a rien à voir dans cette affaire OU BIEN La source a l’origine a réussie à être corrompus par nos braves leaders Libanais et a vendu elle même le pétrole frelaté en connaissance des Libanais qui se partager la différence entre Sonatrach des îles bidons du point de vue économique et les Libanais importateurs fonctionnaires du gouvernement et certainement les politiciens et partis politiques en place JE PENSE QUE LA DEUXIÈME EXPLICATION EST LA PLUS CORRECTE CAR POURQUOI LE CPL A TENU ABSOLUMENT À GARDER CE CONTRAT INTACTE ET RENOUVELÉ CHAQUE DEUX ANS SI PERSONNE NE PROFITAIT DE CE PÉTROLE FRELATÉ L’affaire est très très grosse mais à peine moins que ces milliers de citernes de pétrole et de camion chargé de farine qui passent depuis des années sous le nez de tout le monde qui dénonce la corruption a grand cris sans que rien ne se fasse PARIONS QU A LA DEMANDE DE HEZBALLAH DEMAIN ON NE POURRA PLUS ARRETTER CES LIVRAISONS POUR CAUSE NATIONALE

LA VERITE

02 h 38, le 15 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • De deux choses l’une Ou bien Sonatrach livre du pétrole correct que les importateurs vendent cher et rachètent du pétrole frelaté à bon prix et font depuis des années des profits monstrueux sur le dos de l’état tout en montrant les certificats réels des importations de Sonatrach donc l’Algerie n’a rien à voir dans cette affaire OU BIEN La source a l’origine a réussie à être corrompus par nos braves leaders Libanais et a vendu elle même le pétrole frelaté en connaissance des Libanais qui se partager la différence entre Sonatrach des îles bidons du point de vue économique et les Libanais importateurs fonctionnaires du gouvernement et certainement les politiciens et partis politiques en place JE PENSE QUE LA DEUXIÈME EXPLICATION EST LA PLUS CORRECTE CAR POURQUOI LE CPL A TENU ABSOLUMENT À GARDER CE CONTRAT INTACTE ET RENOUVELÉ CHAQUE DEUX ANS SI PERSONNE NE PROFITAIT DE CE PÉTROLE FRELATÉ L’affaire est très très grosse mais à peine moins que ces milliers de citernes de pétrole et de camion chargé de farine qui passent depuis des années sous le nez de tout le monde qui dénonce la corruption a grand cris sans que rien ne se fasse PARIONS QU A LA DEMANDE DE HEZBALLAH DEMAIN ON NE POURRA PLUS ARRETTER CES LIVRAISONS POUR CAUSE NATIONALE

    LA VERITE

    02 h 38, le 15 mai 2020

  • Mais qui aurait intérêt de faire tout ce bazar?

    Eleni Caridopoulou

    18 h 09, le 14 mai 2020

  • Est ce qu'un orgagne de presse quelconque va prendre en charge de faire de la lumière sur cette affaire et plusieurs autres, documents à lappui ? Parceque, rapporter, comme dans cet article, que tel a dit et l'autre a clamé est un jeu qui n'a aucune valeur. Le style de la TV Al Jadeed serait la formule à appliquer. Ou peut être une Paula Yacoubian prendra l'initiative... Si on attend que la justice libanaise le fasse, on va attendre.

    Rene Malek

    10 h 48, le 14 mai 2020

  • Le poteau sera bientôt rose, et il sera dévoilé...

    Gros Gnon

    08 h 29, le 14 mai 2020

  • LA COMBINE EST LOCALE. LES VOLEURS SONT LOCAUX. CA PASSAIT D,INTERMEDIAIRES EN INTERMEDIAIRES ET LA LATTA S,ENFLAIT. TOUS CONNUS. CERTAINS ONT FUI DEJA A L,ETRANGER.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    21 h 14, le 13 mai 2020

  • C'est peut-être de l'enquête algérienne que jaillira la lumière (électrique !).

    Chucri Abboud

    20 h 28, le 13 mai 2020

  • je n'ai pas un commentaire a faire, car je viens de l'apprendre !!!!

    Maurice Moubarak

    19 h 25, le 13 mai 2020

  • Espérons que l’état algérien crève l’abcès et dévoile des noms mêlés au pots de vins et aux scandales multiples de ce ministère de l’ énergie et des corrompus. La vérité ne sortira pas de la bouche des politiques et des responsables juridiques libanais puisqu’ils sont impliqués d’une façon ou d’une autre.

    Sissi zayyat

    18 h 30, le 13 mai 2020

  • Ouvrez ouvrez chers amis algériens une enquête... Des gens de chez vous, hair-placés sont impliqué jusqu’au cou. Espérons , que vous n’avez pas des magiciens comme chez nous, capable de faire disparaître des éléphants.... Ray Horn aux États Unis, a disparu ses tigres sont restés ! Espérons qu’il en sera de même chez nous!

    LeRougeEtLeNoir

    18 h 01, le 13 mai 2020

Retour en haut