Rechercher
Rechercher

Décoration

Naila Kettaneh Kunigk, chevalier des Arts et des Lettres

Ina Pouant et Naila Kettaneh Kunigk. Photo Michel Sayegh

C’est au nom du ministre français de la Culture, Franck Riester, que Mme Ina Pouant, conseillère adjointe de coopération et d’action culturelle près l’ambassade de France au Liban et directrice adjointe de l’Institut français du Liban, a remis hier à la galeriste Naila Kettaneh Kunigk les insignes de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, en appréciation de son apport dans le domaine artistique. La cérémonie de remise de la décoration a eu lieu dans les locaux de la galerie Tanit, à Mar Mikhael, en présence de nombreux amis, personnalités et acteurs de la scène artistique dont, entre autres, l’ex-ministre de la Culture Rony Araiji, la présidente de la Fondation du patrimoine Mona Hraoui, la présidente du Festival de Baalbeck et PDG de L’Orient-Le Jour Nayla de Freige, la directrice du musée Sursock Zeina Arida…

Rappelant l’itinéraire de Naila Kettaneh Kunigk, fondatrice de deux galeries, l’une à Munich avec son époux Stefan Kunigk en 1973 et la seconde à Beyrouth, dès 1994, Mme Pouant a mis l’accent sur « l’éclectisme et l’ouverture qui sont les fondements de la place si singulière de Naila Kettaneh Kunigk dans le monde de l’art contemporain en Europe et au Moyen-Orient ». « C’est votre engagement au service de la culture, votre audace et votre goût pour l’aventure artistique que nous souhaitons saluer ce soir », lui a-t-elle affirmé, avant de retracer les grandes étapes du parcours de cette galeriste libanaise qui, dès le départ, avait fait le choix d’accompagner des artistes contemporains. Une galeriste qui a aussi bien exposé de grands noms tels que Cocteau, Hockney, Pistoletto, Jeremy Blake que défriché de nombreux talents, dont certains reconnus aujourd’hui internationalement. Et qui a étendu le rayonnement de sa galerie à travers sa participation aux plus importantes foires internationales, d’Art Basel à la FIAC… Sans oublier de défendre l’art libanais à travers des artistes comme Gilbert Hage, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Lamia Ziadé, Fouad el-Khoury, Nadim Asfar, entre autres. « Chère Naila, la force de votre projet réside dans votre double présence en Europe et au Moyen-Orient. Vous êtes un pont entre deux territoires, deux régions au pouvoir d’attraction fort », a résumé, en conclusion, Ina Pouant avant de lui épingler les insignes de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. Et de laisser la parole à Sid Ruis, l’ex-directeur de l’Institut culturel français de Deir el-Qamar, grand ami de la récipiendaire et qui a spécialement fait le déplacement de Paris pour lui témoigner son attachement en égrenant avec humour leurs souvenirs complices. C’est aussi sur le mode de l’humour que s’est exprimé Nabil Kettaneh qui a dressé un sympathique portrait taquin de sa sœur.

De son côté, c’est avec une émotion contenue que Naila Kettaneh-Kunigk a remercié la France pour cette décoration qu’elle lui a octroyée ainsi que toutes les personnes présentes autour d’elle lors de cette cérémonie.


C’est au nom du ministre français de la Culture, Franck Riester, que Mme Ina Pouant, conseillère adjointe de coopération et d’action culturelle près l’ambassade de France au Liban et directrice adjointe de l’Institut français du Liban, a remis hier à la galeriste Naila Kettaneh Kunigk les insignes de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, en appréciation de son apport...