Rechercher
Rechercher

Disparition

Adieux émouvants, officiels et populaires à Michel Eddé

À la cathédrale Saint-Georges, inaccessible en raison des manifestations, s’est substituée l’église Saint-Joseph de la Sagesse, à Achrafieh.

Les funérailles de Michel Eddé, hier, en l’église Saint-Joseph de la Sagesse à Beyrouth. Photo Michel Sayegh

Le Liban officiel et populaire, toutes classes confondues, a fait d’émouvants adieux hier à l’ancien ministre Michel Eddé (91 ans), décédé dimanche à son domicile des suites d’une longue maladie contre laquelle il luttait depuis des années. Les obsèques de l’ancien ministre et homme d’État se sont tenues en l’église Saint-Joseph de la Sagesse, à l’archevêché maronite de Beyrouth, faute de pouvoir être organisées dans la cathédrale Saint-Georges des maronites, tel que l’avait souhaité de son vivant le grand disparu. La cathédrale s’est en effet avérée trop proche de l’espace occupé par les manifestants des places Riad el-Solh et des Martyrs. Le corps a été inhumé dans le caveau de famille, au cimetière de Ras el-Nabeh.

On apprenait de bonne source que le patriarche maronite Béchara Raï aurait souhaité assister lui-même aux obsèques de Michel Eddé, qu’il aurait alors présidées, mais qu’il a dû renoncer à ce désir par prudence, en raison des coupures imprévues des routes entre Bkerké et Beyrouth.

C’est l’archevêque maronite de Beyrouth, Boulos Abdel Sater, qui a conduit le service funèbre, assisté de l’évêque maronite de Jbeil, Michel Aoun, en présence notamment du métropolite de Beyrouth, Élias Audi, et de l’évêque arménien-orthodoxe du Liban, Chahé Panossian.


(Lire aussi : Michel Eddé, patriote indomptable, modèle de générosité chrétienne)


Le cœur lourd

Dans son oraison funèbre, lue par le P. Issam Ibrahim, le patriarche Raï devait faire allusion à la situation politique très particulière contre laquelle se sont soulevés les Libanais, affirmant que Michel Eddé est décédé « le cœur lourd, attristé par un Liban défiguré par une pratique qui lui fait perdre peu à peu conscience de sa vocation politique telle que la lui a dessinée Michel Chiha, et telle qu’il l’a formulée dans la Constitution : celle d’être un espace de vivre-ensemble, d’unité dans la diversité, de dialogue d’ouverture et de liberté, dans un pari sur la citoyenneté comme base de l’appartenance au Liban ».

« Tel était le credo que professait publiquement Michel Eddé, a ajouté le patriarche, un credo qu’il a vécu et incarné dans tout ce qu’il a entrepris comme avocat ou homme d’affaires, comme patron de presse et comme homme politique et d’État, comme ministre et président d’association, et surtout comme homme d’une profonde humanité qui a su faire preuve de compassion et manifester une générosité aussi joyeuse que discrète, ainsi que comme homme de sagesse au savoir encyclopédique, doté d’une vision nationale de grande clarté. »

Le patriarche maronite a relevé en particulier qu’ayant été le contemporain de la Nakba de 1948, Michel Eddé avait pris fait et cause pour la Palestine et son peuple, et enrichi au-delà de tout ce qu’on peut imaginer ses connaissances du mouvement sioniste et de ses convoitises, pour défendre la cause palestinienne, le Liban et le monde arabe.


(Lire aussi : Homme de liberté, l'éditorial de Issa GORAIEB)


Un bâtisseur

Sur le plan ecclésial, Mgr Raï a souligné en particulier le rôle joué par Michel Eddé comme président, quatre années durant, de la Ligue maronite, dont il a « corrigé le cours et révisé les statuts ». Il a également parlé de son rôle de bâtisseur dans la restauration de la cathédrale Saint-Georges, dans le centre-ville, et souligné le caractère proprement visionnaire de la création en 2008, de concert avec le patriarche Nasrallah Sfeir, de la Fondation maronite dans le monde, une institution chargée de la promotion de la citoyenneté libanaise à travers la diaspora.

À la fin de l’oraison funèbre, le ministre Mansour Bteich a pris la parole et, au nom du président Michel Aoun, a remis à Michel Eddé à titre posthume l’insigne de grand commandeur de l’ordre du Cèdre. Au ministre a succédé l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats Antoine Klimos qui, au nom du bâtonnier de Beyrouth André Chidiac, a fait à son tour le panégyrique du ministre décédé.

En soirée, après avoir récité le chapelet aux intentions des jeunes et de leur « soulèvement civilisé et positif » en la chapelle du siège patriarcal, dans une démarche nouvelle retransmise tous les mardis en direct par Télé-Lumière et Noursat, le patriarche Raï devait déclarer : « Vous savez que nous avons perdu ces jours-ci en Michel Eddé, une admirable figure libanaise, de celles qui ont édifié la République libanaise. Prions pour que le Très-Haut le récompense pour ses bonnes œuvres, dont la dernière est la création de la Fondation maronite dans le monde, dont la vocation est d’aider les émigrés d’ascendance libanaise à recouvrer leur nationalité. Prions pour que Dieu nous envoie des personnalités qui donnent et ne prennent pas, et fassent preuve de la même abnégation au service de notre chère patrie. »



Lire aussi

Michel Eddé, reflet de la complexité libanaisel’édito de Michel TOUMA

Jeddo, l'édito de Michel HELOU, directeur exécutif de L'Orient-Le Jour

Michel Eddé, le cœur et l’espritl'édito de Nayla DE FREIGE

La vie en personnepar Dominique EDDE

Michel el-Khoury : Il a consacré sa vie à la défense de la formule libanaise

Michel Eddé, l’incarnation d’un humanisme politique libanais

Michel Eddé : ses réalisations, ses passions, ses marottes


Le Liban officiel et populaire, toutes classes confondues, a fait d’émouvants adieux hier à l’ancien ministre Michel Eddé (91 ans), décédé dimanche à son domicile des suites d’une longue maladie contre laquelle il luttait depuis des années. Les obsèques de l’ancien ministre et homme d’État se sont tenues en l’église Saint-Joseph de la Sagesse, à l’archevêché...

commentaires (2)

IL ETAIT UN GRAND HOMME. ALLAH YIRHAMOU.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 08, le 06 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • IL ETAIT UN GRAND HOMME. ALLAH YIRHAMOU.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 08, le 06 novembre 2019

  • L’heure est au recueillement. On est très touché par tous ces hommages unanimes. Je revois ses interviews sur Internet. De mémoire de lecteur, me revient l’article de M. Eddé : ""LA MEMOIRE DE CONSTANTINOPLE"". Pour quelle raison précise ? ... Pour quelques détails dont celui-ci : ""Le mardi est aussi considéré comme un jour néfaste durant lequel on ne se livre à aucune activité notable, et on ne signe aucun document privé ou public important."" Relire l’article, c’est une manière de lui rendre un hommage. Cet article est un bijou de culture et d’érudition... M. Eddé fut porté en terre un mardi, et ce mardi il sera reçu par le seigneur, lui qui n’a jamais demandé d’audience un mardi... Paix à son âme... https://www.lorientlejour.com/article/816652/la-memoire-de-constantinople.html

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    02 h 36, le 06 novembre 2019