Rechercher
Rechercher

Liban

Billingslea à Beyrouth : Washington sanctionnera toute entité fournissant une aide "matérielle" au Hezbollah

Le responsable américain a annoncé que son pays offrait "une récompense de 10 millions de dollars à toute personne qui possède des informations permettant de perturber les moyens de financement" du parti chiite.

Le secrétaire adjoint américain au Trésor pour la lutte contre le financement du terrorisme, Marshall Billingslea, reçu par le Premier ministre libanais Saad Hariri, le 23 septembre 2019 au Grand séral de Beyrouth. Photo Dalati et Nohra

Le secrétaire adjoint américain au Trésor pour la lutte contre le financement du terrorisme, Marshall Billingslea, arrivé dimanche soir à Beyrouth, a prévenu lundi lors de ses entretiens avec des responsables libanais que les Etats-Unis allaient sanctionner toute partie apportant un soutien "matériel" au Hezbollah, a indiqué une source libanaise proche du dossier à l'AFP.

M. Billingslea a tenu ces propos lors de ses entretiens avec le président du Parlement libanais, Nabih Berry, à Aïn el-Tiné, et le Premier ministre, Saad Hariri, au Grand sérail, a rapporté la source présente lors des discussions. Le responsable américain a assuré que les sanctions viseraient "toute partie fournissant un soutien matériel au Hezbollah, qu'il s'agisse d'armes ou d'argent (...) sans cibler les entités liées uniquement politiquement au Hezbollah", a indiqué cette source à l'AFP.

Le responsable américain a par ailleurs annoncé que son pays offrait "une récompense de 10 millions de dollars à toute personne qui possède des informations permettant de perturber les moyens de financement du Hezbollah".

Dans un communiqué publié dimanche, l'ambassade américaine à Beyrouth avait indiqué que M. Billingslea avait pour objectif "d'encourager le Liban à prendre les mesures nécessaires pour se tenir à distance du Hezbollah et des autres acteurs (...) cherchant à déstabiliser le pays et ses institutions".

Le 12 septembre dernier, le secrétaire d'Etat américain adjoint pour le Proche-Orient David Schenker avait mis en garde, depuis Beyrouth, contre de possibles sanctions à l'encontre des alliés du Hezbollah. Ennemi juré d'Israël et des Etats-Unis, le parti chiite est classé groupe "terroriste" par Washington depuis 1997 et plusieurs de ses députés et responsables sont la cible de sanctions américaines.



(Lire aussi : « Les sanctions US frapperont aussi les alliés du Hezbollah »)



Banques et sanctions
A Beyrouth, M. Billingslea et son équipe ont également tenu une réunion de travail avec le conseil d'administration de l'Association des banques libanaises (ABL). Dans un communiqué publié à l'issue de cette réunion, l'ABL a indiqué que le responsable américain a salué "le respect par les banques libanaises des règles et des critères internationaux sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme", insistant sur "la nécessité de poursuivre ces efforts dans l'intérêt du secteur bancaire". Selon ce texte, le secrétaire adjoint américain au Trésor a réaffirmé le soutien de son pays à l'économie et au secteur bancaire libanais.

Lors d'une rencontre avec la presse après cette série de réunions avec les responsables libanais, le responsable US a déclaré qu'il n'était "pas venu au Liban avec une liste de banques à sanctionner".

Plus tôt dans la journée, le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, avait estimé que la visite de M. Billingslea n'a pas pour but de "resserrer l'étau sur les banques, mais d'expliquer les raisons pour lesquelles le Trésor américain prend certaines mesures". "Il est très important que nous ayons de bonnes relations avec le Trésor US", avait-il affirmé.

Fin août, Washignton avait annoncé des sanctions contre la banque libanaise Jammal Trust Bank accusée de faciliter les opérations financières du Hezbollah. La semaine dernière, la JTB avait annoncé son auto-liquidation. A ce propos, Marshall Billingslea a souligné lundi que la JTB avait "violé les réglementations pour lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme".

Dans une tribune envoyée aux médias locaux et publiée le 31 août, M. Billingslea avait expliqué pourquoi Washington a décidé de sanctionner la banque libanaise Jammal Trust Bank. "Durant des décennies, le Hezbollah a menacé la stabilité et la sécurité du Liban et de la région en recourant au terrorisme contre des civils innocents, exposant de manière inutile le Liban à des risques économiques et financiers, et portant atteinte à la souveraineté du pays et à ses institutions démocratiques", avait-il écrit. 



Lire aussi
Feu vert pour la liquidation de Jammal Trust Bank

Les sanctions US contre le Hezbollah « touchent tout le Liban », déplore Berry

Quatre importants cadres du Hezbollah visés par des sanctions américaines


Le secrétaire adjoint américain au Trésor pour la lutte contre le financement du terrorisme, Marshall Billingslea, arrivé dimanche soir à Beyrouth, a prévenu lundi lors de ses entretiens avec des responsables libanais que les Etats-Unis allaient sanctionner toute partie apportant un soutien "matériel" au Hezbollah, a indiqué une source libanaise proche du dossier à l'AFP.

M....

commentaires (7)

Il salue "le respect par les banques libanaises des règles et des critères internationaux sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme" mais 2 banques déjà sanctionnées :)). Les américains s'en foutent de l'ABL, président, ministres....

Elie H

21 h 01, le 23 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Il salue "le respect par les banques libanaises des règles et des critères internationaux sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme" mais 2 banques déjà sanctionnées :)). Les américains s'en foutent de l'ABL, président, ministres....

    Elie H

    21 h 01, le 23 septembre 2019

  • J'encourage vivement les autorités américaines à le faire car ce serait sans doute le dernier moyen de contraindre les alliés du Hezbollah, à commencer par le CPL de Messr. Aoun et Bassil, de se distancer de cette organisation qui sert une puissance régionale étrangère et non Arabe qu'est l'Iran. Faute de quoi, si le Hezbollah et son chef ne sont pas sanctionnés, le Liban sera victime malgré lui d'un conflit armé dévastateur qui pourrait mener à sa destruction voire disparition.

    Tony BASSILA

    20 h 41, le 23 septembre 2019

  • Ce qui est important c’est d’arrêter de chanter la soi disante victoire avant d’avoir tuer le beauf qui tire la charrette Car la réalité sera dure à percevoir et en subir

    Bery tus

    20 h 35, le 23 septembre 2019

  • Comment vit le Hezbollah sans relations bancaires usuelles avec les banques libanaises? Un mystere

    Chammas frederico

    20 h 33, le 23 septembre 2019

  • Je veux bien croire que nos dirigeants sont abrutis, mais pas au point de ne pas comprendre que tous ces envoyés/employés ne font que leur faire perdre leur temps. Ces employés ne viennent que dans un seul but. Lequel ??? Nous servir des couleuvres à kippa.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 59, le 23 septembre 2019

  • BON... ET APRES ? COMMENT EN FINIR ET COMMENT RENDRE AU LIBAN SON INDEPENDANCE ENTIERE ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 43, le 23 septembre 2019

  • Who's next ? Hahahahaha....

    FRIK-A-FRAK

    19 h 37, le 23 septembre 2019