X

À La Une

L'Irak lance une opération pour sécuriser le désert à la frontière avec la Syrie

conflit

Pour un expert en sécurité, l'opération "Volonté de vaincre" vise à priver l'EI des ressources que le groupe utilise lors de ces attaques. 


OLJ/AFP
07/07/2019

L'armée irakienne a annoncé dimanche le lancement d'une nouvelle opération pour sécuriser le vaste désert de l'ouest du pays, frontalier avec la Syrie, par crainte du réveil de cellules jihadistes qui utilisent la zone pour se regrouper.

L'opération nommée "Volonté de vaincre" a débuté tôt dans la matinée dimanche et doit permettre de "nettoyer" ce territoire reculé, à cheval sur les provinces de Salaheddine, Ninive et Al-Anbar, est-il indiqué dans un communiqué de l'armée.

Les forces armées irakiennes, des forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi, des groupes tribaux et des avions militaires de la coalition internationale antijihadistes emmenée par les Etats-Unis participent à l'opération, selon le communiqué.

"Il y a des poches de combattants de Daech dans le nord-ouest, l'ouest et le sud-ouest de la province de Salaheddine", a indiqué à l'AFP un responsable du commandement militaire de la province, utilisant un acronyme arabe du groupe Etat islamique (EI). "Daech est toujours présent dans ces zones et les opérations continueront jusqu'à ce qu'elles soient nettoyées", a-t-il ajouté.

L'Irak s'est déclaré vainqueur de l'EI fin 2017, quelques mois après avoir chassé les jihadistes de son siège installé à Mossoul, capitale de la province de Ninive.

L'organisation jihadiste a été défaite en Syrie en mars dernier, après qu'une alliance de combattants kurdes et arabes, aidée par la coalition internationale, les a chassés de leur dernier bastion à Baghouz, près de la frontière irakienne. Mais des cellules dormantes continuent de mener des attaques meurtrières dans des régions reculées d'Irak, ciblant des checkpoints gouvernementaux, des infrastructures publiques et des responsables locaux.

Pour Hicham al-Hachemi, expert en sécurité, l'opération "Volonté de vaincre" vise à priver l'EI des ressources que le groupe utilise lors de ces attaques. "Cela va entamer le soutien logistique (dont bénéficie) Daech dans une zone qui constitue près d'un quart du pays, en détruisant leurs bases, leurs camps d'entraînement, les dépôts et les tunnels", a-t-il dit à l'AFP. Selon lui, les forces de sécurité cherchent à chasser environ un millier de combattants jihadistes des régions désertiques qui entourent Baïji, Rawah et Tharthar.

Les forces de sécurité irakiennes ont ciblé des positions de l'EI au cours de plusieurs opérations, soutenues par la coalition, ces derniers mois, notamment dans les montagnes d'Hamrin, au nord de Bagdad.

En mai, plusieurs groupes tribaux ont été armés dans des dizaines de villages de la province de Ninive afin de pouvoir se défendre face aux attaques. 


Pour mémoire

Trois mois après la chute du « califat », l’EI continue de sévir en Syrie

Après l'EI, la "haine" ronge les familles à Mossoul

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants