X

À La Une

Débuts rêvés pour la France dans son Mondial féminin de foot

Football


OLJ/AFP
08/06/2019

Une ambiance de fête dans les tribunes, des buts à la pelle et une démonstration : l'équipe de France féminine a surclassé la Corée du Sud (4-0) dans un Parc des Princes archicomble, lançant idéalement son Mondial-2019 à domicile, vendredi lors du match d'ouverture du tournoi.

Ce n'était pas le Stade de France, ni le Brésil en face, ni la finale de la Coupe du monde. Mais il y avait un air de 1998 quand Wendie Renard, auteure d'un impressionnant doublé de la tête (35e, 45+2), a inscrit le 3e but des Bleues juste avant la mi-temps, permettant au public d'entonner le fameux refrain "et un et deux et trois zéro" qui avait enivré le pays un certain 12 juillet... Pour écrire leur propre histoire, Amandine Henry a finalement donné encore plus d'éclat à la victoire française en marquant en fin de match (85e, 4-0).


(Lire aussi : Le concepteur du trophée du Mondial féminin de foot est un designer libano-italien)


Plus de 20 ans après le triomphe de la bande à Zinédine Zidane, le 6e tournoi international majeur de football organisé en France, après le Mondial-1938, l'Euro-1960 (demi-finales et finale), l'Euro-1984, le Mondial-1998, bien sûr, et l'Euro-2016, a débuté de la meilleure des manières.

"On ne pouvait pas mieux rêver", a savouré Amandine Henry, la capitaine des Bleues, au micro de TF1.

Au niveau de l'ambiance d'abord. Dans un Parc des Princes à guichets fermés, le public très familial n'a cessé de s'enflammer à la moindre occasion des Bleues, lançant même les chants habituellement entendus chez les garçons : "Allez les Bleues" ou "Qui ne saute pas n'est pas français".



Wendie Renard (2ème à droite) félicitée par ses coéquipières après avoir marqué un but. AFP / Lionel BONAVENTURE



Scène très rare dans l'enceinte habituelle du PSG, des "olas" ont fait plusieurs fois le tour des tribunes ! Les 45.261 spectateurs ont même poursuivi l'ambiance de concert en allumant les lumières de leurs portables... bien après la prestation de la chanteuse Jain lors de la cérémonie d'ouverture.

Comme si les quelques imprévus, qui avaient légèrement gâché le démarrage de la fête avant la rencontre, n'avaient jamais existé.


- "Fan zone" fermée, ambiance de fête au Parc -

A une heure du coup d'envoi, la sélectionneuse Corinne Diacre avait décidé d'écarter Valérie Gauvin, son habituelle titulaire en attaque, de son onze de départ en raison de "retards à l'entraînement", selon L'Equipe et RMC. Autre impondérable dommageable, la "fan zone" installée au coeur de Paris a été fermée en raison de la météo capricieuse, a annoncé la maire de la capitale.

Cela valait le coup d'être en tribunes tant les Bleues ont offert, sur certaines séquences, des combinaisons techniques dignes de leurs homologues masculins. A commencer par l'ouverture du score. Sur une récupération puis un centre en retrait impeccable d'Amandine Henry, Eugénie Le Sommer a trouvé le chemin des filets d'une frappe sous la barre imparable (9e, 1-0). A deux doigts de doubler la mise, la Lyonnaise a vu la gardienne sud-coréenne sortir une parade de grande classe (34e). Mais dans la foulée Wendie Renard a sauté plus haut que tout le monde sur corner pour doubler la mise (35e, 2-0). La géante des Bleues (1,87 m), qui avait mal vécu la perte du brassard de capitaine au début du mandat de Corinne Diacre, a prouvé qu'elle restait la leader de son équipe en s'offrant le doublé juste avant la mi-temps (45+2, 3-0). Amandine Henry a ensuite plié le match à quelques minutes du coup de sifflet final (85e, 4-0).


- "Prime-time" -

La Fifa et son président Gianni Infantino, qui attendent beaucoup de ce tournoi "pour bâtir un avenir meilleur, non seulement pour le football féminin, mais également pour la société", ne pouvait souhaiter meilleure publicité.

En attendant les futures concrétisations, "l'effet Mondial" a déjà joué vendredi matin sur l'épineux sujet de l'égalité salariale : les footballeuses professionnelles australiennes ont obtenu gain de cause pour bénéficier de la même rémunération minimale que leurs collègues masculins. L'engouement des médias, qui assurent pour la première fois une couverture digne d'un Mondial masculin, est également prometteur. France - Corée du Sud était retransmis en "prime-time" sur TF1 et Canal+, et en direct sur les radios.

Pourtant les Bleues, jamais titrées dans leur histoire, n'ont pas dépassé le stade des quarts de finale lors des trois dernières compétitions majeures (Mondial-2015, JO-2016, Euro-2017). Mais un an après la deuxième étoile de l'équipe de France masculine en Russie, le public français rêve de revivre la même aventure avec les Bleues.

"Seules les deux premières places m'intéressent, donc la finale", avait souligné auprès de l'AFP le président de la FFF, Noël Le Graët, qui vise après la compétition la barre des "300.000 licenciées", contre 180.000 environ aujourd'hui.

Au vu de l'effervescence du premier jour de compétition, c'est bien parti !


Le programme




À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants