X

À La Une

Nasrallah menace les États-Unis de construire une usine de missiles balistiques de précision au Liban

discours

"Trump et son administration savent très bien que la guerre contre l’Iran ne restera pas confinée aux frontières de l’Iran, et toute la région s’embrasera", lance le chef du Hezbollah. 

N.B. | OLJ
01/06/2019

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé vendredi soir dans un discours prononcé à l'occasion de la "Journée d'al-Qods" (Journée de Jérusalem) de construire une usine de missiles balistiques de précision si les États-Unis tentaient de s'ingérer dans le dossier des armes. Dénonçant les intentions américaines de marginaliser l'Iran, il a toutefois estimé que l'éventualité d'une guerre entre les USA et l'Iran s'éloignait car le président américain sait que si cela devait arriver, "toute la région s’embrasera".

Hassan Nasrallah a abordé la question du contentieux sur le tracé des frontières terrestres et maritimes, prise en charge par le sous-secrétaire d’État américain, David Satterfield, qui mène une médiation entre le Liban et Israël. Selon le leader chiite, si les USA ont pris en charge ce dossier qui retarde l'exploration des hydrocarbures en Méditerranée, c'est afin de régler un autre dossier “dans l’intérêt d’Israël qui est celui des roquettes de haute précision” que possède le Hezbollah.

“Si les Américains veulent garder ce dossier ouvert, nous allons mettre en place une usine pour fabriquer ces missiles”, a alors menacé Hassan Nasrallah lors de son discours. “Concernant les frontières, nous avons dit que nous n’avons pas de problème, et quoi qu’il se passe, nous nous tenons aux côtés de l’État, que nous soyons d’accord ou pas, a dit le chef du Hezbollah. Les Américains veulent profiter des négociations sur la délimitation des frontières pour régler un dossier dans l’intérêt d’Israël, qui est celui des missiles balistiques de précision".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait affirmé, en septembre 2018 à l'Assemblée générale de l'ONU, que les missiles balistiques de précision étaient produits en plusieurs endroits de la banlieue-sud de Beyrouth.

“Pendant deux ans, les ambassades, même celles des pays qui nous qualifient de terroristes, nous ont appelés pour nous dire que nous avons des missiles de haute précision et des usines pour les confectionner, et que cela dérangeait Israël. Nous sommes des gens honnêtes et nous ne mentons pas. Oui, nous avons des roquettes de haute précision, et suffisamment pour bouleverser la région. En cas d’agression israélienne, nous répondrons vite, directement et avec force", a-t-il affirmé avant de préciser : "Il n’y a pas au Liban, jusqu’à présent, des usines de fabrication de roquettes de haute pression”.

“Il est de notre droit d’avoir n’importe qu’elle arme, de confectionner n’importe qu’elle arme. Les Américains n’ont pas à débattre avec nous de ce droit. Nous avons la capacité scientifique et humaine pour confectionner des armes, et si les Américains veulent garder ce dossier ouvert, nous avons les moyens de mettre en place une usine. Nous pouvons même vendre des armes et soutenir le Trésor américain. Alors, que Satterfield fasse ce qu’il à faire et ferme ce dossier”, a-t-il lancé.


(Lire aussi : Geagea : Le plan de paix américain pour le Proche-Orient est mort-né)



"Toute la région s’embrasera"

Sur “les tentatives de marginaliser l’Iran”, Hassan Nasrallah a accusé le conseiller américain à la Sécurité nationale John Bolton, qui avait affirmé qu'il "n’est pas dans l’objectif des USA de faire tomber l’Iran”, d’être un menteur. “Si l’Iran était faible, il y aurait eu une guerre depuis longtemps. Mais Trump et son administration savent très bien que la guerre contre l’Iran ne restera pas confinée aux frontières de l’Iran et que toute la région s’embrasera. Tous en paieront le prix et en premier lieu les Israéliens et les Saoudiens. A ce moment-là, le prix du baril de pétrole sera à 200 et 300 dollars et Trump perdra les élections. Si les États-Unis veulent aller à la guerre, ils devront refaire leurs calculs", a poursuivi le leader chiite avant de réaffirmer que : l’éventualité d’une guerre (contre l’Iran) s’éloigne”.

Les tensions régionales se sont exacerbées depuis que l'administration de Donald Trump a inscrit en avril les Gardiens de la Révolution iraniens sur sa liste noire d'"organisations terroristes" et renforcé en mai les sanctions économiques contre Téhéran après avoir quitté, il y a un an, l'accord international sur le nucléaire iranien. Elles sont encore montées de plusieurs crans après les incidents maritimes au large des Émirats et la multiplication des tirs de drones par les rebelles yéménites houthis, soutenus par Téhéran, sur des cibles saoudiennes, dont deux stations de pompage d'un oléoduc le 14 mai. Début mai, Washington avait annoncé le déploiement dans le Golfe d'un porte-avions et de bombardiers B-52 avant de décider le 25 l'envoi de 1.500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient en invoquant des "menaces" iraniennes.


"Où est la distanciation?"

Au sujet des sommets qui ont lieu en Arabie saoudite, Hassan Nasrallah a estimé qu’il s’agit d’une “conséquence de l’échec” saoudien. “Un appel au secours, un cri de détresse”, a-t-il ironisé. Il a dans ce cadre critiqué la position libanaise affirmant qu’elle n’est pas “en accord avec la déclaration ministérielle”. “Où est la distanciation ? s'est-il interrogé. Le courant du Futur peut publier le communiqué qu’il veut, cela ne nous dérange pas, mais nous sommes d’accord sur le fait que l’État libanais doit se distancier, et ce qui s’est passé à la Mecque est contraire à cela”.

Un sommet extraordinaire du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et un autre de la Ligue arabe se sont tenus avant l'aube à La Mecque dans l'ouest du royaume saoudien, suivis samedi avant l'aube par celui de l'Organisation de la coopération islamique (OCI). Dans son communiqué final, le sommet du CCG a exprimé sa solidarité avec Riyad et renouvelé son "appui à la stratégie américaine à l'égard de l'Iran y compris en ce qui concerne ses programmes nucléaire et balistique, ses activités de déstabilisation, son soutien au terrorisme (...) et aux activités hostiles des houthis" (rebelles chiites) au Yémen. Le communiqué final du sommet arabe, moqué et dénoncé par Hassan Nasrallah, a consacré dix de ses onze points à condamner les "ingérences" de l'Iran, son "comportent menaçant", son soutien aux rebelles houthis et ses "menaces" contre le trafic maritime.

Lors de ces sommets, le Premier ministre libanais Saad Hariri a insisté sur l'importance de la "solidarité arabe" face à "l'ingérence extérieure", tout en appelant les pays de la région à "protéger la formule libanaise des tempêtes régionales".



(Lire aussi : Hariri au sommet de La Mecque : La solidarité arabe est le chemin vers la stabilité)



"Crime historique"

Hassan Nasrallah s'en est en outre pris violemment à ce qu'il est convenu d'appeler “le marché du siècle”. "Notre devoir est de nous opposer à +l'accord du siècle+", a-t-il déclaré en référence au plan de règlement du conflit israélo-palestinien porté par le président Donald Trump et déjà rejeté par les Palestiniens. “Est-ce que nous pouvons faire échec à cet accord ? Oui. Aujourd’hui, l’administration américaine œuvre matin et soir pour l'appliquer. Mais en face, il y a un axe très fort. Nous devons avoir l’espoir, la vision, nous, Libanais, Palestiniens, Syriens… et tous ceux qui appuient la cause palestinienne”, a lancé Hassan Nasrallah.

“Nous devons empêcher ce crime historique. Le projet américain et sioniste est de renforcer Israël et normaliser sa présence. Et cela signifie, en parallèle, en finir avec la cause palestinienne”, a-t-il mis en garde. “L’axe de la résistance est plus fort que jamais contrairement à ce que certains disent”, a aussi assuré le leader chiite. A titre d’exemple, “si dans les années 70 la résistance palestinienne avait des Katioucha tout au plus, aujourd’hui Gaza peut frapper Tel-Aviv et de nombreuses colonies sionistes. Au Liban, il ne fait aucun doute qu’il n’y a jamais eu une résistance contre Israël telle qu’elle se présente actuellement. Et aujourd'hui, Israël craint cette résistance”, a-t-il dit.

Et le numéro un du Hezbollah de poursuivre: “En Syrie, tous les jours des informations sont révélées sur une coopération entre Israël et des groupes armés. Ses groupes ont échoué. En Irak, les tentatives américaines de contrôler à nouveau ce pays ont échoué. A quoi servent ces sommets aujourd’hui ? C’est une détresse saoudienne et une preuve de l’échec de l’Arabie au Yémen", a encore dit le leader chiite en faisant valoir que “le Yémen est une partie essentielle de l’axe de la résistance”. Il a ensuite soutenu que l’”Iran est la première et véritable force régionale”. “Certains disent que la première force régionale est l’Arabie saoudite, mais Trump leur a dit : si nous ne vous protégeons pas deux semaines, vous ne tiendrez-pas le coup”, a ironisé Hassan Nasrallah.

“Je ne dis pas qu’Israël est faible. C’est un État fort. Mais en 2019, Israël est plus faible que jamais. Qui aujourd’hui a peur d’Israël ? Le Liban ? Le peuple palestinien ? L’entité sioniste a peur des roquettes du Liban, de Gaza, de Syrie, d’Iran et peut-être même du Yémen. Corruption, divisions internes profondes, divisions politique, l’échec de Netanyahu dans la formation d’un gouvernement, les nouvelles élections, … Quand Israël était-il comme ça ?”, s'est interrogé Hassan Nasrallah.



Lire aussi

Le plan de paix de Kushner est-il mort-né ?

L’Iran se réapproprie la politique de division syrienne au Liban, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

Le Hezbollah a-t-il mis en veilleuse son agenda iranien pour renforcer son rôle à l’échelle locale ?

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque,  le décryptage de Scarlett HADDAD   

Le « deal du siècle » et le spectre de l’implantation des Palestiniens au Liban 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

PS: il n’y aura pas d’apocalypse, il n’y a jamais d’apocalypse. Soit on est sûr de gagner donc on s’en va en guerre, soit on reste dos à dos.
Qui est sûr de gagner? Contre qui? Personne! Tout est dit. Merci au Hezbollah

Chady

Prière de ne plus parler de Liban mais de “Mont Liban” pour ceux qui ne réalisent pas encore que si le Liban Sud est libéré et si il y a débat sur les frontières maritimes et donc si on a du pétrole et du gaz c’est uniquement grâce au Hezbollah. Voilà ça c’est pour ceux qui avant de lire savent deja quel commentaire ils vont écrire. Ceux là qui détestent de voir le Hezbollah réussir, qui adorent israel, et qui se rappellent au bon vieux temps de sabra et chatila.

Pour ceux qui lisent et analysent, je vous conseille fortement de regarder le discours pour mieux comprendre la position du Hezbollah sur chaque dossier et dans quel contexte sont énoncés les menaces du Sayyed. J’avoue qu’il sera difficile d’accéder au contenu du discours étant donné qu’à chaque fois qu’une video est publiée elle est aussitôt supprimée par les sionistes, preuve que s’il fait rire certains le Sayyed, il n’est pas pour autant pris à la légère par nos amis de l’autre côté de la frontière.

On peut être d’accord ou pas avec le Sayyed d’un point de vu tactique et même stratégique, mais il faut être un clown avec 5 de QI pour le traiter de clown et faire preuve d’autant d’aveuglement sans aucun discernement ni nuance quelconque.

Nadim Nehme

Quel Klown!!

C.K

Pauvre type......

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAUVRE LIBAN. AVEC DES TETES BRULEES PAREILLES TON DESTIN EST INCERTAIN. ELLES APPELLENT L,APOCALYPSE !

Le Faucon Pèlerin

La Perse avait été éliminée deux fois de la Méditerranée. La première fois en 480 av. J.-C. par suite de la bataille de Salamine. La deuxième par suite de la bataille d'Issos en 333 av. J.-C. qui opposa l'armée d'Alexandre-le-Grand à celle de Darius III. La Perse devenue l'Iran en 1935, est revenue en Méditerranée par la fenêtre de la Banlieue-Sud sous le prétexte de rendre la Palestine aux Palestiniens !!!. Pour ce faire, il faut détruire tous les pays du Proche-Orient, à leur tête le Liban, seul pays multiconfessionnel de la région. Voilà où nous en sommes aujourd'hui.

FAKHOURI

erreur
je continue
Hn sera celui qui risque la destruction du Liban
nous libanais on n'a que faire de l'Iran
les iraniens ne sont pas des arabes
Il n'a pas honte de demander de prier pour les responsables iraniens.
Le Liban est à la merci de trois fous : HN, Trump, Netanoyou
Le Liban n'a pas besoin de missiles, nous avons besoin de paix, et de prospérité pour assurer l'avenir de nos enfants.
HN ne sait pas ce que veut dire le mot PAIX
Il s'imagine que les USA donnent l'ordre d'attaquer le Hezbollah, l'Iran va accourir pour le défendre
Il peut toujours rêver.

FAKHOURI

Trump est encore plus fou que lui
HN ser

Gros Gnon

Il a raison.
J’ai vu Trump à la télé hier.
Il transpirait et semblait très nerveux.
A mon avis il a la trouille...
Lol.

Remy Martin

De quel droit ce mec joue avec l'existence même du Liban ? Qui lui a attribué ce rôle ?

Chady

“Mis en veilleuse” disaient-ils...
Les États Unis n’en font qu’à leur tête dans cette région semant chaos et terreur! Ils maintiennent leurs marionettes en place malgré la colère des peuples!
En Syrie ils sont avec le peuple, au Bahrein ils sont avec le roi.
L’arabie saoudite n’en parlons pas, ils peuvent découper des gens dans des consulats comme les daechistes qu’ils sont ou lancer des bombes sur le pauvre yemen et là encore les etats unis soutiennent l’oppresseur contre l'opprimé. Et a ce sujet, c’est trop facile de vouloir dire les houthis c’est l’iran. Quand bien meme se serait le cas, cela ne justifie pas des années de bombardements sur les civils, de famine, de maladie, d’embargo, etc
Bref, le problème c’est pas l’Iran tout le monde sait ou est le problème, sauf que certains en ont juste marre de résister, tant que ca va chez nous, qu’ils fassent ce qu’ils veulent pensent-ils...
Bas ya habibi yom elak yom 3alekkk!

Irene Said

"...une usine de missiles balistiques, la distanciation...etc."
Voilà encore un discours-fleuve qui va faire avancer la cause palestinienne à grands pas, comme tous les précédents, n'est-ce pas ?

Le pauvre, il a perdu tout sens des réalités,
mais, après tout, à son âge et avec les chaleurs de ces derniers jours, on comprend.

Il demandait de prier pour Ali Khamenei ?
Faut maintenant aussi prier pour lui, il en a manifestement grand besoin !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL MENACE LE LIBAN DE DESTRUCTION ! UNE FRACTION D,UNE COMMUNAUTE AU SERVICE DE L,IRAN FAIT A SA TETE AUX DEPENS ET CONTRE LA VOLONTE DE TOUTES LES AUTRES ET DE L,ETAT ET D,UNE PARTIE DE SA PROPRE COMMUNAUTE.
FANFARON !

Zorkot Mohamed

Le sayyed a été on ne peut plus claire. Chacun peut interpréter son discours à sa manière, mais les vrais savent et comprennent bien le fond de ce sujet.

Wlek Sanferlou

On se met des lunettes de soleil opaque et on rêve en multicolore!
Quand est ce qu'Israël était si faible??? Je pense que c'était il y a 2000 ans quand les romains les ont éparpillés à travers leur empire. Depuis ils sont retournés plus forts soutenus par le nouvel empire ...ils se trouve que Barnabas se trouve chez nous cette fois ci.
Malheur à nous.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants