Nos Lecteurs ont la Parole

Lettre ouverte à Madame la Ministre de l’Intérieur Raya el-Hassan

Serge SCHOULIKA
OLJ
30/05/2019

Chère Madame la Ministre,

Vous déclarez vouloir laisser un legs, celui de l’introduction des quotas féminins.

Dans l’absolu et dans le contexte libanais, c’est louable, digne, courageux et certainement nécessaire voire indispensable.

Pourquoi ? Parce que nous sommes la risée des pays dans ce domaine, nous sommes relégués au tréfonds du classement de la place de la femme en politique, sans parler des autres domaines, sociaux et professionnels.

La plupart des associations féministes, ou plutôt celles qui se battent pour l’introduction des quotas, veulent atteindre une première marche dans l’escalier de l’égalité homme-femme. Vous ont-elles mumuré à l’oreille de préférer les quotas à l’égalité ?

À quel niveau se situeraient ces quotas ? 10 % ? 20 % ? Soyons fous, 30 % ? C’est certainement mieux que les misérables 4 % actuels, mais c’est en même temps tellement loin et à des distances sibériennes de l’égalité...

C’est ce niveau qu’il faut atteindre ; l’égalité homme-femme !

De grâce, ne jouez pas petit bras, pour atteindre un objectif, il faut le déclarer haut et fort et cet objectif, c’est cette égalité. Nous sommes toutes et tous des êtres humains, différents sur bien des plans mais égaux en droits, il n’y a plus de citoyens et de citoyennes de seconde zone, il n’y a plus de couleur de peau pour donner des droits à l’une et pas à l’autre, il y a des hommes, des femmes et des couleurs de peau différentes, mais avec les mêmes droits.

Quand vous avez été nommée ministre de l’Intérieur, et que vous avez brandi l’étandard du mariage civil, une liesse s’est emparée de beaucoup de gens, en particulier Khouloud et Nidal, qui se sont dit qu’ils ne seraient plus enfin les seuls à avoir bénéficié de ce statut. Cette liesse s’est emparée également de beaucoup d’associations, en particulier « La Troisième Voix pour le Liban », qui a depuis sa création défendu ce couple et s’est battu pour le mariage civil.

Mais alors où en est-il ce combat que vous avez voulu mener ? La realpolitik libanaise est-elle passée par là ? Et vous avez alors révisé vos ambitions à la baisse ? Peut-être pas, tenez-nous alors au courant, mais surtout, de grâce, ne baissez pas les bras ; le mariage civil est non seulement une porte d’entrée pour la laïcité, tout en respectant le marige religieux, mais aussi un combat pour l’égailité homme-femme.

Et en menant ces deux combats, vous agirez sur le pragmatisme de la sécularisation et l’équité de la méritocratie. Ce legs aurait alors une autre gueule.

Bonne chance Madame la Ministre, nous vous soutenons !

Fondateur et ex-président de « La Troisième Voix pour le Liban »

www.la-troisieme-voix-pour-le-liban.org

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour.

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants