X

À La Une

La Syrie participe à une réunion panarabe à Amman, une première depuis 2011

crise



OLJ/AFP
03/03/2019

Le président du Parlement syrien a participé dimanche pour la première fois depuis la guerre qui a éclaté en 2011 en Syrie à une réunion interparlementaire arabe à Amman, en plein débat sur un retour de Damas dans les instances panarabes.

Cette 29e session de l'Union interparlementaire arabe, présidée par le chef du Parlement jordanien Atef al-Tarawneh, va réunir pendant deux jours 17 chefs de Parlements et représentants de conseils de la Choura (assemblées désignées dans certains pays du Golfe). La délégation syrienne est dirigée par le président du Conseil du peuple syrien, Hammouda Sabbagh.

Dans une déclaration devant les participants, M. Tarawneh a pressé ses pairs arabes d'"agir pour un règlement politique de la crise syrienne qui préserve l'unité du peuple syrien et d'oeuvrer pour que la Syrie retrouve sa place" au sein du monde arabe.

La Syrie a été mise au ban du monde arabe depuis sa suspension par la Ligue arabe fin 2011, quelques mois après le début de la révolte dans ce pays. Mais une réintégration de Damas au sein de l'instance est désormais évoquée, et l'Irak, le Liban et la Tunisie ont appelé à un retour des représentants du régime syrien dans cette organisation, dont le prochain sommet est prévu fin mars à Tunis.

Dans le même temps, les Emirats arabes unis ont rouvert en décembre leur ambassade à Damas, après avoir coupé en 2012 leurs relations diplomatiques avec le régime.

Récemment, la Ligue arabe a annoncé qu'elle n'était pas parvenue à un "consensus", l'Arabie saoudite, poids lourd régional opposé au régime syrien, semblant encore réticente à une normalisation des relations avec Damas.

Déclenchée par la répression meurtrière par le régime de Bachar el-Assad de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés. Le conflit s'est complexifié au fil des années avec l'implication de plusieurs acteurs régionaux et internationaux.

Soutenu principalement par la Russie, le régime syrien a enchaîné ces deux dernières années les reconquêtes territoriales face aux rebelles et jihadistes et contrôle désormais près des deux-tiers du pays.


Lire aussi

Geagea à L’OLJ : Il n’y a pas de come-back de l’influence syrienne au Liban

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les États-Unis exhortent les pays du Golfe à ne pas se rapprocher de la Syrie

Abou el-Ghait : Il n’y a pas de compétition au Liban entre la Ligue arabe et l’Iran

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

Ma bi soh elal SAH.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN BON POINT. MAIS ATTENDONS VOIR LA SUITE ET LES RESULTATS...

Bery tus

donc peut considerer alors que les refigies syriens en jordanie vont tres tres bientôt rentrer en syrie!? loool

Chucri Abboud

Où sont les opposants libanais ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Tirelires et tire-au-flanc

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants