X

Culture

En mars 2019, la francophonie se conjuguera au féminin pluriel

Conférence de presse

Entouré des ambassadeurs de plusieurs pays francophones, ainsi que de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), le ministre de la Culture Mohammad Daoud a lancé hier les festivités du mois de la francophonie lors d’une conférence de presse au musée national.

28/02/2019

« Dans d’autres pays, il y a la journée de la francophonie, il y a la semaine de la francophonie, mais, à ma connaissance, le Liban est le seul pays où il y a tout un mois de la francophonie. » L’ambassadeur de France Bruno Foucher a lancé hier les festivités du mois de la francophonie sous les meilleurs hospices. « Nous avons choisi comme mot d’ordre cette année “Au féminin!”, avec des spectacles, des projections et une exposition faits par des femmes et/ou sur des femmes. Parce que ce combat pour les droits des femmes – pour l’égalité en droit et dans les faits – est encore loin d’être gagné et que la culture est un puissant vecteur d’émancipation et de réflexion critique. » Toutefois, en plus de l’importance particulière accordée cette année aux droits des femmes, l’accent sera mis aussi sur le plurilinguisme, vecteur fondamental de la diversité inhérente à la culture libanaise : un spectacle en arabe surtitré en français et un autre bilingue, en français et en arabe, seront proposés « parce que la francophonie n’est jamais aussi forte que quand elle est ouverte aux autres langues ».

Aux côtés de Bruno Foucher, son homologue arménien Vahagn Atabekian a rappelé justement l’importance d’un « événement qui s’inscrit dans le cadre du vivre-ensemble ». L’Arménie, actuellement en charge de la présidence internationale de la francophonie, propose d’ailleurs une causerie le vendredi 29 mars à 20h au centre de l’AGBU (Armenian General Benevolent Union) Demirdjian) à Dbayé autour de Joseph Oughourlian, premier vice-gouverneur de la Banque du Liban en 1964.

L’ambassadeur de Roumanie, Victor Mircea, a insisté sur la place prépondérante de la jeunesse, cible de premier choix pour le développement de la francophonie : « Le travail doit commencer avec les plus jeunes, car c’est plus qu’une langue qu’ils gagneront, c’est tout un monde. » Idée bien connue mais non moins cruciale que la langue est plus qu’un simple moyen de communication, qu’elle transporte avec elle une culture et une manière de voir et de comprendre le monde. C’est en ce sens que l’ambassadrice du Canada, Emmanuelle Lamoureux, a rappelé qu’avec le mois de la francophonie « ce n’est pas seulement une langue, mais des valeurs qu’on défend ». Sur le même ton, Hervé Sabourin, directeur régional de l’AUF au Moyen-Orient, a avancé que « la francophonie a tous les potentiels pour répondre aux aspirations des peuples d’aujourd’hui. Elle doit simplement montrer ce qu’elle est, un espace de liberté, de diversité, de modernité et de dynamisme, ouvert aux autres et ouvert sur le monde, où la langue française, au même titre que les autres langues. (...) Les activités que compte mener ou soutenir l’AUF durant ce mois mettront en lumière trois dimensions fortement symboliques de notre espace francophone, la solidarité, la pluralité et la diversité ».

Dans son allocution, le ministre de la Culture a tenu à rendre hommage à son prédécesseur, Ghattas Khoury, qui a « contribué à la décision de l’AUF de placer son siège régional à Beyrouth ». « Le mois de la francophonie sera inauguré demain vendredi 1er mars par un concert de l’Orchestre philharmonique libanais et il sera clôturé le 6 avril par la Nuit des musées », a ajouté le ministre Daoud en signalant une nouveauté au programme : une conférence littéraire le 21 mars à la Bibliothèque nationale à Sanayeh.

D’autres interventions faites par des représentants de la Suisse, la Belgique ou encore du Mexique ont poursuivi la conférence de presse annonçant les activités du mois de mars.


Pour mémoire 

Hervé Sabourin : La francophonie a tous les potentiels pour répondre aux aspirations des jeunes d’aujourd’hui

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Tous les indicateurs démontrent que la francophonie progresse partout dans le monde, le Liban qui est teaditionnellement un amoureux de la langue de Molière, n'y fait pas exception.

L'anglais est devenue la langue commerciale et le français de la poésie, de l'art et du bon vivre.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA FRANCOPHONIE VIT ET SE DEVELOPPE AU LIBAN. SES DETRACTEURS EN SONT JALOUX.

Antoine Sabbagha

Vive la francophonie en espérant qu 'elle durera toujours au Liban .

Georges MELKI

Ceci est bien beau, mais malheureusement la francophonie au Liban ne fait que décliner...Sans parler des enseignes et de la signalisation routière qui sont maintenant presque entièrement en anglais, même les choses qui devraient être exclusivement en français ne le sont pas! Exemple: quand j'ouvre l'application de l'ESIB sur mon portable(Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Beyrouth, qui fait partie de l'USJ), j'obtiens une page en anglais: Welcome, News and Events etc.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué