Justice

Face à la mobilisation massive des avocats, un officier de l'armée fait machine arrière

Plus de 200 hommes de loi désirant défendre leur confrère étaient présents à l'audience tenue par le juge pénal unique de Beyrouth.


Quelque 200 avocats étaient mobilisés aujourd'hui au Palais de justice de Beyrouth pour défendre leur confrère attaqué en justice par un officier de l'armée.

La solidarité massive des avocats avec leur confrère Fadi Kahil face à ce qu’ils considèrent comme une atteinte à sa dignité et une offense de ses droits aura porté ses fruits. L’officier de l'armée Fadi Kebbé, qui avait intenté en août dernier une action en diffamation contre M. Kahil, s’est désisté de son droit d’agir, lors d’une audience prévue jeudi au Palais de justice de Beyrouth, pour entendre l’accusé.

M. Kebbé avait porté plainte contre l’avocat pour avoir publié le 11 juillet 2018 un commentaire sur Facebook fustigeant sans les nommer l’officier et son frère -qui l’avaient frappé la veille, lors d’une dispute sur une priorité de passage- et critiquant avec violence « la situation délétère du pays au plan de la corruption et de la sécurité ». Cette plainte avait été rendue possible après que le conseil de l’ordre des avocats de Beyrouth eut estimé que l’incident était survenu en dehors du cadre de l’exercice de la profession.

L’information avait suscité l’indignation de très nombreux avocats, dont 337 se sont portés volontaires pour défendre leur confrère, une mobilisation sans précédent.

Dès 8h30, dans la salle des pas perdus, des dizaines d’hommes et femmes en robe ont afflué vers la salle consacrée aux affaires pénales, alors que l’audience n’était prévue qu’une heure plus tard. Lorsque le juge pénal unique, Bassem Takieddine, a ouvert l’audience, plus de 200 avocats parmi les 337 ayant une procuration de M. Kahil se pressaient à l’intérieur de la salle, et même au dehors. Devant les parties au procès quasiment submergées par la foule, le juge a proposé aux avocats menés par les anciens bâtonniers Issam Karam et Nohad Jabre et des membres du conseil de l’ordre, notamment Aziz Torbey et Imad Martinos, de se faire représenter par quelques-uns seulement, à charge pour les autres de se retirer de la salle. Faute de quoi, a-t-il suggéré, le dossier de M. Kahil serait gardé pour la fin des audiences.

C'est alors que, coup de théâtre, le bâtonnier André Chidiac entre dans la salle et se fraie un chemin pour parvenir à la barre. Prenant la parole, il annonce que l’officier Fadi Kebbé veut renoncer à son action, lisant le texte que celui-ci a rédigé en ce sens dans le cadre d’efforts mutuels déployés en vue de mettre fin au procès.

Sachant que le parquet peut décider de continuer les poursuites dans le cadre d’une action publique, M. Kahil et son principal défendeur, Issam Karam, ont alors soutenu que l’avocat « n’avait nullement l’intention de porter atteinte à l’institution militaire, et (qu’) il a publié son commentaire sur Facebook pour exprimer l’injustice dont il avait été victime », avant de souhaiter qu’il ne soit plus porté atteinte aux libertés. Ils ont en outre affirmé que « l’armée et le barreau ont une même mission, la défense du citoyen ». « Notre pays est celui de la liberté », a ajouté M. Karam, concluant que « si celle-ci est supprimée, le pays se désagrégera ».

Le juge Takieddine a alors fixé la prochaine audience au 28 février. Les chances d’une condamnation de M. Kahil sont néanmoins minimes, dès lors que l’action civile a été abandonnée.

Plusieurs avocats interrogés par L’Orient-Le Jour avaient affirmé avant la tenue de la séance qu’ « un avocat ne doit pas être traîné devant la justice lorsqu’il a voulu exprimer une opinion aussi rude soit-elle ». Selon eux, « la sanction devrait relever du conseil de l’ordre qui se chargerait de lui adresser un blâme ou de décréter une suspension de son exercice de la profession pendant un temps déterminé en fonction de la gravité de son acte ».



Lire aussi

Droits de l’homme et liberté d’expression : réaffirmer l’exception libanaise

Atteintes à la liberté d’expression au Liban : 2019 s’ouvre sur la lancée de 2018



La solidarité massive des avocats avec leur confrère Fadi Kahil face à ce qu’ils considèrent comme une atteinte à sa dignité et une offense de ses droits aura porté ses fruits. L’officier de l'armée Fadi Kebbé, qui avait intenté en août dernier une action en diffamation contre M. Kahil, s’est désisté de son droit d’agir, lors d’une audience prévue jeudi au Palais...

commentaires (1)

Bravo!

Je partage mon avis

14 h 53, le 31 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Bravo!

    Je partage mon avis

    14 h 53, le 31 janvier 2019