X

Diaspora

« Vaincre le cancer  » : le message d’espoir de Philip Salem

Vient de paraître

Dans son ouvrage, l’oncologue s’étend sur les leçons de 50 ans passés dans la recherche et le traitement de la maladie.

28/01/2019

Dans son dernier ouvrage intitulé Defeating Cancer : Knowledge Alone Is not Enough (Vaincre le cancer : la connaissance à elle seule ne suffit pas), paru aux éditions Quartet Books, le Dr Philip A. Salem, oncologue et chercheur de renommée internationale, auteur prolifique, poète, humaniste et intellectuel, se dit être chargé d’une mission, « celle de la lutte de l’homme contre la maladie », comme il le confie à L’Orient-Le Jour. Dans ce livre, il s’étend, de manière pratique et accessible, sur les leçons retenues de cinquante années d’expérience dans la recherche et le traitement du cancer. C’est aussi l’illustration de cas poignants tirés de ses propres expériences.

Libanais engagé et d’une grande dévotion envers ses patients, le Dr Salem est résolu à faire tout ce qui est en son pouvoir pour sauver leur vie. C’est dans cet objectif qu’il a créé, il y a vingt-sept ans, à Houston au Texas, le Philip Salem Oncology Center, situé non loin du prestigieux MD Anderson Cancer Center, considéré comme le premier centre au monde dans le traitement du cancer.


(Pour mémoire :Michel Aoun honore le Pr Philip Salem)


Immunothérapie

Cet ouvrage, qui s’adresse aux patients et à leurs familles, a pour objectif de leur donner une longueur d’avance sur les informations et les connaissances dont ils ont besoin pour établir un partenariat avec leur médecin et pour être actifs et engagés dans leurs soins de santé. À juste titre, puisque le Dr Salem cherche avant tout à leur donner « la meilleure chance pour guérir ».

Les deux premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés au diagnostic et au traitement du cancer. Aussi, le spécialiste guide habilement les lecteurs tout au long du processus et met en garde contre les pièges du diagnostic et la propagation du cancer. Il explique ensuite les étapes nécessaires à la préparation du traitement et aborde l’importance vitale d’une communication efficace entre les médecins qui prendront part au traitement, le médecin traitant et le patient. Ce dernier « est le principal participant à la réunion de planification », insiste le Dr Salem, soulignant que ces réunions de consultation de groupe permettent « de définir la meilleure stratégie possible pour traiter le patient ».

L’oncologue a fait appel à l’expertise du Dr Bin Teh, professeur et vice-président du département de radio-oncologie du Houston Methodist Hospital et de la Weill Medical School de Cornell, pour décrire les différents types de traitement, et proposer des conseils et des thérapies de soutien médical, ce qui est une « partie extrêmement importante des soins à apporter aux patients ».

La préparation des patients à l’initiation du traitement est essentielle dans cette démarche. Il faudra les éduquer, communiquer avec eux avec compassion et dévoiler avec prévenance et délicatesse la vérité sur leur diagnostic, le traitement et le pronostic.

Peut-on vaincre la maladie ? « Nous pouvons maintenant guérir 70 % des patients atteints de cancer, explique-t-il. La combinaison de l’immunothérapie à la chimiothérapie et au traitement ciblé, qui tue uniquement la cellule cancéreuse, permet d’obtenir de meilleurs résultats. L’immunothérapie est le traitement le plus moderne et efficace. L’espoir de guérison dépend toutefois de la volonté du malade de se battre contre la maladie. Je suis convaincu que si l’on ne mène pas le bon combat et que l’on ne persévère pas, on n’arrivera à rien. »


(Pour mémoire : Philip Salem à « L’OLJ » : Il est temps de mettre à jour la Déclaration universelle des droits de l’homme)


« Droit à la vie »

« Il ne faut pas avoir peur de la maladie, insiste le Dr Salem. Il est important de faire appel à une aide médicale et aux institutions qui ont des programmes de recherche de lutte contre le cancer, de préférence les hôpitaux affiliés à une université ou à des centres d’oncologie, et d’éviter les petites cliniques. Il est aussi impératif de confirmer le diagnostic. Le premier diagnostic risque d’être inexact. Il est important de déterminer et de délimiter la nature biologique de la tumeur pour concevoir le traitement approprié. La délimitation du profil biologique nécessite des laboratoires très sophistiqués qui n’existent pas au Liban. Il faut établir une sorte d’affiliation ou d’accord avec un grand laboratoire européen pour l’envoi des cellules afin de tracer le profil biologique de la tumeur », préconise encore le Dr Salem.

S’érigeant contre la « tyrannie des assurances » aux États-Unis dans le processus décisionnel du médecin, il déplore l’impact de ces assurances, la surveillance réglementaire sur la relation entre le médecin et le patient, et sur la pratique des médecins. En outre, il mène campagne pour la modification de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies pour y inclure « le droit à la vie », à la santé et aux soins, qui est « le droit le plus fondamental des droits de l’homme », estime-t-il. Il expose les arguments dans le dernier chapitre du livre et invite à réfléchir aux effets potentiels de cette démarche.

Vaincre le cancer est fondamentalement un cri du cœur. Son but est l’éducation, et son message est celui de l’espoir et de la compassion. L’éducation est « l’arme la plus importante que nous ayons contre le cancer », mais « la connaissance à elle seule ne suffit pas ». Les patients ont besoin d’amour, de soins, d’espoir, de compassion, d’accès à la médecine et de temps pour parler de leurs angoisses et de leurs préoccupations. Dans cet ouvrage, le Dr Salem offre ce qu’il considère comme « le plus beau cadeau que je puisse offrir à un patient atteint de cancer ».

Cette page est réalisée en collaboration avec l’Association RJLiban. E-mail : monde@rjliban.com – www.rjliban.com


Pour mémoire

« Le cancer, l’amour et la politique de l’espoir »

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Relations libano-syriennes : des changements en douce sans polémique gouvernementale

Commentaire de Anthony SAMRANI

Arabes-Israël : une liaison dangereuse

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué