Censure

Interdiction « absurde » de deux films au festival Maskoon

« Quand j’ai demandé à la censure de me donner les raisons, on ne m’a même pas répondu », souligne Myriam Sassine, directrice du festival.

Le festival Maskoon se poursuit jusqu’à dimanche au cinéma Metropolis-Empire Sofil. Photo Facebook/Maskoon

La censure a encore frappé de plein fouet le domaine du cinéma au Liban avec l’interdiction de deux films, un long et un court métrage, programmés dans le cadre du festival Maskoon, unique manifestation culturelle dans le monde arabe à se spécialiser dans les films fantastiques, l’horreur, la science-fiction ou encore le thriller.

C’est le très acclamé Climax, du réalisateur français Gaspar Noé, ainsi que le court métrage Nocturnal Deconstruction de la Libanaise Laura el-Alam qui ont fait les frais du bureau de la censure, sans que les raisons ne soient clairement expliquées à la directrice du festival, Myriam Sassine.

« Quand j’ai demandé à la censure de me donner les raisons pour lesquelles ces films étaient interdits de projection, on ne m’a même pas répondu. C’est en lisant la presse qui a pu, elle, obtenir une réponse de la censure que j’ai appris pourquoi ces films ont été censurés », a confié Mme Sassine à L’Orient-Le Jour. Lancé le 31 octobre, le festival Maskoon se poursuit jusqu’à dimanche au cinéma Metropolis-Empire Sofil, à Achrafieh.

« Climax a été interdit parce que considéré comme portant atteinte à la pudeur. Ce film relate l’histoire d’un groupe de danseurs qui répètent une chorégraphie. Sauf que du LSD est glissé dans leur sangria, ce qui les emporte dans un cauchemar psychédélique. Certes, Gaspar Noé est controversé, mais notre festival s’adresse à un public averti et le film devait être projeté à 22h30. De plus, il n’y a rien d’explicite là-dedans », a souligné la directrice du festival.

Nocturnal Deconstruction raconte pour sa part l’histoire d’une jeune femme déprimée qui essaie une pilule censée la débarrasser de la mauvaise estime de soi. « Dans le court métrage, la censure a retrouvé une relation entre la drogue et l’orgasme sexuel. Mais il ne s’agit pas du tout du sujet du film », a expliqué Mme Sassine à L’OLJ. « Cette censure est absolument absurde, mais malheureusement, nous n’y pouvons rien », a-t-elle ajouté.

Myriam Sassine affirme que la censure « a porté un coup » au festival Maskoon, notamment avec l’interdiction de Climax. « Climax est un film multiprimé, récompensé entre autres par la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes. On a bataillé pour pouvoir l’obtenir et on a payé très cher pour l’avoir dans notre festival afin qu’il soit finalement censuré, a confié la directrice. Outre les pertes financières, nous avons sans doute perdu un public qui voulait le voir. On ne s’attendait pas du tout à ce que ce film pose problème. On a été très étonnés qu’il soit censuré. »

La directrice de Maskoon considère également qu’il est « triste » que de jeunes réalisateurs libanais soient censurés. « Nocturnal Deconstruction est le projet de fin d’études de Laura el-Alam. La censure a décidé que ce film incitait à la drogue. Mais ce n’est pas parce qu’on voit quelqu’un se droguer ou tuer dans un film qu’on va forcément le faire dans la vraie vie. Il ne faut pas s’habituer à la censure et se dire que c’est normal que ça arrive au Liban », a-t-elle souligné.


Lire aussi

« Préservez les libertés pour préserver le Liban ! »

Liberté d’expression au Liban : ne baissons pas la garde !

Pour mémoire

Wadih el-Asmar convoqué demain devant la procureure générale Ghada Aoun

Liberté d'expression : l’ONU priée d’intervenir pour épingler l’État libanais

Wadih el-Asmar : Je comparaîtrai, mais je garderai le silence...

Taleb Kabbara, un nouveau militant des réseaux sociaux convoqué par les FSI


La censure a encore frappé de plein fouet le domaine du cinéma au Liban avec l’interdiction de deux films, un long et un court métrage, programmés dans le cadre du festival Maskoon, unique manifestation culturelle dans le monde arabe à se spécialiser dans les films fantastiques, l’horreur, la science-fiction ou encore le thriller.

C’est le très acclamé Climax, du...

commentaires (6)

Personnellement suis favorable à interdire ce type de film dans un festival qui promeut la catégorie fantastique. Selon le descriptif que j'ai découvert dans l'article, les 2 films s'inscrivent plutôt, dans la catégorie "films d'horreurs".

MGMTR

17 h 29, le 04 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Personnellement suis favorable à interdire ce type de film dans un festival qui promeut la catégorie fantastique. Selon le descriptif que j'ai découvert dans l'article, les 2 films s'inscrivent plutôt, dans la catégorie "films d'horreurs".

    MGMTR

    17 h 29, le 04 novembre 2018

  • Mme Anastasie, comme on aimait l'appeler dans le temps, nous prends pour des enfants immatures ...m'enfin elle n'est pas la seule. Il suffit d'entendre les déclarations journalière de notre super-classe politique de tout bords et les perles qu'elle nous fait gober depuis de belles lustres...

    Wlek Sanferlou

    13 h 45, le 04 novembre 2018

  • Ce qui est rageant c'est que ces messieurs de la censure ont quand même l'opportinité de voir les films qui nous sont interdits.J'espère qu'ils mesurent la chance qu'ils ont. Non, même pas? Et pour leur culture pas d'espoir non plus?...

    Tina Chamoun

    19 h 18, le 03 novembre 2018

  • Quel dommage... C'est désespérant

    lila

    17 h 45, le 03 novembre 2018

  • L,HEBETUDE QUAND ELLE INFECTE LES LOBES ELLE DEVIENT UN VIRUS INGUERISSABLE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 49, le 03 novembre 2018

  • Ah! Notre censure! Quelle bande d'abrutis!

    Georges MELKI

    13 h 14, le 03 novembre 2018