X

Nos Lecteurs ont la Parole

La présidentielle de tous les paradoxes

Dounia MANSOUR ABDELNOUR
OLJ
08/11/2016

Ce qu'on aura retenu de ce scrutin présidentiel de tous les paradoxes? Premièrement, plutôt qu'une élection, ce fut une nomination en bonne et due forme, puisque la tenue n'a eu lieu qu'à la condition sine qua non que le résultat du vote soit connu avant la tenue du scrutin, en l'occurrence la nomination consensuelle du général Michel Aoun.
Deuxièmement, l'existence d'un vide présidentiel sans précédent dans l'histoire du Liban et des nations : un État arrêté du 23 mai 2014 au 31 octobre 2016 et 45 sessions consécutives du Parlement à la recherche du quorum des 2/3 des élus requis par la Constitution. La séance décisive a donc eu lieu deux ans et cinq mois après la date initiale de l'échéance présidentielle de 2014 stipulée par la Constitution! Le délai est bien trop long et il faudra que le nouveau président et la nouvelle équipe au pouvoir s'attellent à remédier à toute nouvelle récurrence d'un vide présidentiel indésirable et aux effets si néfastes, à l'avenir. À ce propos, nous appelons le nouveau président à œuvrer en faveur d'une loi détaillée et précise limitant la date de la tenue de l'élection et qui ne laisse la place désormais à aucun équivoque en ce sens.
Troisièmement, des invraisemblances dans les revirements d'alliances de cette élection-nomination eurent lieu de bout en bout : les rivaux politiques de Michel Aoun, Saad Hariri et Samir Geagea, du mouvement du 14 Mars, lui ont accordé leur soutien ouvertement, alors que les alliés chiites du mouvement du 8 Mars, Nabih Berry et Hassan Nasrallah, ont fait montre d'atermoiements et laissé plané le doute jusqu'au bout, le Hezbollah lui ayant apporté son appui tardif deux semaines avant l'élection alors que le mouvement Amal, lui, est resté opposé.
Quatrièmement, et c'est là où le bât blesse, depuis sa candidature lancée par Saad Hariri il y a un an, Sleiman Frangié, chef des Marada, allié de Michel Aoun, est devenu son rival jusqu'à la fin de la campagne présidentielle !
Cinquièmement, le président élu, Michel Aoun, est le plus vieux président élu de l'histoire de notre pays. L'âge avancé, plus de 81 ans, du nouveau président est loin d'être idéal pour un poste aussi exigeant, qui requiert une personne d'un grand dynamisme physique, entreprenante, et manifestant une énergie et une disponibilité de tous les instants.
Enfin, il est évident que lorsqu'il s'agit de sauver un pays en perdition, toutes les options sont ouvertes même les plus incongrues ! Cette élection de tous les (im)possibles, de toutes les contradictions, de toutes les bizarreries, a été sauvée! À quel prix? L'avenir proche nous le dira.

Dounia MANSOUR ABDELNOUR
Londres, Royaume-Uni

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Ils sont tous là, les charognards locaux, les Aoun, les Bassil, les Kanaan, les Geagea et leurs complices, le Perse, le Syrien, le nomade de la Mer Rouge... tous autour de la charogne "Liban" délaissé par l'ONU et par tous les autres.
Pauvre patrie des droits de l'homme et des libertés démocratiques, créé en 1920 par la France à son image de patrie de la Révolution de 1789.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants