X

Moyen Orient et Monde

À la télévision russe, la Troisième Guerre mondiale a déjà commencé

Focus

Certains médias prévoient une confrontation militaire directe entre Moscou et Washington.

OLJ/AFP/Karim TALBI
14/10/2016

La Troisième Guerre mondiale n'aura probablement pas lieu, mais pour quiconque allume son téléviseur en Russie, elle a déjà commencé.

Sur la première chaîne d'État, c'est le présentateur de l'émission phare du dimanche soir qui annonce que les batteries antiaériennes russes en Syrie vont « abattre » les avions américains. Sur la chaîne d'informations en continu Rossia 24, c'est un reportage sur la préparation des abris antinucléaires à Moscou. À Saint-Pétersbourg, le site d'informations Fontanka croit savoir que le gouverneur veut rationner le pain pour une future guerre, malgré les explications des autorités qui affirment vouloir simplement stabiliser le prix de la farine. Et à la radio, on discute des exercices de « défense civile » mobilisant, selon le ministère des Situations d'urgence, 40 millions de Russes pendant une semaine. Au programme : évacuations d'immeubles et exercices d'incendie.

Pour celui qui aurait éteint son téléviseur pour se promener dans les rues de Moscou, il est fort possible de tomber sur un des immenses graffitis « patriotiques » des artistes pro-Poutine de l'organisation Set, qui tapissent désormais les immeubles comme cet ours, symbole de la Russie, distribuant des gilets pare-balles à des colombes de la paix.

La cause d'une telle fièvre, de cet emballement pour l'imminence d'une « Troisième guerre mondiale » ? La rupture le 3 octobre des négociations entre Washington et Moscou sur le conflit syrien après l'échec d'un cessez-le-feu que les deux puissances avaient âprement négocié à Genève en septembre. Dans la foulée, les bombes russes et syriennes ont transformé Alep en « enfer sur terre » selon l'Onu, et ont suscité les critiques des Occidentaux. Et sur le terrain, l'armée russe a continué la semaine à faire cavalier seul en déployant sur sa base navale, dans le port syrien de Tartous, des batteries antiaériennes S-300 aptes à détruire des avions de chasse, mais aussi en envoyant des corvettes équipées de missiles pouvant, en théorie, couler des navires de guerre. Autrement dit, une démonstration de force visant, non pas les jihadistes ou les rebelles syriens, mais bien la marine et les avions américains.

 

(Lire aussi : Quel premier rôle pour la Russie au Moyen-Orient ?)

 

Confrontation
À Moscou, où les journalistes russes et occidentaux se lèvent et se couchent en recevant les communiqués du ministère russe de la Défense, le climat de confrontation est relayé, amplifié par les médias. Le porte-parole de l'armée russe, le général Igor Konachenkov, adresse ses mises en garde à la Maison-Blanche, au Pentagone, au département d'État. « Je rappelle aux "stratèges" américains que les missiles antiaériens S-300 et S-400 qui assurent la couverture aérienne des bases russes de Hmeimim et de Tartous ont un rayon d'action qui pourraient bien surprendre n'importe quel aéronef non identifié », a-t-il dit le 6 octobre dans une menace à peine voilée contre les États-Unis.

Sur l'antenne de la chaîne d'État Rossia 1, le présentateur Dmitri Kissilev, également patron de l'agence de presse Ria Novosti, résume la pensée du général Igor Konachenkov pour « les simples gens comme vous et moi » : « Nous abattrons » les avions américains. Puis il dévoile le « plan B » des États-Unis en Syrie. « Le plan B, c'est en gros que les États-Unis vont avoir un recours direct à la force contre les forces syriennes du président Bachar el-Assad et contre l'aviation russe », dit-il. « Est-ce qu'il faut craindre des provocations ? C'est comme cela que les États-Unis ont engagé la guerre au Vietnam », conclut M. Kissilev avant de mettre en garde les Occidentaux : les missiles déployés à Kaliningrad, l'enclave russe proche de la Pologne, pourraient emporter des têtes nucléaires.

 

(Repère : La Russie renforce sa présence militaire et son arsenal en Syrie)

 

« La Russie actuelle est plus que prête, mais avant tout psychologiquement, à la nouvelle spirale de confrontation avec l'Ouest », résume Gueorgui Bovt dans une tribune sur le site d'informations Gazeta.ru. Le politologue envisage deux scénarios, compte tenu par ailleurs des difficultés économiques de la Russie. Le premier, optimiste, où les deux puissances vont « se mettre d'accord sur de nouvelles conditions de coexistence, en gros un Yalta-2 », référence au partage des aires d'influence entre les États-Unis et l'Union soviétique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Et le scénario catastrophe : la Russie va réagir selon une loi de la rue bien connue : « Si la bagarre ne peut pas être évitée, frapper le premier. »

Dans une interview à Ria Novosti, le dernier président soviétique Mikhaïl Gorbatchev et initiateur il y a 30 ans à Reykjavik avec le président américain Ronald Reagan du début de la fin de la guerre froide, prévenait récemment : le monde flirte « dangereusement avec la zone rouge ».

Et mercredi, premier signe de détente après des jours d'invectives verbales, Moscou annonçait une réunion internationale sur la Syrie demain à Lausanne qui a déjà des allures pour le secrétaire d'État américain, John Kerry, et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, de rencontre de la dernière chance.

 

 

Lire aussi

Que peuvent faire les Occidentaux face aux Russes en Syrie ?

Pourquoi Alep-Est est le laboratoire idéal pour Moscou

Russes et Occidentaux incapables de s'entendre pour "sauver Alep"

La Syrie, un dossier désespérant pour la diplomatie

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bibette

Les USA ni l'Occident n'entreront en guerre au risque de mettre l'univers en peril a cause d'un homme comme Putin. Le mal et les horrueurs que ce KGBiste stalinien continuera de faire pour le reste de sa vie est bien moindre que le desastre d'une guerre qu'il risque de tourner en Nucleaire. Les USA et l'Occident n'essayent meme pas de le coincer "corner" ou le pousser a bout... il est capable de tout. ils preferent le neutraliser avec des concessions economico/commerciales gazieres accordees par l'Occident c.a.d. les accords gaziers avec la Turquie en vue de le calmer, au prix de le laisser s'embourber en Syrie. Il en paiera le prix et la Russie trainera en justice et devra payer de lourdes compensations.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI VRAIMENT LES RUSSES PREVOIENT CES SCENARIOS A CAUSE DE LEUR DEFENSE D,UN TYRAN ET CONTINUENT DE LE FAIRE... C,EST QUE DANS LEURS BOITES L,IDIOTIE A REMPLACE LA LOGIQUE... QU,ILS APPLIQUENT LES ACCORDS DE GENEVE UN ET DE LA CONNIVENCE DONT ILS ESSAIENT D,EN DEROGER ET IL N,Y AURA PAS DE PROBLEME... MAIS S,ILS VEULENT SE COMPORTER A LA FACON HITLERIENNE LE RESULTAT EST CONNU...

Bery tus

Tout ça n'est que du bla bla .. pour faire passer tout ce qui ce dit sur lui au second plan pour le peuple russe !! Il n'y aura pas de guerre mondiale ... pour finir j'ai bien peur pour le Liban car si la Syrie se divise Assad restera président du réduit syrien sauf que pour que cela soit viable le Liban aura un rôle à jouer

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.