Dernières Infos

Syrie: près de 300 rebelles et civils évacués de Homs

AFP
22/09/2016

Près de 300 insurgés syriens et leurs familles ont été évacués jeudi du dernier quartier rebelle de la ville de Homs (centre) à la suite d'un accord avec le régime, a annoncé le gouverneur provincial.

C'est la deuxième fois qu'une évacuation a lieu dans le quartier de Waer depuis un accord en décembre entre régime et rebelles, conclu sous la houlette de l'Onu et qui préconisait que ce secteur passe sous le contrôle de l'armée en échange de la levée du siège.

"Il y a 123 hommes armés et 157 membres de leurs familles qui ont pris la direction du nord de la province de Homs", a indiqué aux journalistes le gouverneur Talal al-Barazi.
Un correspondant de l'AFP sur place a vu des dizaines de rebelles, qui ont gardé leurs armes légères en vertu de l'accord, quitter le quartier de Waer avec femmes et enfants.

Les rebelles, dont certains cachaient leur visage, portaient leur maigres bagages et sont montés dans des bus verts, sous les yeux de soldats syriens et en présence de soldats russes.
Cette opération devait se tenir lundi mais l'absence de représentants de l'Onu a entraîné son report, selon le gouverneur.
L'équipe des Nations unies était toutefois absente jeudi.

L'émissaire de l'Onu pour la Syrie a récemment critiqué la "stratégie" de déplacement forcé de population mené par le régime dans les localités qu'il assiège, comme à Daraya, une ville située près de Damas et vidée de milliers de ses habitants après quatre ans de siège. Staffan de Mistura a prévenu qu'il y aurait "d'autres Daraya".

M. Barazi s'est dit "étonné par l'échec des Nations unies et les organisations internationales à jouer leur rôle humanitaire, social et politique en ce moment".
Une source au sein du gouvernorat de Homs a démenti que l'accord implique une politique de vider le quartier de Waer de ses 75.000 habitants.
"Les civils qui sont partis aujourd'hui (jeudi) sont les familles des hommes armés. Aucun des autres civils n'est parti et ils sont les bienvenus dans le quartiers", a indiqué cette source à l'AFP.

Autrefois surnommée la "capitale de la révolution", Homs a été le théâtre de manifestations massives en 2011, au début du soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad.
Après deux ans de féroces combats, l'armée avait repris en mai 2014 la totalité de la troisième ville de Syrie, à l'exception du quartier de Waer.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué