Dernières Infos

Syrie: les premiers rebelles évacués de Daraya arrivent à Idleb

AFP
27/08/2016

Les premiers rebelles et leurs familles évacués de la ville syrienne de Daraya après un siège imposé par le régime pendant quatre ans sont arrivés samedi dans la ville d'Idleb dans le nord-ouest du pays, selon une ONG.

Vendredi, un premier groupe de 600 rebelles, leurs familles et d'autres civils ont quitté Daraya, une ville proche de Damas, en vertu d'un accord entre le régime et l'opposition armée qui a défendu durant quatre ans ce qui fut l'un des berceaux de la révolte contre le président Bachar el-Assad, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Au moins cinq bus transportant des rebelles et leurs familles sont arrivés dans la ville d'Idleb", contrôlée par une coalition d'insurgés et de jihadistes, a indiqué l'OSDH.

Au total, 12 bus avaient quitté vendredi la ville située à 15 min du centre du Damas: les rebelles et leurs familles sont conduits à Idleb et le reste des civils ont été transférés à Hrajela, une localité tenue par le régime à une vingtaine de km au sud-est de Daraya.

Samedi, d'après l'OSDH, près de 40 autres bus devraient quitter Daraya qui n'a reçu qu'une seule fois de l'aide alimentaire depuis le début du siège en 2012.

L'OSDH et des militants anti-régime ont dénoncé un "déplacement forcé" des habitants de cette ville souffrant de faim et soumis presque quotidiennement à un bombardement des forces du régime.

Près de 8.000 personnes vivaient à Daraya selon les estimations.

L'un des fiefs rebelles les plus symboliques, Daraya a été l'une des premières villes à se soulever contre le régime.

Il s'agit du deuxième accord du genre entre régime et rebelle après celui de Homs (centre), "capitale de la révolution" où le régime a utilisé la même tactique de siège et de bombardements intenses avant que les rebelles ne se voient obligés d'accepter de quitter leur fief dans la vieille ville en 2014.

Daraya se situe dans la province de Damas, considérée comme un bastion de la rébellion mais où les troupes gouvernementales ont progressé au cours des dernières semaines, notamment dans la région assiégée de la Ghouta orientale.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations en faveur de la démocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié avec les interventions étrangères et la montée en puissance des jihadistes. La guerre a fait plus de 290.000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué