Vendredi 25 Juillet 2014

Économie

Dardari : Le recul de la croissance syrienne de 1 % mène à un recul de 0,2 % du PIB libanais

Conférence
OLJ
08/08/2013
Le Centre Issam Farès pour les affaires libanaises a organisé une conférence autour des retombées de la crise syrienne sur l’économie libanaise. Parmi les intervenants, l’ancien vice-premier ministre syrien et directeur du développement et de la mondialisation auprès de l’Escwa Abdallah al-Dardari. Ce dernier a confirmé les conséquences néfastes de la situation en Syrie sur l’économie libanaise. « Le Liban, la Syrie et la Jordanie ont historiquement été affectés par la hausse du prix du baril de pétrole. Mais ces conséquences étaient contrebalancées par les flux de capitaux et les investissements, notamment ceux en provenance des pays du Golfe » a expliqué
M. Dardari avant de préciser qu’un recul de la croissance syrienne de 1 % menait à une baisse de 0,2 % du PIB libanais.
L’expert est en outre revenu sur le fait que le Liban subit de manière plus intense que la Jordanie la crise syrienne parce que, en partie, les aides européennes et arabes vers le Liban avaient beaucoup diminué alors qu’elles demeuraient intactes vers le Jordanie. Pourtant, espère-t-il, « si la guerre en Syrie venait à prendre fin, la croissance syrienne avoisinerait les 20 % et le Liban connaîtrait une hausse de 4 à 5 % de son PIB », a-t-il indiqué.
Pour ce qui est des retombées de l’afflux de réfugiés syriens sur le marché de l’emploi local, M. Dardari a confirmé que la main-d’œuvre libanaise subissait beaucoup de compétition de la part d’une main-d’œuvre syrienne souvent moins coûteuse, « surtout que les réfugiés syriens représentent près d’un quart de la population libanaise ».
Il a en outre déploré le fait que les couches aisées de la population syrienne qui se sont installées au Liban n’aient pas investi dans des projets à long terme, contrairement au cas de la Jordanie où, selon M. Dardari, ils ont entrepris plusieurs grands projets commerciaux et industriels, précisant au passage que les dépôts syriens dans les banques libanaises et qui se chiffrent à des milliards de dollars n’ont toujours pas été utilisés à des fins d’investissements.
Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Éclairage

La sécurité acceptable ne justifie pas l’inertie de la classe politique

Scarlett HADDAD

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.