Samedi 19 Avril 2014

À La Une

Le premier supermarché virtuel en 3D au monde « ouvre » ses portes... au Liban

« Outre l’économie des frais d’essence et du temps consacré à faire les courses, acheter en ligne permet de supprimer toutes les dépenses inutiles effectuées sur un coup de tête », indique le président du conseil d’administration et directeur général de chronoshopmall.com, Pierrot Achkar.

Liban - Innovation Un investissement de plus d’un million et demi de dollars, un projet d’expansion dans les pays arabes, le tout malgré zéro financement de la part des banques libanaises. L’entrepreneur Pierrot Achkar a détaillé à « L’Orient-Le Jour » les coulisses de son concept inédit, chronoshopmall.com
02/08/2013

La scène parait tirée d’un film de science-fiction. Vous, ou plutôt votre avatar, êtes en train de pousser votre caddie dans un supermarché lumineux en trois dimensions. Vous comparez les prix de divers produits et faites votre choix. Sauf qu’en réalité, vous êtes confortablement assis dans votre canapé et que ces produits vous seront livrés dans des délais à votre convenance. Bienvenue sur http://www.chronoshopmall.co, un site qui devrait être lancé à la mi-août.


Sur la forme, à la différence des options déjà existantes à l’étranger qui consistent, pour les grandes surfaces, à proposer en ligne une liste détaillée de leurs produits ou, comme en Corée du Sud, à mettre à disposition des clients des affiches à scanner avec son smartphone, le concept du site permet aux consommateurs de vivre une expérience ultraréaliste.


« C’est une première mondiale », souligne, non sans fierté, le président du conseil d’administration et directeur général, Pierrot Achkar, lors d’un entretien avec L’Orient-Le Jour. Un concept novateur « et pourtant adapté aux contraintes du Liban en termes de vitesse de connexion », précise-t-il. Le site est donc ultramoderne ... mais léger, les photographies ayant été comprimées au maximum.


Sur le fond, ce supermarché nouvelle génération constitue une double nouveauté pour les Libanais, encore peu habitués au shopping en ligne lui-même. Mais même les sceptiques devraient être conquis, selon M. Achkar, qui souligne que les produits sont « en tout point identiques à ceux que l’on trouve en grandes surfaces ». « Nous proposons en outre des marques françaises (Intermarché) et bio/commerce équitable (Souk el-Tayeb, laiterie du couvent de Taanayel, etc.). Sur le plan des prix, ils sont exactement pareils aux prix affichés en grandes surfaces – et la livraison est gratuite », sourit-il.


Seules contraintes, le panier minimum, qui doit s’établir à une cinquantaine de dollars (somme requis pour rentabiliser les livraisons, en camion réfrigéré, qui couvriront la capitale et le Mont-Liban, « de Damour à Amchit ») et les délais de livraison, de trois heures mais pouvant être fixés par le client à la date ultérieure de son choix.
Quant au paiement, « il pourra se faire soit en ligne – auquel cas le client sera redirigé vers le site sécurisé de la banque partenaire, BLOM Bank –, soit à la livraison, en espèces ou grâce à un terminal de paiement mobile », a-t-il indiqué.


En tout, Pierrot Achkar vise un chiffre d’affaires mensuel d’environ cinq millions de dollars. « Les zones que nous couvrons représentent 800 000 clients potentiels. Le but est d’arriver à capter une fraction de ce total sur six ou sept mois, et dégager 2 à 3 % de profits nets par an », explique-t-il.

 


L’achat en ligne : des économies substantielles
Le concept de ce supermarché en 3D a germé dans l’esprit de Pierrot Achkar, alors que ce dernier résidait alors en France. Y ayant observé le succès du commerce en ligne, cet entrepreneur en herbe décide de se pencher sur ce créneau porteur. Et il constate que les achats en ligne comportent de réels avantages pour les consommateurs : « Outre l’économie des frais d’essence et du temps consacré à faire les courses, acheter en ligne permet de supprimer toutes les dépenses inutiles effectuées sur un coup de tête. »


Finis les caprices du petit dernier ou la razzia opérée au rayon sucreries en raison d’un petit creux ; l’on achète strictement le nécessaire... et l’on réalise des économies. « Faire ses achats sur Internet permet d’économiser 30 à 40 % en moyenne sur des dépenses qui, au Liban, représentent environ 600 dollars par mois pour une famille de trois, sans enfant en bas âge, selon les données de l’Administration centrale de la statistique (ACS) », relève-t-il.
Il mûrit son projet pendant plus de deux ans, tout en rassemblant – avec difficulté, dénonce-t-il – les fonds nécessaires pour le lancer. « J’ai levé 1,5 million de dollars, sans aide aucune de la part des banques, qui exigeaient des garanties extravagantes, ou de la part de Kafalate, la compagnie semi-étatique, cette dernière ayant estimé que mon projet ne correspondait à aucun des critères requis pour bénéficier de son aide », déplore-t-il.

Expansion régionale
M. Achkar, qui a dû se tourner vers le financement privé, détient aujourd’hui 50 % de l’entreprise ; le reste est réparti entre les quelques personnes qui ont contribué financièrement à la naissance du projet. Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : son projet est en passe d’être concrétisé dans plusieurs pays de la région, comme les Émirats arabes unis ou encore l’Arabie saoudite.
« J’ai voulu donner la priorité à mon pays et y lancer chronoshopmall en premier; affirme-t-il en guise de conclusion – même si l’administration de ce dernier m’a fait subir une batterie de procédures administratives ineptes, qui m’ont fait perdre beaucoup de temps, même si peu est fait pour soutenir les entrepreneurs. L’expansion régionale est le tremplin suivant. »

 

 

Pour mémoire

Imprimer à Beyrouth en 3D ? Oui, c'est possible !

 

Fabriquer un pistolet avec une imprimante 3D? C'est possible
Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

En dents de scie

Homme de ménage

Ziyad Makhoul

Un peu plus de...

Ariane

Médéa AZOURI

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.